• L'esprit des arbres

     Nature insolite

    L'esprit des arbres 

    L'esprit des arbres 

    Je crois que toute communication avec le monde végétal nécessite d’abord, de ralentir.
    Ralentir le flot de nos pensées trop souvent en ébullition, ralentir nos mouvements et se tenir quiet ainsi qu’ils sont, ralentir notre impatience qui nous empêche d’attendre, qui nous empêche d’entendre.
    Les arbres pensent, mais avec lenteur. Les arbres pensent, mais non en idées mais en évidences, ce qui ne les empêche nullement de briller dans les abstractions.

    Photos d'émanants 

    Converser avec les arbres implique de se mettre à leur rythme. Il faut aller à leur rencontre. A l’orée de la forêt, on va se présenter respectueusement et formuler, sans nécessairement l’articuler, pourquoi nous venons dans ce lieu qui est le leur. Exactement ce que nous faisons lorsqu’on se trouve sur le seuil d’une maison qui n’est pas la nôtre. Il ne nous viendrait pas à l’idée de se comporter autrement, et pourtant, ça nous semble saugrenu d’agir ainsi, au seuil de la forêt.
    Il est pourtant bienvenu d’y mettre des “usages”.
    Cette politesse, cette attention respectueuse, va se transmettre de racines en racines comme des murmures. On pourrait presque entendre des “Oh !”, des “Ah !”.

    Photos d'émanants

    Photos d'émanants

    Comme il en est des arbres comme des personnes, il y a des hiérarchies dans une forêt, certains arbres sont plus causants que d’autres, certains sont plus turbulents, d’autres plus sages, et puis certains nous correspondent plus que d’autres.
    On se promène un instant et lorsqu’on arrive près de l’un d’eux qui nous semble plus engageant, on s’asseoit tranquillement, adossé à son tronc.
    Là on va attendre paisiblement et ralentir encore, attendre jusqu’à percevoir la “musique” de l’arbre. Chaque arbre vibre, et s’il est difficile pour nos oreilles d’entendre leur ronronnement, nos corps peuvent néanmoins le ressentir, par la peau probablement. Ils possèdent chacun, une “présence rayonnante”. Se tenir tranquillement le long de son tronc, s’abandonner à son rayonnement, c’est d’une certaine façon, se laisser prendre dans ses bras.
    Par cet “embrassement”, lui aussi va “ressentir” notre “présence rayonnante”, et bien souvent, il en sera d’abord intrigué.
    Alors, il nous faudra faire connaissance, se présenter, souhaiter le bonjour, et à nouveau attendre le retour de politesse.

    Photos d'émanants

    Photos d'émanants 

    Certaines personnes disent qu’il vaut mieux faire cela l’été car les vibrations d’hivers seraient “nocives”. Pour ma part, je n’ai rien ressenti de tel, mais il est vrai, que si on réveille un ours dans sa tanière, on a plutôt intérêt à le faire avec une infinie gentillesse. 

    Site : bouchardon

    Avant de se confier à lui, il va nous falloir apprendre de lui ; qui il est, sa “position” dans la forêt, s’il est satisfait de son sort, etc... Bref, s’intéresser à lui, sans le feindre.
    Peut-être, il ne faut pas espérer tout en une seule fois. Un arbre, ça s’apprivoise d’une certaine façon. Il faut se faire “apprécier” de lui et lui prodiguer toute la tendresse qui est en nous. Ces grands éléphants immobiles y sont bien plus sensibles qu’on ne l’imagine.
    La répétition des visites, l’habitude, rendra moins longs les préliminaires, car comme le dit le Renard du Petit Prince : “chacun aura pu se préparer le coeur”.

    Photos d'émanants 

    Il faut savoir que l’arbre de la forêt est un être pour moitié individuel, et pour moitié collectif. Parler avec l’arbre de la forêt, c’est également parler avec la forêt.
    Il y a peu de vrais solitaires.
    Il y en a parfois, au milieu des champs, et ceux-là sont généralement de grands “télépathes”. La nécessité de devoir communiquer à distance les aura rendu d’autant plus “sensibles”, et aura également forgé leur caractère. Mais il ne faut pas accorder plus d’importance qu’il n’en faut, à leur côté “bourru”, au fond, ce sont des tendres ! 

    Chaque espèce d’arbre a conscience de son “sang”. Certains sont tout en simplicité, et d’autres sont “monarques”. Du fait de ce qu’ils sont, leur accès individuel peut différer et donc la nature de leur “discours” ou de l’échange possible. Avec certains, il faudra mettre plus de manières et d’emphase qu’avec d’autres. Il en est ainsi entre les jeunes et les vieux. Les jeunes sont généralement plus faciles d’accès, mais les vieux ont souvent plus à dire. Comme pour les humains, le temps confère l’expérience, ce pour quoi le monde végétal a le plus grand respect.

    Photos d'émanants 

    De par leurs racines, ils sont en contact étroit et permanent avec la “conscience” de la Terre et entretiennent avec elle une relation véritablement passionnelle, par le biais des éléments.
    Il peut nous être donné parfois à observer, ces moments incroyablement magiques, où la Terre et le monde végétal se font mutuellement l’amour dans des orages grandioses où se mêlent appel, désir, réponse, partage, jouissance et plénitude retrouvée.
    Mais les forêts sont aussi tournées vers le Ciel. Leurs paraboles sont déployées en permanence. Les forêts de la terre communiquent avec les forêts d’autres mondes. C’est pourquoi, dans les temps anciens où l’homme savait cela, il se servait des forets comme amplificateur de signal, ou comme “onde-porteuse” pour communiquer lui-même avec les autres mondes.

