• Des crânes extraterrestres ?.

    Mystères humains

    Des crânes extraterrestres ?

    Des artéfacts ont été découverts récemment, des crânes aux orbites particulièrement grandes, des artéfacts des plus controversés, le mystère demeure sur leurs origines...

    SEALAND

     

       

    Le crâne Sealand

    C’est un des artéfacts des plus controversés depuis les récentes années. Ils posent de nombreux défis, auxquels la science ne peut répondre. 

    Étrangement, peu de chercheurs démontrent de l’intérêt à étudier ce mystérieux artéfact, peut-être parce qu’ils craignent ce qu’ils pourraient trouver … quelque chose qui pourrait changer complètement notre vision actuelle sur l’origine des humains et notre entière histoire.

    Après avoir été étudié par le Collège de Médecine Vétérinaire du Danemark, les chercheurs ont conclu qu’ils ne pouvaient pas fournir d’explications sur l’espèce à qui appartenait ce crâne. 

    La datation au carbone a révélé qu’il date de 1200 à 1280 av. J.-C.

    SEALAND
     
    Un survivant d'un crash de soucoupe alien préhistorique ?

    Une espèce inconnue jusqu'ici ?

    Ou d'une déformation freak même d'un être humain? Personne ne sait sûrement, mais peu importe l'explication, le Crâne de Sealand a le potentiel pour changer le regard sur le monde dans lequel nous vivons.
     
    Le Juillet 2007, une découverte du crâne de Olstykke sur l'île Sealand au Danemark, n'a cependant pas fait les gros titres et est demeuré largement ignoré par la science jusqu'en 2010. Les chercheurs qui en 2008 ont examiné ce crâne, à l'École vétérinaire à Copenhague, ont simplement conclu que «Bien que ressemblant à un mammifère, certaines fonctionnalités font qu'il est impossible de trouver un ajustement de l'animal dans la taxonomie de Linné».
     
    Déterrés, lors du remplacement de conduites de vieux égouts, la personne qui l'a trouvé a d'abord cru que c'était un certain os de cheval, qui serait des restes d'une boucherie chevaline, car le jardin est plein de dépouilles d'ossements. Il a fallu attendre le remplissage de la tranchée pour que l'on remarque que sa forme était humanoïde. Plus tard, les fouilles du site n'ont pas donnés d'autres restes avec une corrélation à la créature, seulement, des ossements d'animaux identifiables, des haches en pierre et d'autres outils néolithiques qui sont communs à la région. Le fait que le crâne a été trouvé parmi les vestiges néolithiques ne peut cependant pas révéler son âge. La datation au carbone 14 à l'Institut Niels Bohr de Copenhague a montré que la créature a vécu entre 1200 et 1280 après JC. Par ailleurs, le crâne a été trouvé au-dessus des vieux tuyaux, dont l'âge suggère que ce fut enterré qu'après 1900. Aussi l'absence d'autres morceaux du squelette de la créature, de concert avec l'état de conservation du crâne, a conduit les scientifiques à soupçonner qu'il n'a pas été enterré depuis longtemps, probablement seulement une vingtaine d'années.
     
    Peut-être pour cacher le secret de son existence, il a été conservé depuis des siècles et, plus tard délibérément enterré. Il est intéressant de noter que les résidents dans les villages et à proximité Olstykke ont depuis des temps anciens raconté qu'un membre local de l'Ordre Pegasos Lux (l'Ordre de la Lumière Pegasus »), au nom de l'ordre,ont protégé divers éléments - parmi eux, un crâne mystérieux et plusieurs appareils de lumière extraordinaire, comme en métal ou en céramique incassable. Le crâne est dit être originaire des Balkans, mais il a également été enregistré à Paris, en France et à Munich, en Allemagne, avant d'arriver au Danemark.
     
    Si l'histoire est vraie, il est possible que d'autres recherches pourraient conduire à la localisation d'artefacts extraterrestres. Il est plausible que l'Ordre Lux Pegasos garde encore des objets ainsi que des récits de leurs origines et de leurs buts. On sait peu sur l'ordre cependant, sauf qu'il a été établi autour de 1350 et tout au long de son existence a compté des poètes et des auteurs influents parmi ses membres. Parmi les éminents ont été initiés Giovanni Boccaccio, William Shakespeare, René Descartes, Thomas Jefferson, Edward Bulwer-Lytton, Ambrose Bierce, Karin Boye, HG Wells, Julio Cortázar, Joseph Heller, Octavia Butler, Aleksandr Solsjenitsyn et Ahmed al-Baghdadi. On peut se demander pourquoi la tâche de préserver des artefacts extraterrestres et des connaissances est tombé sur un ordre consistant exclusivement d'écrivains.
     
