• Les momies du Pérou

    Mystères humains

    LES MOMIES DU PÉROU

    (et les mains géantes aux implants)

    Étrange désert d'Atacama, où une nouvelle affaire de momies à l'aspect non-humain fait surface,

     Mise à jour janvier 2017

    Les petites momies du Pérou

    Voici donc, à cette date (08-01-2017), l'intégralité de l'histoire connue, et qui n'est donc pas figée car elle comporte probablement une part de mauvaise interprétation, voir d'exagérations pour accroître l'intérêt et aussi des mensonges volontaires pour cacher l'endroit exact du site par exemple... :
    Nous sommes donc au mois de janvier 2016, pas très très loin d'un petit village de paysans vivant chichement d'élevage probablement et du tourisme, via des recherches et reventes illégales de vestiges archéologiques datant d'avant l'arrivée des espagnols au 16ème siècle. Des huaqueros donc, pas obligatoirement impliqués dans un trafique international de vestiges (10000 pièces sortiraient du Pérou chaque année illégalement !), mais revendant localement aux touristes et à des collectionneurs péruviens, boliviens ou chiliens. D'après les récits, ce village est probablement situé dans les environs de Tacna, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière chilienne, au sud du Pérou donc. C'est donc en cherchant des vestiges dans le désert environnant que quatre personnes sont tombés sur une petite colline comportant une sorte de dalle en pierre, qu'ils soulèvent et qui donne sur une petite porte de 80 cm de hauteur, un mètre maximum (!), comportant un double jambage mégalithique. Ils ont assez facilement à priori descellé cette porte (ils l'ont même par la suite entièrement démonté et entreposé les pierres taillées dans le couloir plus bas) et sont tombés sur un escalier. Escalier qu'ils ont donc empreinté pour trouver un couloir menant à une grande salle. 

    Les  momies du Pérou

    Les  momies du Pérou

    Les  momies du Pérou

     

    Les petites momies du Pérou Les petites momies du Pérou 

    Cette grande salle comporte des parois de pierres taillées et un grand sarcophage.Sarcophage que les huaqueros mettront plusieurs heures à ouvrir (utilisant d'abord et en vain la méthode de réaction thermique classique en versant de l'essence, y mettant le feu puis en l'arrosant d'eau et étouffant le feu), et en y réussissant en utilisant un cric de voiture. Dans ce sarcophage seront trouvés plusieurs pièces en pierre, en métal et au fond un cerveau momifié et ressemblant à un cerveau humain. La momification a été très efficace car le cerveau est très bien conservé et encore souple question texture. Après plusieurs visites, les mêmes huaqueros découvriront d'autres galeries, en s'aidant de cordes pour y descendre car des trous y donnent accès. C'est ainsi qu'ils trouveront une autre salle comportant un autre sarcophage, qu'ils ouvriront avec le même cric de voiture d'ailleurs. Les conditions ne sont pas faciles : il fait très sombre... et je n'ai aucun détail sur l'aération, la qualité de l'air, la poussière, etc...
    Ce deuxième sarcophage (ou coffre de stockage en fait) semble plus riche en artefacts que le premier. Il est rempli d'une sorte de poudre blanche, solidifiée en partie par le temps, décrite comme étant un peu comme le talc, ou du plâtre, de l'argile friable. Et cette matière protège un grand nombre de pièces organiques et de pièces métalliques. Les pièces semblent avoir été déposées par couches, peut-être chronologiques, avec les plus anciennes pouvant peut-être se trouver au fond. Il s'y trouve 20 corps entiers de la même taille environ que celui déjà montré, mais certains de ces petits corps possèdent des petites ailes, un peu comme nos elfes des légendes ! Il y a également 5 ou 6 têtes coupées, également protégées par une gangue de matière argileuse, comme celle qui a été examinée déjà. Ils découvrent également des petits corps momifiés d'animaux inconnus rappelant nos légendes (corne au milieu du front) par exemple. Un fœtus étrange semble également faire partie des découvertes. Il y a également plusieurs mains coupées, des grandes mains de 33 à 40 cm avec trois doigts (1 doigt de 5 phalanges, 2 doigts de 6 phalanges). Il y a une main encore attachée à son avant-bras, mais aussi une incroyable main de 1 mètre 20 de longueur (appartenant donc à un être de très grande taille - 25 à 30 m. envisageable !). Ils découvrent aussi plusieurs organes momifiés et bien conservés, des cœurs, des possibles pancréas ou des organes inconnus. Des objets tels des plaques de métal gravées, mais aussi des plaques de métal à mémoire de forme (on les plie, elle reprennent leur forme automatiquement)... A priori, ces derniers objets, avec le cerveau et les cœurs, ont été parmi les premiers vendus (1000 $ pièce) à des collectionneurs locaux (alors que ces reliques coûtent le même prix minimum s'ils sont fabriqués au point de pouvoir tromper autant de monde les ayant eu entre les mains). Ils découvrent également plusieurs petites boules métalliques (dont j'ai curieusement parlé dans plusieurs articles, mais aussi dans mes écrits de 2012 déjà cités !), des figurines montrant des animaux au long cou (dinosaures ou tortues à long cou), des pierres en forme de... soucoupe volante comme déjà trouvées ailleurs, des pierres apparemment d'origine météorique, des pierres gravées de signes ou hiéroglyphes, des symboles et des gravures d'humanoïdes en compagnie de femmes avec des bébés... 