     L'esprit des arbres

    Certainement, il y a beaucoup de richesses disponibles dans la communication avec ces “frères” végétaux. Il y a beaucoup d’équilibre à trouver pour l’homme moderne, stressé, et nerveusement malade de tout un tas de “trops” et de “trop vite”, simplement en laissant leur rayonnement réaligner le nôtre. Ils sont pour nous, une source de santé et de vitalité.

    Photos d'émanants

    Photos d'émanants

    Mais le temps fait également d’eux des “philosophes”, et l’apprivoisement en fait d’infatigables conteurs de l’histoire du monde et des mondes. Ils sont bien plus qu’on ne le pense, les gardiens de notre propre mémoire, celle de notre espèce humaine. 

    Chaque arbre est un “cristal biologique”, un “sphinx” qui ne demande qu’à délivrer ses secrets.  

    Gwelan Aour

    (source : .onnouscachetout.com)

        

     l'esprit d'un arbre

    L'esprit des arbres

    CONTACTS AVEC LES ARBRES GUIDES

    DIALOGUE AVEC UN CHENE

    Avant de vivre cette aventure de contacts avec des arbres, je ne pouvais
    concevoir que la chose fut possible. Nous savions, par expérience qu'une
    conscience planétaire comme Gaïa pouvait focaliser une petite partie de ses
    énergies et de sa conscience pour entrer en contact avec l'humain. De même,
    nous savions que les autres règnes de la nature possédaient une conscience, mais
    nous n'avions pas fait le parallèle en ce qui concerne les dialogues possibles.
    Nous allions apprendre comment des arbres guides pouvaient s'exprimer eux
    aussi avec une grande connaissance des choses et avec une grande sagesse.
    Notre premier contact se déroula dans les Alpes Maritimes. Nous étions allés,
    Oriane et moi-même, rencontrer des amis près de Tourrettes-sur-Loup et ils nous
    avaient conseillé d'aller visiter un chêne plus que centenaire sur les monts
    avoisinants. L'endroit ressemblait à un bout du monde. Je tombai tout à coup en
    admiration devant un énorme chêne dont le diamètre devait avoisiner les quatre
    mètres. Je n'en avais jamais vu de si gros auparavant. Ses branches étaient
    impressionnantes et basses, et l'on pouvait aisément y grimper.
    Je ne pensais pas du tout à un quelconque travail ce jour-là. Nous nous assîmes
    simplement le dos appuyé contre son tronc pour nous reposer et, la marche et la
    chaleur aidant je me mis à somnoler.
    Soudain, une voix puissante et profonde, semblant remonter du fond des âges
    sortit des cordes vocales de mon épouse, et cela me fit sursauter. Heureusement,
    comme toujours, j’avais avec moi mon enregistreur prêt à fonctionner :
    "Bonjour, ami humain.
    Ne sois pas surpris, je suis la conscience du chêne sur lequel tu es appuyé. J'ai
    senti la possibilité de pouvoir entrer en contact avec l’humain, et je n'ai pu
    résister au plaisir de le faire d'autant plus que cette possibilité reste rare avec les
    êtres humains. Je suis ce que vous pourriez appeler un arbre guide. Mon travail
    consiste à équilibrer ce coin de la Nature. Je veux te faire prendre, vous faire
    prendre conscience du rôle que vous aussi, humains, devez assumer envers cette
    Nature.
    Vous devez vous occuper de la Nature. Elle a besoin de vous, elle a besoin que
    vous vous penchiez sur elle, que vous vous occupiez d'elle. Elle a besoin que
    vous entriez en contact avec les éléments qui la composent. L'homme, en
    s'incarnant sur le sol de Gaïa en avait fait la promesse, mais il ne le fait pas, ou
    presque pas. Si vous laissez une partie de votre conscience fermée à Gaïa, vous
    ne pourrez pas être vraiment équilibrés sur son sol. Vous voulez évoluer
    rapidement mais vous ne vous responsabilisez pas au niveau du support de votre
    incarnation.
    De plus, vous oubliez que votre corps fait également partie de cette Nature.
    Votre premier devoir est de vous occuper de lui. Savez-vous que, lors de la
    préparation d'un corps, de grandes énergies sont mises en action. Vous êtes le
    dépositaire de cette création durant toute votre incarnation. Prenez donc
    conscience de l'importance de votre action auprès de votre corps et de la Nature
    tout entière.
    Tu constates aujourd'hui qu'une conscience végétale peut focaliser une partie de
    ses énergies en un point pour communiquer avec l'homme. Pour que cela puisse
    se faire à une plus grande échelle, il est indispensable que l'homme se rapproche
    de nous. Non seulement nous avons besoin de son concours pour la régénération
    et le développement de la Nature, mais aussi nous avons beaucoup de choses à
    lui dire, à lui apprendre à cet être humain.
    Je pourrais vous raconter bien des histoires, car j'en ai vu défiler des êtres et des
    consciences.
    Cela pourra se faire ultérieurement, mais aujourd'hui il était important que vous
    compreniez que vous, en tant qu'entité individuelle, au sein du Cosmos et au
    sein de Gaïa, ne pouvez pas évoluer si vous ne prenez pas conscience, si vous ne
    vous responsabilisez pas envers la Nature.
    Ami, j'ai été heureux de pouvoir m'exprimer, de pouvoir partager avec toi ce
    moment.
    A bientôt, je te laisse dans ton silence intérieur. Fonds-toi en Gaïa et prends
    conscience de la beauté de cette sphère."
    Je dois vous avouer que j'ai mis un certain temps pour me persuader que je
    n'avais pas été victime d'un fantasme ou d'un délire mystique. Voici donc que
    nous pouvions entrer en relation avec des végétaux. Je n'avais aucun élément
    pour prouver à mon mental que ce que j'avais vécu était du domaine de la réalité.
    Oh, bien sûr, il y avait les contes de fées où tout est possible, et où tout être, quel
    qu'il soit, peut dialoguer avec n'importe quel élément de la vie. Mais c'était des
    contes. Et si les contes de fées étaient basés sur la réalité? Et si les fées
    existaient véritablement? Et si la vie était plus simple, et en même temps plus
    complète que ce que nous croyons?
    A l'époque je m'étais posé ces questions. Je ne m'en pose plus, car j'ai vécu, j'ai
    entendu, j'ai compris. Je me mets à la place de celui qui lira ces lignes sans en
    être préparé, et qui mettra ces lignes au rang des histoires extraordinaires. Je le
    comprends car je suis passé par là moi aussi. Mais je vous affirme, par
    expérience, que ce qui existe vraiment dépasse l'imagination la plus fertile. Au
    fait, savez-vous où l'imagination prend ses sources bien souvent?