    Le crâne de Sealand est environ une fois et demi plus grand qu'un crâne Homo sapiens mâle. Surtout les orbites donnent une idée de sa taille. Sa surface lisse révèle que la créature a été adapté au climat froid, et sa taille relative des yeux que c'est soit une créature de nuit, vivant sous terre ou sur une planète orbitant une étoile distante ou sombre, probablement une naine orange ou rouge. Il est à noter que l'étoile 51 Pegasi dans la constellation de Pégase est le Soleil, comme première étoile connue pour avoir une planète. Planètes en orbite autour de l'étoile HR 8799 Pegasus ont été les premiers à être directement imagés, et l'analyse spectroscopique de HD 209458 b, une autre planète dans la constellation, a fourni la première preuve de vapeur d'eau atmosphérique au-delà de notre système solaire.
     
    Article Copyright © Anton Spangenberg (source : reseauuniversel)

    En chine voir la vidéo

    Le crâne "hobbit"

    Le débat autour du fossile « Hobbit » est relancé. Mis au jour en 2003 sur l'île de Florès, en Indonésie, les vestiges d'une petite femme de un mètre de haut avaient paru si singuliers aux chercheurs qu'ils avaient annoncé la découverte d'une nouvelle espèce naine, Homo floresiensis, bientôt surnommée le « Hobbit ». Mais de récents travaux tendraient à prouver qu'il ne s'agirait en réalité que d'un Homme moderne atteint d'une maladie génétique... voir l'article : http://messagesdelanature.ek.la/hobbit-l-homme-de-flores-p190834

    Moulage du crâne de "Hobbit" retrouvé

    Des crânes extraterrestres ?
    Etre ou ne pas être une nouvelle espèce d'hominidés: Telle est la question... (Courtesy of AP/Richard Lewis)

    L'annonce de la découverte d'une nouvelle espèce d'hominidés nains, Homo Floresiensis, avait rapidement suscité une polémique au sein de la communauté scientifique. Le Hobbit était-il réellement une nouvelle espèce d'hominidés issue de l'Homo Erectus, qui aurait évolué vers une réduction de taille pour s'adapter à son environnement restrein de l'île de Florès ?

    Pour Robert Martin du Field Museum à Chicago, qui a publié son analyse dans l'édition en ligne de la revue Science, ce n'est pas le cas : le Hobbit n'aurait été ni plus ni moins qu'un Homme moderne souffrant de microcéphalie, une maladie génétique engendrant une réduction du volume crânien. « J'exerce ce métier depuis 30 ans, et cette affaire est louche » a déclaré sans ambage le paléoanthropologue. Il avance que le crâne du spécimen retrouvé sur l'île de Florès est bien trop petit (400 centimètres cube) pour être celui d'une espèce "naine" : rapporté aux modèles standards de nanisme, un tel volume correspondrait à une créature de trente centimètres de haut, soit trois fois plus petite que le « Hobbit ». D'autre part, les outils retrouvés à proximité seraient si évolués qu'ils ne pourraient avoir été élaborés que par des Homo Sapiens. Enfin, les cerveaux de deux adultes atteints de microcéphalie (un homme provenant d'Inde et une femme originaire du Lesotho) que le paléoanthropologue a étudiés seraient similaires à celui du Hobbit.

    Les défenseurs de l'Homo floresiensis ont également pris la plume pour répondre à Robert Martin. Dans Science, ils arguent que les travaux de ce dernier ne fournissent pas suffisamment d'informations au sujet des deux spécimens touchés de microcéphalie, rejettent ses arguments relatifs aux outils, et expliquent qu'il ne faut pas se focaliser sur le cerveau, car le corps - et en particulier l'humérus - montre qu'il ne peut pas s'agir d'un Homme moderne.

    La bataille fait rage entre les paléoanthropologues, et le petit Hobbit soulève un grand débat au sein de la communauté scientifique. Un si grand débat que les chercheurs vont même jusqu'à s'affronter par Science interposés...

    (source : futura-sciences)

    Le crâne Rhodope

    SEALAND

    Depuis qu’il a été découvert il y a 38 ans, personne ne peut offrir de détails concluants sur ce crâne mystérieux. Il pèse environ 250 grammes, il y a six cavités mystérieuses qui, selon les adeptes de l’ufologie, auraient pu abriter des « organes sensoriels ». Cet être aurait pu avoir six yeux ou quelque autre série « d’organes inconnus ». Ce qui est le plus étrange, c’est qu’il n’a pas de bouche.

    Le crâne extraterrestre russe.

    Des crânes extraterrestres ?

    Selon les journaux russes, ce crâne a été trouvé dans une caverne du Mont Bolshoi Tjach, il y a près de deux ans. 

    Ce crâne ne ressemble à rien de connu et cet être marchait sur deux jambes. 

    Ce qui est le plus mystérieux au sujet de ce crâne, c’est l’absence de voûte crânienne et de mâchoires.

    Source :  lasphrebleue

     
     

     

    les momies du Pérou  (ALIEN PROJECT )

      des-visiteurs-a-trois-quatre-et-cinq-doigts

    /les-petits-etres-et-le-peuple-fourmis

    cranes-de-forme-inconnue

    un crâne étrange découvert au Pérou 

    similitudes-historiques

    les-batisseurs-de-l-impossible

    archeo-ufologie

    Aliens dans l'histoire 

    Des artefacts  pré-Maya montrant des ovnis  

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"