• ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5.

    Archéologie interdite

    ALIEN PROJECT  - Les "momies" du Pérou - 5ème partie.

     PAGE 1 - PAGE 2 - PAGE 3 - PAGE 4 - PAGE 5 - Page suivante

    Site Alien Project : the-alien-project

    "Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours existé" A. Shopenhauer

     

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Sur le lien ci-dessous, l'interview de THIERRY JAMIN a été réalisée début août avec ce média américain de New York , et traduit par William Gallison,
    Il faut cliquer en bas à droite de la page pour écouter l’interview en MP 3. sur « Free Dreamland Show" 

    www.unknowncountry.com/dreamland/latest

     

    VOIR LA VIDEO N°2 de JOIS MANTILLA, reporter péruvien sur les Etres de Nasca

      ici

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5.

    DERNIÈRE NOUVELLE !

    Un projet de loi a été déposé par le Député ARMANDO VILLANUEVA MERCADO au Congrès Péruvien (le 11 Juillet 2018) afin de préserver les corps momifiés de Nasca

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    En voici la traduction :

     LOI QUI DÉCLARE D’INTÉRÊT HISTORIQUE-CULTUREL L’ENQUÊTE SUR LES MOMES HUMANOIDES DE NAZCA

    Membres du Congrès du Groupe Parlementaire d’ACCION POPULAIRE qui souscrivent, à l’initiative du Député ARMANDO VILLANUEVA MERCADO, exerçant leur droit d’initiative législative conféré à l’article 107 de la Constitution Politique du Pérou, et conformément aux dispositions de l’Article 76 du Règlement du Congrès de la République, présente le projet de loi suivant:

    PROJET DE LOI

    DROIT QUI DÉCLARE D’UN INTÉRÊT HISTORIQUE-CULTUREL L’ENQUÊTE DES MOMES HUMANOIDES DE NAZCA

    Article 1. Objet de la loi

    L’objet de la présente loi est de déclarer d’intérêt scientifique, historique et culturel et de procéder à l’enquête archéologique et technique des momies humanoïdes trouvés dans la pampa de Nazca.

    Article 2. Déclaration d’intérêt historique et culturel

    Déclaré d’intérêt scientifique, historique et culturel pour mener l’enquête archéologique, scientifique et technique sur les momies humanoïdes trouvées dans la pampa de Nazca.

    Article 3. Charge du Ministère de la Culture

    Vérifiez auprès du ministère de la Culture et du Conseil national des sciences. Technologie et innovation technologique, de sorte que dans ses attributions et à charge de ses budgets assignés ou des accords qu’il peut souscrire, financer l’ensemble de l’enquête archéologique en utilisant les moyens techniques les plus adéquats, afin de déterminer avec certitude la qualité des momies humanoïdes trouvées dans la pampa de Nazca.

    Article 4. Participation des institutions nationales et étrangères.

    Le ministère de la Culture et le Conseil national de la science, de la technologie et de l’innovation technologique demanderont aux institutions nationales et étrangères qui ont effectué des recherches antérieures les informations pertinentes nécessaires. Les universités et les collèges professionnels, dans le cadre des tâches de recherche, peuvent demander à être intégrés dans la recherche promue par cette loi dans le cadre de leurs spécialités.

    Fondements de la proposition

    DÉCLARATION DE MOTIFS

    Antécédents

    L’Institut Inkari Cusco demande un soutien afin de protéger une importante découverte archéologique.

    À la fin de l’année 2015, plusieurs sarcophages en pierre contenant des corps humanoïdes momifiés et d’autres objets ont été découverts dans le désert de Nazca, dans un site souterrain, tous en bon état. Ceux-ci ont été emmenés à l’ONG INSTITUTO INKARI CUSCO.

    Ces corps humanoïdes ont été soumis à des analyses de laboratoire dans CARAÏBE TRACE GENETICS AND ARCHAEOBIOLOGY de Porto Rico. BIOTECHNOLOGIES MOLECULAIRES S.A. DE C.V du Mexique. UNIVERSITE NATIONALE DE RECHERCHE DE LA RUSSIE (Professeur Konstantin Korotkov) et l’analyse effectuée par Sarah Kouhou. PhD

    De ces recherches initiales et de l’analyse de l’ADN et du carbone 14, il a été possible de déterminer à la fois l’ancienneté et la composition génétique des momies humanoïdes, ayant donné des résultats intéressants et confirmé qu’il ne s’agissait pas d’une fraude de huaqueros.