    DIALOGUE AVEC UN HÊTRE

    Ce jour-là j'étais en passe de réaliser un rêve qui me tenait à coeur, celui de
    passer une journée dans la forêt de Paimpont, nommée communément forêt de
    Brocéliande. Je désirais depuis longtemps visiter ce lieu encore magique, célèbre
    au travers des récits de la fée Morgane et de Lancelot, et deux amis nous
    guidaient Oriane et moi-même.
    Nous nous étions donc enfoncés à l'intérieur d'un majestueux sous bois qui était
    désert en cette heure matinale et en hors saison touristique.
    Mon regard était captivé par tant de beauté, tant de grandeur, dans ce calme
    serein des grandes forêts où la végétation peut dialoguer à son aise avec le
    peuple des animaux qu'elle abrite et protège de la furie des hommes.
    Un grand Hêtre m'attira et je sentis cette fois-ci que j'allais pouvoir dialoguer
    avec lui, tant je me sentais intégré à la Nature de ce lieu.
    Nous nous allongeâmes donc, et selon les conseils que nous avait donnés Gaïa
    auparavant, nous fîmes un exercice pour ralentir notre rythme biologique tout en
    accélérant notre vibration de base.
    Au bout d'un long moment j'entendis, à travers mon épouse, comme un long et
    profond souffle qui s'exprima ainsi :
    " Goûtez ma sérénité amis.
    Mon but sur Terre est d'apporter cette sérénité dont les hommes ont tant besoin.
    Mais plutôt que de m'appesantir sur mon but, je préfère te parler un peu de moi.
    Ce que vous voyez de moi, c'est mon aspect matériel. Il vous suffirait d'entrer en
    résonance avec mon être intérieur pour que vous vous aperceviez de mon être
    véritable. Ainsi que vous avez un corps matériel humain, j'ai un corps matériel
    fait d'une substance qui s'appelle le bois.
    Lorsque votre regard se porte vers un arbre quel qu'il soit, c'est vers tous les
    arbres qu'il se porte, mais aujourd'hui ta conscience a été attirée vers un arbre en
    particulier, aujourd'hui la conscience du hêtre est avec toi, avec vous.
    Laissez-vous porter par mes énergies, sentez cette énergie du hêtre pénétrer au
    plus profond de votre coeur, au plus profond de vous-mêmes pour que vous
    gardiez dans chacune de vos cellules l'impact, le souvenir de notre rencontre.
    Ressentez-vous cette vibration en vous?
    Je vous prépare à venir jusqu'à mon coeur mais laissez-vous aller, prenez votre
    temps, ne précipitez rien car vous avez une vibration plus forte que la mienne. Il
    faut que je ralentisse celle-ci pour que votre vibration entre en résonance avec la
    mienne, et qu'ainsi nous puissions avoir vous et moi un contact plus étroit...
    Nous sommes heureux de voir que l'homme enfin se rapproche de la Nature. Il
    ne pourra pas revenir en arrière, il ne pourra pas rattraper le temps perdu, mais il
    peut encore beaucoup pour la Nature et pour lui-même. Il faut qu'il prenne
    conscience que nous sommes une partie de lui-même, différente, mais une partie
    tout de même. Ici, sur Gaïa, tout est relié, même entre des règnes différents.
    Vous voyez les corps de matière, mais au niveau des consciences, les différences
    ne sont pas aussi marquées que vous pourriez le croire.
    D'ailleurs, certains d'entre nous, à force d’Amour apporté par certains êtres sur
    la planète mutent et deviennent des animaux, car cela est possible lorsque
    l’Amour est dirigé constamment vers nous. Nous sortons de notre staticité pour
    muter dans la race des animaux. Cela n'est pas donné à tous bien entendu, car
    tous n'ont pas le désir d'expérimenter la Lumière de cette manière, mais cela
    arrive pour certains d'entre-nous.
    Au-delà de l'apparence que vous avez de nous, nous sommes capables de
    manifester une certaine sensibilité. Non pas une sensibilité émotionnelle comme
    vous, mais une sensibilité vibratoire. Par exemple, lorsque certains d'entre vous
    entrent dans la forêt avec de mauvaises pensées, ou de l'agressivité en euxmêmes,
    nous en ressentons comme une agression dans notre rythme et notre
    équilibre. Alors, lorsque nous pensons que certains ont la possibilité acquérir en
    eux-mêmes un peu des énergies de Paix et d'Amour de la Nature, nous formons,
    nous les arbres, une chaîne de Paix et d'Amour autour d'eux. Hélas très peu
    d'humains sont sensibles à ces énergies de la Nature, et peuvent les recevoir.
    Si l'homme voulait bien prendre conscience de notre existence, nous pourrions
    lui apprendre à vivre plus harmonieusement avec son milieu naturel.
    L'homme n'est pas fait pour vivre seul, coupé de la Nature. C'est comme s'il lui
    manquait une main, il est mutilé, et nous regardons impuissants, ces êtres
    mutilés, sans pouvoir prendre contact avec eux pour les aider. Alors eux-mêmes,
    inconscients de notre existence nous créent des problèmes. Leur mal de vivre
    nous atteint au plus profond de nous, jusque dans nos racines.
    Nous sommes le poumon de la Terre par laquelle ils peuvent respirer la vie,
    mais si l'homme est malade, il nous rend malade à notre tour et la gangrène
    s'installe partout sur la Planète.
    Nous dépérissons par manque d’Amour de la part d'une partie de nous-mêmes.
    Prends conscience homme de la Terre du rôle qui t'a été dévolu un jour et duquel
    tu t'es détourné pour ne t'occuper que de toi. Prends conscience que tu n'es pas
    seul et que si nous n'existons plus, ta vie ne pourra plus exister ici. Nous
    attendons depuis si longtemps que tu veuilles enfin t'éveiller.