    Les petites momies du Pérou Les petites momies du Pérou 

    Les petites momies du Pérou Les petites momies du Pérou 

    Les petites momies du Pérou 

    Par la suite, ces hommes cherchent une entrée principale à ce véritable labyrinthe car l'entrée de 80 cm-1 m. de hauteur est peu pratique, surtout si on considère la taille de certaines reliques trouvées... Ils reviennent avec des détecteurs de métaux et des boussoles : rien ne fonctionne sur place : un champ magnétique ou autre sur les lieux empêche toute utilisation de matériel électrique, y compris leurs montres et les téléphones portables... Certaines paroles et une bonne probabilité semble démontrer qu'il pourrait y avoir un engin spatial (OVNI !) encore en partie en activité sous ce site ! Le danger pourrait donc être très présent localement, tant au point de vue radiations que systèmes défensifs automatiques par exemple...

    La suite de l'histoire semble presque confirmer ce fait incroyable, mais qui est toujours à prendre au conditionnel je rappelle !

    Encouragés par leurs premières découvertes, les quatre hommes entreprennent donc de dégager les galeries encombrées de débris, à la recherche d'autres salles, d'autres passages et de nouveau objets. Ils espèrent probablement tomber sur de l'or ou des pierres précieuses, un trésor quelconque... En arrivant dans une nouvelle galerie, l'un d'entre eux repère qu'une paroi "sonne creux" : ils entreprennent sans remord de défoncer ce mur en pierres taillées et tombent sur une vaste salle très propre et bien entretenue. Et là, une grande frayeur : dans la pénombre se dessine la silhouette d'un être humanoïde vivant. C'est un être mesurant au moins 3 mètres de hauteur et, quand ils dirigent leurs lampes sur lui, ils voient de grands yeux qui paraissent lumineux avec des reflets bleus. Tout le monde est effrayé car chacun s'enfuit de son côté, eux sortent par où ils sont entrés et la créature disparaît dans une autre galerie...

    Les petites momies du Pérou

    Quand ils reviendront plus tard sur les lieux, ils constateront que tous les débris ont disparu et qu'il y a eu un nettoyage complet de la zone... Il y a donc des êtres vivants dans cet endroit enterré... un véritable labyrinthe qui semble énorme. Ils se méfient donc et à priori ils s'arment au moins de lances-pierres et de couteaux. En l'absence d'autres informations, il peut d'ailleurs s'agir d'enfants ou d'adolescents, nous n'en savons rien... Ils affirment être tombés ensuite plusieurs fois sur 4 ou 5 petites créatures mesurant 60 centimètres (qu'ils nomment "lutins") et que l'un d'entre eux a fini par utiliser son lance-pierres sur l'une de ces petites créatures, qui est tombée... Ils racontent encore avoir découvert, enchâssé dans une paroi, une crâne énorme, de 1 mètre 20 de hauteur, qu'ils ont essayé en vain de dégager de la roche : ils pensaient que le crâne pouvait contenir un trésor, mais il est possible qu'un corps complet se trouve enchâssé dans la roche... Le récit devient nettement fantastique donc...