    Tout cela a été porté à l’attention du Ministère de la Culture (Dossier 000001189-2017) et du Président Constitutionnel de la République de l’époque (Dossier 17-012556)

    La Direction de la culture décentralisée de lca (Nazca) est également consciente de cette découverte.

    La principale préoccupation qui se pose est que toutes ces découvertes, à la fois des momies humanoïdes et d’autres objets trouvés, peuvent être commercialisées auprès de collectionneurs privés au cas où le gouvernement ne prendrait pas de mesures directes à leur égard.

    Par conséquent, il est essentiel et urgent que le ministère de la Culture pour mener la recherche scientifique, historique et culturel d’une constatation qui a confirmé leur véracité et la validité créerait une nouvelle ligne de travail archéologique qui pourrait changer toute la vision que jusqu’à présent, nous avons eu égard aux origines des civilisations ancestrales du Pérou

    Effet de la validité de la règle sur la législation nationale

    Cette norme n’affecte aucune réglementation légale.

    Analyse coûts-bénéfices

    Cette norme ne génèrera aucun coût pour l’État.

    Cette norme n’a aucun impact sur l’environnement.

    Lima 4 juillet 2018

    02-06-2018 - Les News des Êtres MARIA ET WAWITA - analyses ADN et C14

    Maria et Wawita sont de la même espèce mais n'ont pas de liens familiaux entre eux.

     ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5  ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Leur origine ne s'apparente à aucun ADN humain moderne

     Résumé de la vidéo en anglais

    Propos de William Brown (Chercheur scientifique et biophysicien – Master en biologie moléculaire – Université de New-York 2008, Arizona 2005, et Hawaï 2012 – Resonance Science Foundation at Nassim Haramein Biophysic Laboratory) :

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    "Après avoir vu les résultats des analyses ADN, je dirais que les êtres dont les échantillons ont été pris, et dont l'ADN a été analysée, n'appartiennent à aucune origine terrestre connue. Ils ne correspondent avec aucune espèce sur Terre. Il n’y a aucun signe que cela soit un faux ». D’après son opinion basée sur les résultats ADN, Maria est une authentique relique et anomalie d’une origine inconnue. 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Dr KOROTKOV

    Le Dr Korotkov dit que l’ADN de Maria et Wawita n’appartient à aucun ADN d4 humain moderne, elles font partie du même type d’humain ou d’espèce, mais elles ne sont pas parentes, ne sont pas mère et fille, bien qu’elle se ressemblent, elles sont différentes.
    Wawita a 25,6% d’ADN lisible et Maria en a 23,8 % - et leur ADN ne correspond à un ADN humain moderne.  Mais il faudrait vérifier avec de l’ADN des anciens Péruviens.

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    En Russie, le Dr M. ASSEV explique que leur méthode d'extraction de l'ADN est similaire aux autres méthodes, mais qu'au final, ils ajoutent à la méthode standard une technique de séparation magnétique de la particule, juste pour enlever la contamination ayant eu lieu pendant la momification.
     Ils répètent l'extraction de l'ADN 7 fois, et à chaque fois, ils recommencent la méthode, pour protéger de toute contamination, y compris par le laborantin. Et, à ce stade, ils ont une bien meilleure qualité de résultat.

    Le Next Gen sequencing est maintenant la "Cadillac " pour faire le séquençage de l'ADN, quand on ne séquence pas le génome entier ou le chromosome en entier, mais qu'on séquence des fragments qui en sont dérivés. Cela n'est pas si simple à faire, spécialement si vous voulez le comparer à une référence.

    Analyses C14 : MARIA date d'environ 1705  soit  l’an 313  de notre ère (après JC). Wawita a environ 670 ans d’ancienneté soit daté de 1348 ap JC. env. Donc environ 1000 ans d'écart entre les deux.