    Avez-vous une question à poser?

    La question me surprit. Pouvais-je vraiment dialoguer avec un arbre? Où sont
    les limites du possible? Et si les limites n'existaient pas, car la réalité fait partie
    de l'infini?
    Je me ressaisis brusquement pour ne pas me décaler de la vibration commune
    que nous avions installée, et je me risquais, un peu timidement au début :
    Q - Je désire m'adresser à toi également au nom de mes semblables qui seraient
    heureux d'être là aujourd'hui. Est-ce que tu peux nous expliquer quel est ton rôle
    dans la Nature en tant qu'essence de hêtre?
    R - J'apporte la sérénité, le calme. Chacun de nous a une particularité bien
    spéciale, et il est responsable de cette particularité. Mais nous tous, les arbres,
    nous vous montrons ce que vous devez être, comment vous devez vous
    comporter dans la vie. Je m'explique : Nos racines sont bien implantées dans la
    terre, nous puisons au plus profond de celle-ci la nourriture indispensable à notre
    vie, à notre équilibre. Nos cimes sont dressées vers le ciel pour mieux capter la
    Lumière et la faire pénétrer jusqu'à nos racines. Il doit en être de même pour
    vous. Certes vous avez la possibilité de vous déplacer sur le sol, mais vous
    recevez les mêmes énergies par vos chakras. Si vous agissez ainsi dans votre
    conscience, vous ne vous sentirez plus déstabilisés par les événements de votre
    vie. Lorsque le vent souffle, lorsque la tempête fait rage, vous resterez stables et
    équilibrés. Vous vous élevez de plus en plus vers le ciel, mais vous oubliez de
    renforcer votre enracinement.
    Q - Il me semble que tu as une énergie sécurisante également et qui se prolonge
    loin autour de toi. De fait il semble que les êtres inquiets ou qui ont besoin de
    cette sécurité sont attirés vers ton énergie; est-ce exact?
    R - Oui, cette sécurité c'est ma confiance en l'énergie qui m'anime qui me l'a
    donnée, et il est vrai que des êtres viennent auprès de moi pour prendre un peu
    de cette énergie. Mais, sécurité et sérénité sont la même expression avec des
    mots différents.
    Q - Est-ce que tu as une fonction de guide dans le lieu où tu te trouves, et
    comment agis-tu sur la Nature?
    R - Mon rôle est de surveiller ce coin dans lequel je suis implanté. Ce rôle de
    guide m'a été donné pour permettre à mes énergies de se diffuser tout autour et
    d'apporter la sécurité, la sérénité, le calme et la confiance à certaines essences
    qui ont besoin de plus de précautions, de préparation pour s'épanouir.
    Q - Est-ce que, en tant que guide, tu as une énergie un peu plus différenciée que
    les autres de ton espèce, est-ce que tu es plus individualisé?
    R - Oui, en tant que guide j'ai plus d'énergie car j'ai plus d'expérience, et cela me
    permet de prendre des décisions pour harmoniser la Nature dans certains
    endroits qui en ont plus besoin.
    Je reçois beaucoup plus d'énergie en moi-même que d'autres qui apprennent à le
    faire petit à petit.
    Chacun de nous est un exemple et même dans la Nature cela se répercute.
    Un arbre quel qu'il soit, de quelque essence particulière qu'il soit, s'il devient un
    exemple pour d'autres arbres alentour, devient aussi leur guide.
    Q - Tu veux dire qu'une conscience de ton essence va aider et guider d'autres
    essences d'arbres autour de toi?
    R - Oui, cela n'est pas incompatible. On a toujours un rôle autour de soi, par
    rapport à soi et par rapport aux autres qui sont autour de soi.
    Mais en même temps je suis relié à tous les hêtres qui sont sur la planète; nous
    faisons par nos énergies comme des poteaux télégraphiques et nous sommes
    constamment reliés les uns aux autres. Nous pouvons nous passer les
    informations, et ainsi lorsqu'un lieu a besoin de plus d'énergie nous focalisons
    nos énergies vers ce lieu.
    Q - Est-ce que tu es aidé dans ta fonction par d'autres énergies de la Nature?
    R - Oui, il y a tout un système; nous ne sommes pas seuls, nous travaillons avec
    des énergies différentes, mais je pense qu'il est assez complexe pour que nous
    l'abordions aujourd'hui.
    Q - Je pense avoir vu qu'il y avait en toi une mémoire-énergie; peux-tu me le
    confirmer?
    R - Je le confirme. En moi-même j'ai en effet toutes les archives de tous les
    arbres, de tout ce qui s'est passé depuis que je suis au monde, et il est vrai que si
    un être arrivait à se mettre en connexion avec mon énergie, je pourrai lui
    apprendre beaucoup, beaucoup de choses sur ce qui s'est passé dans cette région
    depuis que j'y suis. Tout est inscrit en moi, je suis un peu comme des Annales
    Akashiques.