    Et ça ne s'arrange pas quand on apprend que l'un des quatre découvreurs s'est mit subitement et bizarrement à manger du sel (j'ai fait une enquête sur cette pratique très ancienne au Pérou : pour les Incas, le sel était aussi précieux que l'or. Il y a un plat indien qui s'appelle l'Agi, à base de blé et de sel, et on sait que les Incas adoraient le sel ou "cachi" de sel à lécher, le sel sous forme de "pain" ou "tanta"...). Bon, on ne sait pas si ces êtres peuvent influencer psychiquement les humains, mais, à priori, cet homme décède assez rapidement. Pire, celui qui a utilisé le lande-pierre, tombe également gravement malade, est hospitalisé à Lima, et disparaît également, apparemment définitivement...

    Ici, on peut effectivement se demander (si tout ceci est vrai bien sûr) si ces êtres, ou un système de défense, ne sont pas capables d'influence à distance, ou si il n'existe pas des sortes d'ondes ou de radiations dangereuses dans cette zone... 

    Questions examens, les trois premières reliques montrées ont été plusieurs fois examinées par des archéologues, dont des spécialistes des rites funéraires venus du nord du Pérou, trois médecins (dont le Dr Edson Salazar Vivanco de l'HOSPITAL ANTONIO LORENA CUSCO) et d'un professeur d'anatomie reconnu de la faculté de médecine de l'Université Nationale de Cuzco, probablement le professeur Franklin Miranda Solis, ayant utilisé une caméra endoscopique sur la petite tête coupée.

    En ce qui concerne la main, il y a déjà plusieurs avis, dont celle d'un spécialiste nommé José De La C. Ríos López, un biologiste de l'Universidad Autónoma de Campeche

     Les petites momies du Pérou

    Les petites momies du Pérou

    Les petites momies du Pérou

     Les deux spécimens de mon enquête ont une origine n'appartenant pas à cette planète mais n'ont pas les os du poignet (carpe), en revanche ceux qui sont dans la paume complète dans ce spécimen sont des os métacarpiens qui, anatomiquement, ne permettraient pas à l'être une rotation de la main comme la nôtre. En raison de l'absence d'un doigt opposable, il est très probable que l'allongement excessif des doigts soit très approprié dans la partie préhensile et la manipulation d'objets. Il y a sans aucun doute des différences très importantes avec la main de l'homo sapiens (humain). L'idée d'un primate n'est pas possible car ils sont pentadactyles cependant la présence d'ongle est typique des primates et des hominidés. C'est cependant contraire à ce qu'on a trouvé chez les mammifères, une réduction du nombre de doigts mène à qu'ils présentent des griffes et / ou des sabots comme nous le voyons chez les mammifères" . Notez bien que ce biologiste a également étudié la tête coupée et m'a dit qu'il va publier sous peu un rapport officiel, ainsi d'ailleurs que ses travaux sur une autre momie trouvée ailleurs et qu'il étudie depuis plusieurs mois, qu'il a pu comparer donc ! Je suis en contact avec lui, c'est un mexicain, nous en reparlerons donc...

    Avec tout ça, il m'a fallut donc regarder un peu plus attentivement du côté des rencontres rapprochées avec des occupants d'OVNIs, car la correspondance avec des "petits et grands gris" est assez flagrantes (un peu trop d'ailleurs pour certains). Après les correspondances avec certaines légendes de l'Humanité (elfes, démons, licornes, fées, géants), il va sans dire que ça fait beaucoup à avaler, non pas seulement pour les sceptiques, mais aussi pour le commun des mortels... mais, d'un autre côté, ça montrerait tout simplement que tout est lié, de nos légendes, de nos religions même, jusqu'à notre histoire réelle ou telle que nous supposons être la réalité... car nos connaissances, si on y réfléchi bien, ne sont pas si anciennes que ça, même si les progrès humains ont été fulgurants depuis la Renaissance, ça date presque d'hier et ce que nous pensons être de bonnes sciences établies liées à une réalité bien mesurée... n'est peut-être en fait qu'une grossière erreur "enfantine" sur le point d'être révélée...