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Toutes les analyses réalisées nous montrent que ce n'est pas humain, ce n'est pas juste  une mutation...(Dr Korotkov)
     
    Ce ne sont  que les analyses préliminaires car plusieurs laboratoires continuent à travailler sur ces échantillons (prélevés dans 4 différentes parties des corps: sous les aisselles, sur les doigts des mains, des orteils et dans le pelvis).
    Dans les prochaines épisodes, il est dit que Maria était âgée et malade d’après l’état de ses os.
    Les sinus sont circulaires, alors que chez l’humain ils sont plus en forme de boîte, le Dr n’a jamais
    vu de sinus aussi ronds.

    Ils ont trouvé du chlorure de cadmium sur Maria (qui est très toxique...) qui pourrait provenir de la terre de Diatomée qui recouvre son corps..(.la suite à venir....).

    Source : VIDÉO DE GAÏA TV  - A VOIR  : ICI

     

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     Planche de Josefina représentant le sternum  - par Jose de la Cruz Rios

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Ci-dessous : Vidéo du 15-03-2018 avec Michel Ribardière 

    Les Livrets NASCA :  ICI

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     Les Interviews :

     Vidéo NUREA TV - 07-02-2018 - avec Thierry Jamin et  Michel Ribardière  

      Vidéo de NUREA TV - 23 octobre 2017

    Vidéo de Thierry JAMIN du 13-10-2017 

    Vidéo de Thierry JAMIN du 23-09-2017 

    Géoglyphe de Nazca

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     

     

    Suite des PLANCHES ANATOMIQUES ET SCANNERS

    (Les autres planches, détails, informations et photographies sont à voir sur les PAGES 3 et 4)  

    Planches (Dr José Rios de la Cruz) - Scanners (Dr Raymundo Salas Alfaro)

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     Datations des momies

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Cliquer sur l'image pour l'agrandir

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     ICI un rapport en PDF afin de démontrer les preuves

     de la véracité des momies : Argumentation rapport scientifique 

      Scanners et radios de la grande "MARIA" de 168 cm 

    (cliquer sur les planches pour les agrandir) 

    Le Résultat préliminaire des 600,000 premières séquences massives d’ADN analysées d’une main et du corps séché de Maria au laboratoire Biotecmol du Mexique nous révèle ce qui suit : Seulement 19 % à 30 % sont similaires au génome humain. 20 % supplémentaire est d’origine bactérienne ce qui est quelque chose de naturel et normal… et la grande majorité est inconnue.

     Quand une nouvelle séquence est obtenue, on utilise le blast pour la comparer à d’autres séquences qui ont été précédemment découvertes, cela signifie qu’après la comparaison avec les bases de données des êtres vivants enregistrés sur la terre jusqu’à aujourd’hui… il n’y a pas de similitude. 
    Le Blast (basic local alignement search tool) est un logiciel capable de comparer une séquence donnée contre un grand nombre de séquences obtenues par la science actuelle. Ce n’est utilisé que comme référence : L’étude du génome humain a commencé dans les années 80, en 90, un projet avec beaucoup d’appui technologique et en 2001 dans le magazine nature a publié ses résultats à 90 %. C’est pourquoi nous avons besoin de patience.
     Il reste encore à analyser et comparer environ 2 millions de séquences et cela prendra 6 mois de plus à 1 an.

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Les échantillons prélevés des mains , des pieds et du corps de Maria correspondent dans les datations et dans les résultats de l'ADN, le corps pas été reconstruit à partir d'autres corps.

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Organes internes

    Intestins, larynx, trachée, cavun.

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Diaphragme et cœur

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Cœur et bronches

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Mâchoire 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Mains et pieds de trois doigts  

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Squelette

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Scanners du Dr R. Salas Alfaro

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Autres spécimens (Josefina, Albert,  et les trois spécimens de la "famille")

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 

     SIGNEZ LA PÉTITION pour la reconnaissance officielle et la protection

     des momies non humaines de Nasca (Pérou)  ICI et la vidéo ICI

    Page FACEBOOK 

    Une vidéo explicative par un professionnel des effets spéciaux au cinéma

     

    Liste des médecins et spécialistes qui ont analysé, radiographié et étudié les momies.