    Un des deux amis demanda :

    Q - Es-tu le centre de cette forêt?

    R - Non. Je suis le centre de ce lieu, mais pas de la forêt tout entière. Je ne
    travaille pas seul, et si vous vous mettez à l'écoute, je vous guiderai vers les
    autres lieux pour prendre contact avec ceux qui travaillent avec moi; mais il
    vous faudra de la patience et du temps.
    Je pourrais moi-même avec mes amis vous apprendre beaucoup de choses. Il ne
    tient qu'à vous que cela puisse se réaliser.
    D'autre part, à partir du moment où nous avons pris contact, vous pouvez vous
    servir de mes énergies, mais servez-vous en déjà pour vous-mêmes, et les ayant
    en vous vous pourrez les diffuser autour de vous pour ceux qui en auront besoin.
    Mais faites-les d'abord vôtres.
    Nous sommes heureux que l'homme enfin vienne vers nous puisque nous ne
    pouvons aller vers lui. Nous sommes heureux de ce rapprochement qui se fait
    petit à petit, et si nous pouvions enfin travailler main dans la main nous ferions
    de cette Terre un Paradis.
    Nous vous aimons, mais nous voudrions vous aimer sans restriction.
    Est-ce que cela sera possible dans les temps à venir?"

    DIALOGUE AVEC UN PIN

    Ce jour-là, donc nous étions de passage chez des amis dans les Côtes du Nord,
    près de Dinan. Après le repas, un soir, ne pouvant nous endormir Oriane et moi,
    nous rêvassions sur leur terrasse qui dominait une mignonne pelouse bien verte,
    alors que le reste de la maison était endormi. Au centre de cette petite pelouse
    trônait un joli pin sylvestre. Il n'était pas très haut mais son allure était élégante.
    L'endroit était bien entretenu et la disposition du jardin très harmonieuse.
    J'observais cet arbre qui semblait garder la demeure et me demandais s'il nous
    était possible d'entrer en contact avec nos amis les arbres dans n'importe quelle
    circonstance, ou bien si chaque contact demandait des conditions requises.
    J'entendis alors une voie qui s'exprima ainsi :
    "Bonjour ami.
    Je suis le pin, oui celui qui est devant toi. J'ai capté ta pensée, je désire y
    répondre, mais je dois te dire que je suis heureux de pouvoir communiquer avec
    un humain. Puisque tu te poses la question du contact avec moi-même, je vais
    t'apprendre comment il faut faire pour t'approcher de moi en conscience.
    Mon rayonnement s'étend au-delà de la pelouse et jusque dans la maison. Si tu
    veux t'approcher de moi pour un véritable contact, il faut une certaine
    préparation, et pour bien te faire comprendre le motif, je vais faire un parallèle
    avec votre règne. Tu dois savoir que si quelqu'un entre dans ton aura par
    mégarde, par exemple lorsque tu dors, il crée automatiquement une perturbation
    en toi par un phénomène de recul instinctif. Et bien pour nous, cela peut être la
    même chose. Vois-tu, nous les arbres ne sommes pas inactifs comme vous
    pourriez le supposer. Nous pouvons travailler à harmoniser les lieux alentours,
    nous pouvons méditer sur notre joie d'exister, nous pouvons nous reposer aussi
    dans nos énergies, etc. Si tu entres dans notre aura sans précautions
    élémentaires, tu peux nous surprendre malgré toi. Chaque être est vibration.
    Nous-mêmes sommes vibration. Lorsqu'on veut un échange d’Amour il faut
    effectuer d'abord une harmonisation pour que cet échange soit des plus
    bénéfiques pour chacun, sinon cela risque d'être un échange superficiel, comme
    il y en a tant entre les hommes et nous.
    Donc, voici comment il faut procéder :
    Imagines que tu déposes à terre tous tes soucis, que tu t'allèges, afin de te sentir
    plus léger. Chasse toute pensée et imagines que tu te laisses bercer par une
    douce brise, tout en écoutant la mélodie de la Nature. Tu t'en remets à moi
    totalement. En faisant cela, tu élèves ta vibration, ainsi tu entres en résonance
    avec mon essence propre et non avec mon corps matériel, (la différence est
    importante), et alors nous pouvons fusionner. Veux-tu essayer?...
    Bien, maintenant je vais te parler de moi, et tu vas ressentir en toi ce que je te
    dis.
    Je suis l'essence même de la vie. Mon rôle est d'apporter à la terre et aux
    hommes la vitalité nécessaire pour que la vie se déroule avec le moins de heurts
    possibles.
    Nous sommes parfaitement harmonisés aux plans archétypaux de la forme grâce
    à la pensée créatrice des Dévas-architectes de la Nature.
    C'est par la constante émission de leur pensée créatrice, associée à une vibration
    qui nous est caractéristique, que je peux, moi, et tous les miens, parvenir à
    prendre cette forme que tu vois et que tu peux toucher. Je peux aussi diffuser
    l'essence qui me caractérise. Cette forme n'est que l'ultime expression de
    quelque chose de plus complet, de plus grand que tu ne peux encore
    appréhender. Mais, si tu continues à te rapprocher de nous, tu auras l'opportunité
    de contempler l'oeuvre de l'architecte de notre espèce. Pour cela tu devras réunir
    une totale confiance en nous et en toi, une constance dans ton travail, et un coeur
    pur et aimant.
    Alors te seront ouvertes les portes du véritable royaume de la Nature, et tu
    pourras contempler son oeuvre. Tu pourras porter témoignage du véritable rôle
    de Gaïa, et du véritable rôle que doit avoir l'homme dans la Nature. L'homme ne
    doit plus être notre ennemi. Il doit nous rejoindre dans l'Unité retrouvée sur des
    Plans de Lumière que, quelque part il n'a jamais quittés. L'homme s'est
    simplement dissocié de ces Plans dans ses expériences au sein de la matière, il
    s'est alourdi et il a fini par oublier notre existence et le véritable sens de sa
    propre existence. Il est temps maintenant de rétablir l'équilibre. Nous sommes
    tous prêts à l'aider et nous l'attendons.
    Va et porte témoignage."
    Je ne sais pas quand je me suis endormi, mais je me suis réveillé longtemps
    après si j'en crois la course qu'a parcouru la lune durant ce laps de temps. J'ai
    dormi profondément, et j'ai rêvé à un tas d'aventures merveilleuses qui
    m'arrivaient dans une Nature radieuse et lumineuse dans laquelle tous les règnes
    pouvaient communiquer entre eux, chacun apprenant à d'autres ce qu'il savait
    lui-même de la vie. Reiver au Pays des merveilles! Est-ce si utopique que cela?