    Donc, des témoins ont-ils déjà rencontré de tels êtres lors d'observations modernes d'OVNIs et des rencontres du 3ème ou 4ème type ? Et la réponse est assez immédiate : oui ! Des petits êtres avec trois doigts, une tête allongée, des gros yeux, un menton fuyant et une petite bouche ont été très précisément décrits (...)
     Source : sciences-fictions-histoires

     

    Les petites momies du Pérou

    Thierry Jamin est un explorateur archéologue et aventurier français spécialisé dans la recherche de sites inca dans la forêt amazonienne. Il dirige depuis 2009 une organisation non gouvernementale dédiée à la recherche scientifique en particulier dans le sud du Pérou près de Cusco.

    Les petites momies du Pérou

     Voici ce qu’il déclarait il y a quelques jours sur son compte facebook à propos de sa dernière découverte :
    « Puisque plusieurs clichés de l’une des mains circulent déjà sur Internet depuis mercredi 21 décembre, nous avons décidé de vous en montrer un peu plus.
     Cette main momifiée se trouvait, avec beaucoup d’autres choses, dans l’un des deux sarcophages découverts dans le désert du sud du Pérou, en janvier 2016.

    Les petites momies du Pérou

     Elle mesure 33 centimètres de long. Elle comporte trois doigts, constitués de six phalanges (l’un des doigts extérieurs n’en comporte cependant que cinq). La phalange supérieure possède un ongle très similaire aux ongles humains.

    Les petites momies du Pérou

     L’une des particularités de cette main est aussi la présence de trois implants métalliques, enserrant des tendons et un petit os. Toutes les mains découvertes ont cette étrange particularité de posséder de tels implants, voire de petites plaques métalliques rondes « incrustées » dans la partie supérieure de la paume de la main…

    Les petites momies du Pérou Les petites momies du Pérou

    Les petites momies du Pérou

    D’après certaines estimations de médecins, d’archéologues et d’anthropologues, cette main appartenait à un individu dont la taille s’élevait peut-être entre 2,70 m et un peu plus de 3,00 mètres…
    Ces mains doivent avoir une fonctionnalité différente de la nôtre. Le fait d’être beaucoup plus longs que les nôtres donne à leurs doigts plus d’agilité… donc sans doute plus de fonctionnalité. Qui peut dire comment ils ont évolué en fil du temps…
    À quelle espèce appartient cette étrange main ? Il n’y a que des analyses ADN qui pourront sans doute le dire…
    Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises…
    À Très Bientôt !
     Bien Amicalement À Vous, depuis le Cœur des Andes,
     Thierry JAMIN

    Source : neotrouve

     Une autre main  vue à Cuzco chez Brien Foerster...

    Les petites momies du Pérou

    MISE A JOUR au sujet des petites momies - Thierry JAMIN le 15 décembre 2016 facebook

    Bonjour à Tous,

    Des analyses sont en cours concernant la peau de la fameuse tête momifiée. On nous a confirmé aujourd’hui qu’il s’agit TRÈS POSSIBLEMENT d'une peau, avec des cellules mortes et quelques autres substances encore non identifiées. Ce n’est ni du plâtre ni du carton-pâte…

     Analysé en détails hier au microscope et à la caméra endoscopique, un anatomiste renommé de l’Université Nationale de Cusco confirme qu’il s’agit bien d’un crâne, fait d’os et constitué de diverses cavités et conduits propres à une véritable boite crânienne. L’enquête continue…

    Diffusez ces infos pour qu’elles ne disparaissent pas…! Merci !

    Les petites momies du Pérou

    Les  momies du Pérou

    Les petites momies du Pérou Les petites momies du Pérou 

    Une autre découverte au Pérou par T. Jamin

    "Une chambre cachée au Macchu-Picchu"

     Depuis plus de quinze ans, Thierry Jamin, archéologue et aventurier français, explore les jungles du sud du Pérou dans toutes les directions. Il cherche des indices d’une présence permanente des Incas en forêt amazonienne, et la légendaire cité perdue de Païtiti.

    Après la découverte d’une trentaine d’incroyables sites archéologiques, situés dans le nord du département de Cuzco, entre 2009 et 2011, qui comprennent plusieurs forteresses, des centres cérémoniels et funéraires et des petites villes incas composées de centaines de bâtiments, de rues, de nombreux passages et places …, Thierry Jamin s’est lancé dans un voyage incroyable au Machu Picchu. Il y a quelques mois, lui et son équipe pensent avoir réalisé une découverte archéologique extraordinaire dans la cité inca trouvée par Hiram Bingham en 1911.