      (Exprimons notre gratitude aux Médecins des différentes spécialités scientifiques,

    qui risquent leur réputation et leur crédibilité en s'investissant dans les  recherches concernant cette

    découverte archéologique.)

    DR JOSE DE JESUS SALCE BENITEZ  

     Docteur Expert en Médecine Légale – médecin légiste et anthropologue légiste  de l'Institut des sciences médico-légales du Mexique (INACIF) Chef de médecine légale du Secrétariat de la Marine et des Forces Armées du Mexique. Diplômé de l’École Nationale d’Anthropologie et d’Histoire (Sipaz).

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DR EDSON SALAZAR  Pérou - chirurgien et  radiologue

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DR JOSE DE LA CRUZ RIOS - Mexico - Biologiste - Secrétariat de la Santé - Campeche
    Mexique - Recherches en microbiologie

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    Alien Project : Les momies du Pérou/3

    DR KONSTANTIN KOROTSOV - Ph D Russia - Prof St-Petersburg University - Président
    of International Union of Medical and applied Bioelectrography

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DR Michael Asseev - Ph D Russie - Head of the genetic analisis departement Russian
    Academy of science

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DR NATALIA ZALOZNAJA -- MD PHD RUSSIA  - HEAD OF IMAGE ANALISIS OF THE MEDICAL
    INSTITUTE MIBS

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DANIEL MERINO – Professeur d’Archéologie Pérou – Curator National Museum of  Sican - Espagne  

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    DR MK JESSIE - USA – Radiologue du squelette- Hôpital Université du Colorado

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    Dr Raymundo Salas Alfaro (Spécialiste en Radiologie  ET SCANNERS-  Pérou) 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Dr Ramiro Hermosa Rosell et Dr. Renan Ramirez Vargas - Chirurgiens des organes internes Cusco Pérou

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    Dr Julio Espejo Torres  Spécialiste des os - Cuzco-  Pérou

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    DR DAVID HERMOSA GONGORA

    Alien Project : Maria,Josefina,Victoria

    Dr Navarette (Nasca Pérou) 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Dr Ricardo Rankel – Biologie moléculaire et cellulaire - Pérou  

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    - Docteur Sarah Kouhou, Docteur en neuro-sciences, à Londres.

     

    Photo ci-dessous ( de gauche à droite) :

    Edward Valenzuela Gil (responsable Communication et Relations Publiques)

    Edward Valenzuela Gil – Secrétaire de l’Institut Inkari

    Thierry Maurice Pierre Jamin (Président fondateur de Inkari Cusco)

    José Benigno Casafranca Montes (Vice-Président Institut Inkari )

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

      Et les vidéos de : Clara Martinez (Genève-Suisse)

    (Licence en Chimie, Université de Genève.- Licence en Biologie Université de Genève. 

    Biochimiste expérimentale - Enseignante chez DIP)

    Informations sur les analyses ADN et les momies de Nasca 

    Alien Project : Les momies du Pérou/3

      Et des experts de Cambridge, Cardiff, Glascow et Leicestershire Universities (Angleterre)

    MEDIAS - Articles de Presse 

      JAIME MAUSSAN - Chaîne Tv mexicaine Tercer Milenio

    Fernando Correa Dominguez - Tercer Milenio

    Jois Mantilla - Journaliste (Pérou)

    JAY WEIDNER Senior DIRECTOR OF content Gaia

    Melissa Tittl - Director of Original Content - Gaia TV 

    Anthony Choy - VAOD 

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5 ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

     - LA VIDÉO UPDATE 6 DE GAIA TV - sept 2017  : sur ce lien

     - Vidéo N° 2  du Salon Paraexpérience de Dijon du 03-09-2017 - Avec Deïmian et Michel Ribardière

    ViDEO de Thierry Jamin du 23-09-2017

     Vidéo de la TV Russe (Novembre 2017)

    - CONGRES UFOLOGIE DE BARCELONE 20 SEPTEMBRE 2017  - Jaime Maussan de Tercer Milenio -

    Lien : theufologyworldcongress

     

    LIENS DES ARTICLES DE PRESSE :

    Site ALIEN PROJECT : the-alien-project.com

    1 - express.co.uk/news/

    2 - lematindz.net/news

    3 - express.co.uk/news/ 2

    4 - planetanovosti.com/news/

    5 - express.co.uk/news/ 3

    6 - thesun.co.uk/news/

    7 - lematindalgerie

      

    Voir aussi : LE TOUR DE FRANCE ALIEN PROJECT 2017

     ++++ 

    Un article intéressant sur un "humain parfait" et.. tridactyle aux pieds !