    DIALOGUE AVEC UN CHARME

    Je remarquais que les contacts les plus porteurs, ceux qui nous apportaient un
    enseignement, se faisaient à chaque fois, pour l'instant tout au moins, avec un
    arbre d'une essence différente, comme si mon expérience devait me permettre de
    ressentir en moi-même des énergies différentes, comme le sont les hommes.
    En effet, les énergies des différents arbres avec lesquels je communiquais étaient
    très différentes les une des autres. Parfois dans un même lieu, des arbres de
    même essence vibraient différemment les uns des autres. Je remarquais même
    des énergies plus yin ou plus yang sur certains.
    Cette fois-ci, nous nous trouvions en Seine Maritime, et les personnes qui nous
    recevaient avaient désiré nous présenter un arbre qu'ils aimaient beaucoup et qui
    se situaient près de leur domicile, en bordure de champ. Ils nous
    accompagnèrent et nous nous trouvâmes donc devant un énorme charme. L'air
    était doux bien qu'humide, et le calme champêtre augmentait une sensation de
    paix extrêmement relaxante. Nous nous allongeâmes autour de l'arbre, en état de
    méditation, en symbiose avec la nature, sous la protection de ce être au
    rayonnement particulièrement puissant. Au bout d'un long moment il s'exprima,
    toujours à travers Oriane.
    "Salut à vous êtres humains.
    Je suis le charme, et je porte bien le nom que vous m'avez donné. Je charme le
    lieu dans lequel je m'incarne, oui, je dis bien dans lequel je m'incarne, car vous
    avez devant vous mon corps matériel, mais à l'intérieur de celui-ci est tout ce qui
    me caractérise en tant que conscience, énergie, essence.
    Je charme la végétation, je charme les êtres, je charme les animaux, je charme
    tout ce qui se trouve autours de moi. En maintenant un charme particulier dans
    ce lieu je permets à la Paix de se diffuser, et ce charme agit comme un filtre
    d'Amour qui fait vibrer toute la Nature environnante.
    Chaque arbre sur cette planète est la représentation physique d'un être particulier
    qui fait son évolution parallèle à la vôtre, mais chaque être en lui-même porte un
    arbre qui est la représentation de lui-même sur la Terre.
    Savez-vous qu'à chaque étape de la vie d'un être humain correspond un arbre
    bien particulier qui va lui apporter l'énergie dont il a besoin?
    Si vous étiez attentifs à vos besoins, vous ressentiriez cet arbre en vous et vous
    l'aimeriez comme il se doit, et vous vous occuperiez de lui comme il se doit.
    Pourquoi ne chercheriez-vous pas cette correspondance au plus profond de vousmêmes?
    Ainsi, ayant pris contact avec votre arbre intérieur, vous laisseriez se
    diffuser en vous ses qualités, son essence. En échange, vous vous occuperiez de
    lui, vous pourriez même établir une relation intime avec lui, et son essence
    deviendrait la vôtre.
    Plus tard, dans une autre période de votre vie, un autre arbre viendra prendre la
    relève pour vous aider à cheminer avec plus de joie sur les chemins de la
    matière, car en vous est toute la forêt du monde, et par vous passent tous les
    arbres. N'oubliez pas, amis que nous sommes tous unis, rien n'est dissocié dans
    l'absolu, c'est l'homme qui en voulant expérimenter la matière s'est alourdi. Il est
    temps aujourd'hui de faire le chemin inverse, pour nous unir de nouveau comme
    jadis nous le fûmes.
    Recevez mes énergies dans le silence de votre coeur, dans votre grotte intérieure,
    allez dans la Paix, et souvenez-vous que nous sommes Un."
    Le soleil maintenant se couchait derrière un champ de céréales. Le ciel, d'un
    beau bleu, était parsemé de fins nuages, et une légère brise venait nous caresser
    le visage. J'étais bien réveillé, toujours allongé sous l'arbre et je goûtais avec
    volupté la sérénité de cette fin d'après midi. J'étais sous le charme, mais je n'étais
    pas le seul car personne ne bougeait.
    Je vins à penser à la vie trépidante qui continuait tout autour, et je me dis qu'audelà
    des contraintes de société, et des exigences des hommes, la vérité se
    trouvait dans cette ambiance dans laquelle j'étais plongé en cet instant. Oui, je
    prenais conscience que Gaïa demandait à l'homme de vivre dans cette Sérénité,
    dans cette Paix. Cela était possible à condition que des changements puissent
    s'opérer dans l'organisation de notre société. Je repensais à ce que m'avait dit
    Gaïa, et je compris que le chemin du véritable bonheur passait par l'application
    de ces principes de base. Ce que les hommes appellent bonheur, dans l'excitation
    des vies agitées et désorganisées de notre époque, n'est qu'une pâle
    compensation physico-émotionnelle. Je ressentis ce soir-là comme jamais
    auparavant la nécessité de nous fondre dans les énergies de la Nature, de fondre
    notre corps matériel dans les énergies qui sont les siennes, après quoi notre
    conscience incarnée pourra, elle aussi, se fondre en notre mère porteuse Gaïa,
    jusqu'à notre âme, et peut-être au-delà.