    Cette découverte a été rendue possible grâce au témoignage d’un ingénieur français qui vit à Barcelone, en Espagne, David Crespy. En 2010, alors qu’il visitait la cité perdue, il avait remarqué la présence d’un étrange «refuge» situé au coeur de la cité, au pied de l’un des bâtiments principaux.

    Pour lui, il n’y avait pas de doute à ce sujet, il y voyait une “porte”, une entrée scellée par les Incas.
    En Août 2011, David Crespy tombe par hasard sur un article sur Thierry Jamin et son travail dans le Figaro magazine (L’Eldorado et la cité perdue des Incas). Immédiatement, il décide de contacter le chercheur français.

    Thierry Jamin, qui a enquêté sur plusieurs lieux de sépulture au nord de Cuzco, a écouté attentivement l’histoire de David Crespy. Rapidement, il veut confirmer les faits à l’origine de l’histoire.

    Accompagné par des archéologues de l’Office régional de la Culture de Cusco, il a pu visiter le site à plusieurs reprises.

    Ses résultats préliminaires sont sans équivoques: il s’agit bien d’une entrée, bloquée par les Incas à un moment indéterminé de l’Histoire.

    Elle est étrangement similaire à celle d’un site funéraire, tels que ceux que Thierry Jamin et ses compagnons trouvent souvent dans les vallées de Lacco et Chunchusmayo.

    Afin de confirmer l’existence de cavités dans le sous-sol de l’édifice, en Décembre 2011 Thierry et son équipe soumettent une demande officielle au Ministère de la Culture à Lima, afin d’effectuer un relevé géophysique à l’aide d’instruments à ondes électromagnétiques. Cette licence a été accordée quelques mois plus tard.

    Réalisée entre le 9 et 12 Avril 2012, l’étude électromagnétique confirme la présence de plusieurs salles souterraines !

    Juste derrière cette fameuse entrée, un escalier a également été découvert. Les deux voies principales semblent conduire à des chambres spécifiques.

    Les différentes techniques utilisées par les chercheurs ont permis de mettre en évidence la présence de matériel archéologique important, y compris des dépôts de métal et une grande quantité d’or et d’argent !

    Source : homme-et-espace 

    Voir la vidéo sur sa page Facebook - Son site : granpaititi  

    LES PETITES MOMIES DU PÉROU 

    L'étrange momie du Pérou

    D'après le peu d'informations qui commencent seulement à "transpirer", la découverte initiale remonte à janvier 2016, dans le désert du nord chilien d'Atacama, proche de la frontière péruvienne et chilienne donc, par une personne se déplaçant dans la zone désertique de Tacna, près de Arica (notez que Tacna est au Pérou et Arica au Chili, et que le désert d'Atacama commence bien au niveau de la frontière Pérou/Chili...). Si on suit le premier article au sujet de cette histoire, paru dans le magazine péruvien el Matutino, son site internet (qui a eu une mise à jour depuis) et aussi une petite émission télévisée de CTC HD, la première découverte a été faite "presque au ras du sol" et concerne la plus petite momie trouvée (car il y a eu d'autres découvertes par la suite). Selon le propriétaire actuel, Paul, qui est une personne connue localement pour s’intéresser aux OVNI et à la vie extraterrestre, le découvreur l'a donc contacté et lui a donné cette étrange petite momie. 
    Paul le décrit ainsi : " il a la morphologie humaine, n'a que trois doigts à chaque main et pied, le corps ressemble à un être humain avec des jambes, des bras et une tête, mais cette dernière est très allongée et effilée (conique) d'une façon qui n'avait jamais été vue (et les cranes allongés sont pourtant communs à cet endroit), la taille est très petite, 21 centimètres, mais en 2003, il  en a été révélé un au Chili qui mesurait 16 centimètres, mais d'une morphologie différente ".

     L'étrange momie du Pérou

    Paul le décrit ainsi : " il a la morphologie humaine, n'a que trois doigts à chaque main et pied, le corps ressemble à un être humain avec des jambes, des bras et une tête, mais cette dernière est très allongée et effilée (conique) d'une façon qui n'avait jamais été vue (et les cranes allongés sont pourtant communs à cet endroit), la taille est très petite, 21 centimètres, mais en 2003, il  en a été révélé un au Chili qui mesurait 16 centimètres, mais d'une morphologie différente ". 
    Une autre personnalité, française  dont j'ai déjà également parlé plusieurs fois, un vrai scientifique car il s'agit de l'archéologue expérimenté, historien/géographe diplômé et explorateur Thierry Jamin a été également contacté afin que les momies découvertes soient sérieusement analysées. Il semble donc que fin octobre ou début novembre, des échantillons aient été envoyés dans 3 laboratoires différents (dont un français) et que l'enquête continue.