    Entre "Maria" et "Avatar"...

    Pour la BBC, une anthropologue et anatomiste a conçu le corps humain biologiquement "parfait".

    Mesdames et messieurs, voici l'humain parfait. Il ne remplit probablement pas nos critères esthétiques, mais c’est visiblement le corps le plus "performant" que la nature aurait pu imaginer pour notre espèce. La femme aux longues oreilles, dans la photo et la vidéo ci-dessous, serait ainsi biologiquement parfaite, selon Alice Roberts, l'anatomiste et anthropologue britannique l'ayant imaginé.

    Pour une émission, la BBC 4 l'a ainsi mise au défi de concevoir le corps humain parfait à partir du sien. Cette Alice 2.0 est une version réinventée et améliorée d'elle-même, sans imperfection et avec, en plus, un certain nombre de caractéristiques inspirées de ce qui se fait de "mieux" chez les animaux, comme la poche pour les bébés kangourous, des jambes inspirées de celles des émeus ou une peau de reptile. Ce magnifique corps hybride possède également un meilleur cœur avec plus d’artères, des poumons plus efficaces, des yeux sans cils et des oreilles qui perçoivent mieux les sons. Alice 2.0 a également une peau reptilienne qui lui permettrait de bloquer les rayons ultraviolets. Elle est parfaite.
    Pour construire ce mannequin de la manière la plus réaliste possible, Alice Roberts s’est entourée de l’artiste et spécialiste de l’anatomie humaine Scott Eaton et d’une équipe de maquettistes et de spécialistes des effets spéciaux.

    Source : mashable

    ALIEN PROJECT - Les momies du Pérou/5

    Qu’en est-il de véritables traces de géants et de crânes dolichocéphales en Égypte?

    (extrait du texte d'Antoine Gigal)

    Je comprend parfaitement que ce qui est dans l’article des scientifiques et publié dans la fameuse revue médicale: «Lancet», est intéressant car, cela montre d’une certaine façon, un lien génétique dans le squelette de SeNakht avec de possibles ancêtres géants («véritables»). Mais alors pourquoi ne pas étudier les crânes trouvés par Emery et où sont-ils aujourd’hui?

    Le professeur Walter B. Emery (1903-1971), un excellent archéologue avec 45 ans d’expérience de fouilles en Egypte et auteur du fameux livre sur:  “L’Egypte Archaïque”, a trouvé dans certaines tombes les restes de personnes qui vivaient dans les temps pré-dynastiques au nord de la Haute Égypte. Les caractéristiques de ces corps et squelettes sont incroyables. Les crânes sont de taille anormale et sont dolichocéphaliques, c’est-à-dire que le crâne vu de dessus est ovale et est environ 25% plus long que large. Certains crânes ne montrent aucun signe des sutures habituelles. Les squelettes sont supérieurs à la moyenne de la zone et surtout le cadre squelettique est plus large et plus lourd. Il n’a pas hésité à les identifier avec les «disciples d’Horus ou Shemsu-Hor» et a constaté qu’au cours de leur vie, ils remplissaient un rôle sacerdotal important. En ce qui concerne les crânes à tête longue, il semble que ce ne soit pas une lignée préhistorique d’évolution, mais plutôt une lignée provenant d’un cycle de civilisation avant le déluge.


    Ces crânes élargis ont déjà été trouvés dans plusieurs régions du monde. Le Dr J. Von Tschudi et Mariano E. Rivero au Pérou ont identifié trois races dolichocéphaliques pré-inca, les Chinchas, les Aymaras et Huancas. Ils ont également constaté que si les Chinchas avaient une crâne allongée, c’était parce qu’ils avaient bandé les crânes de leurs enfants afin de ressembler aux deux autres groupes qui ne bandèrent pas leur crâne. Ils ont réussi à déterminer que le groupe original avec les caractéristiques naturelles les plus marquées était le Chinchas. Ils ont précédé le premier Inca, Manco Capac, et ont probablement influencé à la fois les Incas et les Mayas dans les temps postérieurs. Les chercheurs A.H. Verrill et Posnansky soulignent que la plus ancienne ville pré-incas au Pérou, Tiahuanaco, date du même temps que l’Égypte pré-dynastique et les crânes agrandis de cette période se trouvent dans le musée de Tihuanaco.
     