    DIALOGUE AVEC UN SAPIN

    Nous nous trouvions ce jour-là, Oriane et moi-même, près d'Embrun dans la
    haute vallée de la Durance. Notre promenade en voiture nous avait conduits sur
    un chemin forestier près de la station des Orres, et je roulais au pas sur ce
    chemin défoncé lorsque tout à coup je fus attiré par une clairière
    particulièrement accueillante. Je garai donc ma voiture et nous nous dirigeâmes
    vers ce site. Arrivé dans cette clairière je fus de la même façon attiré vers le fond
    de celle-ci et me trouvais devant un imposant sapin qui me paraissait plus
    lumineux que les autres. Etait-ce une illusion, ou bien percevais-je sa vibration?
    J'étais impressionné par sa grandeur et sa majesté, et c'est avec une certaine
    émotion que je l'approchais. Je l'enlaçais comme je le faisais souvent avec mes
    amis les arbres, et, la tête contre son écorce, je me fondis en lui durant un
    moment, comme pour écouter ses secrets. Mon épouse s'était attardée vers le bas
    de cet endroit, et je l'appelais afin que nous unissions nos énergies dans une
    méditation dirigée vers la nature particulièrement rayonnante en cet endroit. Il y
    avait même de l'émotion en moi.
    Nous nous allongeâmes contre le tronc de ce sapin et nous nous mîmes en
    condition de communication avec sa conscience. Il fallut bien une demi-heure de
    travail avant d'entendre sa voix, ou plutôt la vibration de sa conscience retraduite
    par des cordes vocales humaines, et bien sûr mon magnétophone était en état
    d'enregistrer une éventuelle communication :
    " Bonjour humain.
    C'est un plaisir de vous voir auprès de moi, c'est un plaisir rare pour nous de
    rencontrer des hommes conscients capables de nous ressentir vraiment.
    Je t'attendais car, vois-tu, ta venue m'était annoncée, et puisque tu acceptes d'être
    un porte-parole, je vais moi aussi m'adresser à l'ensemble des hommes de bonne
    volonté.
    Vous, humains avez perdu beaucoup de temps en vous séparant de nous. Nous
    allons essayer de nous rapprocher pour mieux nous connaître.
    Je vous vois passer plus ou moins près de moi. Certains d'entre vous sont attirés
    instinctivement par mon énergie, mais peu se rendent compte que j'existe
    vraiment.
    J'ai une vie qui ressemble à la vôtre, bien que différente, mais nous travaillons
    pour la même cause, faire avancer les Plans de la Conscience. Nous sommes
    énergie, vous êtes énergie, seuls nos corps sont différents; vous avez des
    possibilités que nous n'avons pas. La Nature est, bien sûr, capable d'évoluer par
    elle-même, mais si vous coopérez, cela prendra moins de temps. Vous avez des
    idées que vous pouvez mettre en pratique plus rapidement que nous car vous
    avez des possibilités de manipuler la Nature. J'emploie le mot manipuler dans le
    sens noble du terme bien sûr, et quand je parle de manipuler, je parle des bonnes
    manipulations évidemment, celles qui augmentent les possibilités de la création
    et de l'évolution. La Nature n'est pas contre vos possibilités de créer de
    nouvelles espèces de végétaux, de nouvelles essences d'arbres, de nouvelles
    espèces de céréales, etc. Savez-vous ce qu'il advient lorsque l'homme crée un
    nouveau végétal? Un nouveau Deva naît, oui un nouvel être de Lumière est créé
    pour aider au développement de ce végétal. Nous vous avons dit que tout était
    lié.
    Vous ne savez pas amis humains ce que vous pouvez faire de nous. C'est bien
    dommage. Nous pourrions tellement faire ensemble, et j'espère que nous
    pourrons faire ensemble.
    Je vais maintenant aborder un autre sujet qui me tient à coeur, celui de votre
    enracinement, et avouez que nous sommes bien placés pour en parler!
    Il est très important que chacun de vous soit bien enraciné sur le sol. Regardezmoi,
    si mes racines n'étaient pas enracinées profondément dans le sol, le
    moindre souffle de vent me déracinerait, or j'ai un travail à effectuer et il n'est
    pas question que je ne demeure pas stable dans mon corps physique. Pour vous
    c'est la même chose, vous avez décidé une incarnation, vous avez un programme
    de travail, vous avez un but à atteindre, alors, enracinez-vous. Votre colonne
    vertébrale c'est votre tronc, votre tête c'est votre faîte, et vos pieds sont vos
    racines.
    Parlons à présent un peu de moi-même.
    Mon rôle sur la Terre c'est d'aider Gaïa dans sa respiration. Je fais partie du