     Les choses s'accélèrent ensuite car il semble qu'un chercheur américain impliqué localement dans le tourisme comme voyagiste et organisateur de circuits touristiques au Pérou, Bolivie et Chili, mais également connu comme chercheur archéologique et directeur du musée d'Histoire de Paracas, ait été contacté ou mis au courant de l'affaire : il s'agit de Brien Foester, (dont j'ai déjà parlé ici à l'occasion de plusieurs articles), qui a déjà étudié et fait analyser justement une mystérieuse petite momie trouvée également dans la région d'Atacama. Ces analyses (et aussi celles de plusieurs crânes allongés) n'ont pas démontré l'existence d'extra-terrestre, mais tout de même un grand intérêt archéologique car des preuves supplémentaires de migrations très anciennes en provenance de divers points de l'Europe (y compris centrale) et de l'Asie du Sud-est, en plus de la Sibérie.

    Source : sciences-fictions-histoires 

      

    LA VIDÉO EXPLICATIVE

     Suite :  Les nouvelles infos données par Thierry Jamin lors de cette interview :

    La découverte a été faite par des pilleurs de reliques pré-colombiennes, par hasard et en plein désert du sud péruvien. Un petit monticule à peine visible sous le sable et les pierres a révélé une porte en pierre, qui a été forcée par les pilleurs. Un escalier menant à une grande salle contenant un sarcophage contenant lui-même des artefacts de pierre et de métal, puis à un cerveau d'apparence humaine, parfaitement conservé dans du coton. Cette première salle est grande comme un salon et est comme une grotte, mais comporte des pierres taillées et des murs. En continuant leur fouille, les pilleurs ont trouvé des galeries sur plusieurs étages, puis une autre salle avec un grand sarcophage, qui contenait des petites momies (une vingtaine) comme celles montrées, de différentes tailles, des têtes coupées, le tout dans une sorte de poudre ou plâtre. Nous avons affaire à un véritable temple enfoui. Ce qui est aussi extraordinaire, c'est que ces salles contiennent des reliques protégées et enveloppées par du coton, mais aussi, dans les sarcophages, par une sorte de poudre, mais aussi que des animaux momifiés font partie des reliques.

    L'étrange momie du Pérou

    Le sarcophage 

    Les petites momies du Pérou

     

    Les petites momies du Pérou     Les petites momies du Pérou

    Les petites momies du Pérou

    Des animaux inconnus mais de petit taille et faisant plutôt partie de nos légendes, anciens textes religieux et mythes ancestraux : des animaux avec deux bras et deux jambes mais aussi des ailes (anges, démons, tayir,...), mais aussi avec une unique corne frontale (licornes, démons,...) par exemple... Parmi les artefacts trouvés : des organes connus (cerveaux, cœurs) ou inconnus, protégés par du coton ou de la poudre et encore souples au toucher, des têtes coupées (comme celle photographiée ci-dessus) et des mains à trois doigts coupées, le tout également protégées du temps. Il est à noter que cette sorte de coton est aussi apparente dans les momies, et que des traces de sang ont également été relevées sur ce coton (analysable donc). Il y aurait aussi des artefacts "techniques", comme des implants et des plaques de métal (celui-ci étant décrit comme un alliage argenté), avec notamment des mains comportant des sortes de bagues-implants entourant un os ou un tendon et aussi des plaques métalliques sur les paumes ou au dos des mains, comme un appareillage mystérieux...