    Il est donc affirmé qu’il existait une fois une race antédiluvienne qui a été trouvée ici et là, partout dans le monde, une race qui avait un crâne conique naturellement allongé, comme l’ont affirmé certains chercheurs, dont le Dr Johann Jacob Tschudi, qui possédait un fossile de ce temps, un fœtus de 7 mois avec un crâne dolicocéphalique toujours dans le ventre de sa mère momifiée par le temps. Ce qui implique donc, la réalité tangible de l’existence de crâne allongés “naturels” sans avoir été allongés une fois nés.


    Tout cela est loin d’être «politiquement correct» parce que ces faits mettent en cause, l’histoire de l’évolution et les croyances basées sur la Bible. C’ est donc un processus très lent pour que les gens absorbent ces faits nouveaux mais fascinants. Pour citer un exemple, les crânes dolicocéphaliques ont été retirés de la vue publique dans le musée de La Valette à Malte, sans aucun doute pour éviter de nuire aux sensibilités religieuses de certaines personnes. En effet, environ 700 de ces crânes ont été trouvés à Malte dans l’hypogée de Hal Saflieni et les tombeaux des temples mégalithiques de Taxien et Ggantja. Ce fut le Dr Anton Mifsud et le Dr Charles Savona Ventura qui ont analysé les crânes et sont arrivés à la même conclusion qu’au Pérou, identifiant trois groupes différents, certains d’origine complètement “naturelle“ et d’autres qui avaient été bandés.

    Et voici un lien encore plus étroit avec l‘Égypte : L’ancien nom de Malte est Melita, du Latin Mel, «le miel». Le symbole de Malte est une abeille avec ses rayons hexagonaux. N’oublions pas que le symbole du pharaon en Égypte est aussi l’abeille («bit») qui lui confère l’un de ses titres. Le miel était réservé au Pharaon et aux principaux prêtres, et Mel ou Mer était l’un des noms donnés aux pyramides en Egypte. En outre, le culte du soleil a prévalu à Malte comme en Égypte, et la caste dolichocéphale a disparue en même temps, dans les deux pays.

    Dans mes recherches, j’ai constaté qu’il y avait très probablement une migration de ces personnes aux crânes allongés d’Egypte vers Malte, et des traces d’elles se trouvent dans la civilisation crétoise. Quoi qu’il en soit, cette caste qui semble avoir été consacrée à la prêtrise et à l’enseignement, et qui se tenait plus ou moins séparée des autres, avait un point commun partout : la construction de monuments mégalithiques. Ils formaient une caste sacerdotale dominante partout où ils se trouvaient. Ces gens pourraient-ils vraiment être les descendants d’une race antédiluvienne? Peut-être, mais nous n’avons pas encore assez d’éléments et cela mérite d’être beaucoup plus sérieusement étudié notamment si on analysait sérieusement les résultats d’anciennes fouilles de grands archéologues comme Emery dont l’éthique était indiscutable. Il ne reste que la volonté de trouver la vérité sans subir d’obstacles…

     Source : gigalinsights

     

    PAGE 1 - PAGE 2 - PAGE 3 - PAGE 4 - PAGE 5 - Page suivante

     

     

    Différentes espèces humaines ont peuplé la Terre avant de disparaître.

    Et certaines ont même imprimé leur trace dans notre génome sans que nous en ayons encore retrouvé les fossiles.

    Il y a quelques dizaines de milliers d'années, la Terre était encore peuplée de plusieurs lignées humaines. L'humanité était buissonnante avec des groupes d'individus éparpillés. Différentes espèces* se sont même mélangées entre elles, donnant parfois lieu à des hybridations plus ou moins durables. Nous partageons ainsi une partie de notre patrimoine génétique (à hauteur de 2%) avec l'homme de Néandertal qui peuplait encore l'Europe il y a plus de 40.000 ans. Home sapiens, mais aussi Néandertal, se sont parfois mélangés plus à l'est avec une autre espèce, Dénisova , qui peuplait l'Asie sensiblement à la même époque. Cette espèce n'est identifiée que par quelques fragments et son aspect général nous est encore inconnu.

    Si nos gènes gardent les traces de l'époque où nous cohabitions avec ces deux cousins, ils peuvent aussi livrer d'autres secrets. Les analyses génétiques permettent de révéler l'existence d'espèces totalement inconnues qui ont laissé des traces durables dans notre génome. Des fantômes qui hantent notre ADN mais dont nous n'avons encore identifié aucun reste fossile.


    «On suppose que d'autres lignées humaines ont pu cohabiter avec nos ancêtres en Afrique notamment», raconte Céline Bon, paléogénéticienne au Musée de l'Homme. «Mais le climat africain ne permet pas une conservation optimale de l'ADN ancien. Nous ne pouvons pas donc nous ne pouvons pas faire de comparaisons directes comme c'est le cas en Eurasie avec Néandertal et Dénisova.»

    En séquençant les génomes des populations contemporaines, les chercheurs arrivent toutefois à trouver la trace d'ADN ancien «piégée» dans notre génome. L'espèce humaine, telle qu'elle existe aujourd'hui, est en effet l'une des plus homogènes que l'on connaisse sur le plan génétique. Il est ainsi (relativement) facile d'identifier les traces d'introgression dans notre génome. Autrement dit de déceler les bribes d'ADN qui proviennent d'espèces humaines aujourd'hui disparues avec lesquelles nos ancêtres se sont accouplées.

    «On a découvert au moins deux événements de métissages avec des espèces inconnues, l'une chez des populations ouest-africaines, l'autre chez les Pygmées,» continue la chercheuse. «Les espèces sont là, on ne sait pas encore à quoi elles ressemblaient, mais elles ont croisé la route des premiers Homo sapiens. C'est même possible que l'on ait découvert des restes leur appartenant, mais qu'on ne les ait pas encore identifiés.»

    L'ADN permet de compléter les trous dans le puzzle de notre histoire

    D'autres méthodes permettent de penser qu'au moins une autre espèce «fantôme» hante notre ADN et notre passé. La distance génétique qui sépare Sapiens, Dénisova et Néandertal est plus complexe que le schéma dessiné par leurs traces purement archéologiques. En effet, les restes archéologiques et leur datation racontent une histoire des lignées humaine très légèrement différente de celle que racontent les analyses ADN. «Il manque au moins un élément dans nos connaissances,» détaille Céline Bon. «Des simulations permettent d'établir différents scénarios pour expliquer cette légère dissonnance. Dans ce cas , le scénario le plus crédible consiste à rajouter au moins un métissage d'une des trois espèces avec une espèce inconnue.»

    L'image est presque nette, mais il manque encore un petit quelque chose en somme. Une petite pièce au milieu du puzzle. Que de prochaines découvertes arriveront peut-être à identifier.

    * La définition d'espèce diffère selon que l'on s'en tienne à la génétique ou à la morphologie. Deux espèces ne sont pas censées être interfécondable, or l'analyse ADN montre que la frontière est bien plus floue et complexe. C'est particulièrement vrai pour les anciennes espèces humaines.

    Source : lefigaro.fr/sciences

     

    Autres sujets associés 

    Antoine Gigal, exploratrice

    Yousef Awyan et le savoir caché de l'Egypte

    Révélations à Nasca

    Des pierres gravées inédites

    Des visiteurs à trois, quatre et cinq doigts

    Archéo-ufologie

    les crânes de Paracas

    un crâne étrange découvert au Pérou 

    Les Mystères de Monts Bucegi

    L'humanoïde d'Atacama, ATA...

    SIRIUS la momie d'Atacama

    Des extra-terrestres de petite taille

    Crânes de forme inconnue

    Aliens dans l'histoire 

    Des artefacts  pré-Maya montrant des ovnis  

    Découvertes interdites

    Squelettes extraordinaires 

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"