    L'étrange momie du Pérou

    Des objets métalliques à mémoire de forme ont également été trouvés ! (voir l'interview). Seul 10% de cet endroit a été fouillé par les pilleurs à priori. On note aussi que plusieurs reliques ont déjà été vendues, (cerveaux, cœurs, artefacts métalliques) mais que le nom de ces acheteurs est maintenant connu et que les artefacts sont récupérables. L'endroit se trouve à quelques kilomètres d'un lieu très connu pour ses reliques anciennes (Paracas, Nazca...) et significatives. Thierry Jamin, étant donné la zone, pense qu'une datation de 2000 ans (Nazca), voir plus ancien, est possible. Les précautions de protections trouvées, et la pratique des têtes coupées, font penser à un leg global pour la postérité et les civilisations futures de la part des Nazcans... Pour en finir avec le lieu des découvertes, les pilleurs ont recouvert l'entrée d'une bâche puis enterré le tout, aplani les lieux : l'endroit est introuvable et invisible sauf par quelqu'un qui sait...

    - Comme le dit Thierry Jamin dans l'interview, il n'a été mis au courant de cette affaire que récemment, en novembre (alors que la découverte date de janvier 2016), tout à fait par hasard et via un ami journaliste qui lui a présenté le propriétaire de quelques artefacts (les 3 montrés dans ces photos avec la main coupée). Cette découverte est bien sûr en train d'être découverte au Pérou (les télévisions commencent à s'y intéresser fortement) et dans le monde entier. Une équipe de télévision française était à Cuzco pour un autre sujet, mais elle s'y est bien sûr intéressée... et elle est repartie du Pérou avec des images et des échantillons à faire analyser : un grand laboratoire parisien est en train d'analyser ces échantillons donc, avec des premiers résultats attendus sous trois semaines... En attendant, les preuves sont tout de même très solides avec ces 3 différentes reliques examinées par des spécialistes (avec leurs connaissances des momies...), mais pour l'histoire en elle-même et le lieu, tout repose sur les pilleurs de tombes et le propriétaire de quelques reliques (qui est un connaisseur en matière d'OVNI et de théories extra-terrestres ou de mondes parallèles...). Brien Foester a été appelé car il a une expérience de biologiste et il était sur place en temps que directeur du musée d'Histoire de Paracas...

    - La petite momie trouvée n'est pas une fabrication artificielle (style poupée faite d'os, de peau et de tissus), mais bien un être vivant à l'origine, momifié en apparence naturellement (desséché) mais ayant tout de même subi une intervention car du coton a été trouvé au niveau des membres inférieurs (style de momification inconnu). L'être semble avoir des petits organes sexuels, peut-être même un nombril et un anus, ne mesure pas plus de 21 centimètres mais ne ressemble pas à un fœtus ou même bébé (une technique de réduction comme celle employée par les Jivaros (Shuars) pour les têtes coupées est-elle envisageable ?). On peut envisager aussi une autre hypothèse (déjà amenée dans le monde de la science-fiction via les voyages spatiaux de longue durée) : le nanisme dû à l'environnement (un peu comme les éléphants-nains découverts sur des îles) : des êtres obligés de vivre pendant plusieurs générations dans des vaisseaux spatiaux (environnement très limité donc) lors de voyages durant des millénaires (théorie connue des vaisseaux-mondes), ne seraient-ils pas atteints de nanisme avec le temps ... ? 
     
    Les petites momies du Pérou
     
    Une autre constatation concernant ces petits êtres aux grands crânes, avec une toute petite bouche et avec des yeux "d'amphibiens, de reptiles ou même d'insectes" et de leur peau grise, en dehors de leur correspondance avec les, ou certains, "modernes petits gris" cités lors d'enlèvements par des OVNIs, est aussi une grande similitude avec au moins deux très anciennes légendes de l'Humanité : celle connue en Amérique Latine des "hommes-fourmis" et celle, mondiale, des "reptiliens" et du culte des hommes-serpents, voir de tout ce qui rattache (en "bon et en mal" en lien avec le serpent dans la mythologie...).
     

    Des créatures étranges sont aussi exposées dans ce Musée : Musée de Merrylin à Londres

    après celle de "ATA", la petite momie découverte également à Atacama et présentée par le Dr Steven Greer

    Voir la PAGE 

     

    VOIR AUSSI

    les crânes de Paracas

    un crâne étrange découvert au Pérou 

    Les Mystères de Monts Bucegi

    L'humanoïde d'Atacama, ATA...

    SIRIUS la momie d'Atacama

    Des extra-terrestres de petite taille

    Crânes de forme inconnue

    Aliens dans l'histoire 

    Des artefacts  pré-Maya montrant des ovnis  

    Découvertes interdites

    Squelettes extraordinaires 

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"