    poumon de Gaïa. Je suis conscient de l'importance de mon rôle, la Terre a besoin
    de respirer, tout comme vous.
    Je vais peut-être te surprendre mais je sais que mon rôle se termine, dans ce lieu.
    Une certaine façon d'agir sur Gaïa, se termine, et tout ce que j'ai acquis, j'ai
    besoin de le retransmettre à quelqu'un qui va prendre la relève, un arbre bien sûr.
    Pourquoi mon rôle se terminerait-il alors que je parais en pleine vigueur? Il te
    sera utile de le savoir pour ta propre compréhension des mécanismes de la vie.
    Un jour donc, j'ai vu monter vers l'endroit où je me trouve, des hommes avec des
    outils. Ils étaient très préoccupés pour savoir lesquels d'entre nous ils allaient
    abattre. Or, ils ne savaient pas que j'avais deux compagnons, sapins comme moi,
    qui travaillaient avec moi et qui me servaient de relais. Sans chercher à entrer en
    contact avec nous, sans nous demander notre accord, ils ont décidé de les
    abattre. On a eu beau leur crier : "Attention, allez plus loin, nous faisons un
    travail important pour la Terre, et pour vous les humains". Ils n'ont pas entendu,
    ils n'en avaient pas la possibilité, ils ont abattu mes deux compagnons, et je
    t'avoue que j'en ai été affecté. Oui, car moi aussi j'ai une certaine sensibilité en
    moi. Bien sûr ma sensibilité est différente de la vôtre et elle ne se manifeste pas
    de la même manière, je n'ai pas de corps astral donc ma sensibilité ne peut se
    manifester à travers des réactions de type émotionnel, mais on peut dire que,
    quelque part j'en ai souffert. C'est comme si on t'arrachait tout à coup tes deux
    bras. C'est aussi simple que cela; tu te retrouves mutilé.
    Dans les temps qui ont suivi j'ai constaté que je n'avais plus la même énergie
    pour pouvoir agir et emmagasiner les informations, engranger pour les plus
    jeunes qui vont venir après nous. Alors, la décision a été prise : Je dois redonner
    à un autre moi-même tout ce que j'ai intégré, engrangé. Oh j'ai encore de belles
    années à vivre devant moi, seulement mon travail sera différent, je ne servirai
    plus que de canal énergétique. Je vais transmettre le reste, c'est-à-dire mes
    responsabilités, mes pouvoirs et mes acquis, à un autre sapin des environs.
    Je sens, ami comme une tristesse en toi suite à mon récit et cela n'est pas bon.
    La vie c'est la joie, quelles qu'en soient les circonstances. Nous les arbres nous
    affectionnons la joie. Nous aimons danser avec le vent, nous aimons jouer avec
    la pluie. Si vous vous mettiez à l'écoute de la Nature, dans le silence des sous
    bois vous entendriez la musique, de chaque nuance de chaque arbre, et cet
    ensemble forme une mélopée extraordinaire.
    Le vent parfois emporte avec lui des morceaux de cette mélopée, et celle-ci va
    toucher certains êtres qui tout à coup se mettent à l'écoute, et leur âme
    s'interroge soudain inconsciemment. Ah si les hommes savaient écouter avec le
    coeur!
    Ami, as-tu une question à poser?
    Q - Je voudrais connaître quel est ton rôle de guide et comment tu le manifestes
    dans ce coin de forêt?
    R - Je dois créer des liens avec tous les arbres de toutes les espèces. Je dois leur
    apprendre à "respirer" la Nature. Je leur montre comment il faut faire cela pour
    que tout se passe bien, sans problème, pour qu'ils puissent grandir sans qu'il y ait
    des manques. Certains jeunes, vois-tu, se hâtent de grandir et parfois ils se
    déracinent, car certains n'écoutent pas toujours les conseils. Ils sont tellement
    turbulents dans leur désir de perfection. Une de mes responsabilités est de
    tempérer toute cette ardeur, et c'est un travail.
    Et puis j'emmagasine des informations pour que d'autres arbres puissent
    comprendre s'il y a quelque chose à changer dans la manière de semer les
    graines, plus à l'abri, plus à la lumière, plus en contre bas, etc. Nous nous
    sommes aperçus qu'il y a toujours des données nouvelles avec lesquelles nous
    devons compter, selon le terrain, le lieu choisi, etc. C'est pour cela que je dois
    rester attentif, tandis que d'autres se chargent de semer sous mes ordres.
    Le vent va aussi nous aider, en nous apportant ses conseils, en soufflant dans la
    bonne direction pour les nouvelles graines. Et ainsi, petit à petit nous créons une
    harmonie amicale, fraternelle, entre toutes les espèces.
    Q - Tu as dit que tu t'occupais de la respiration de Gaïa en tant qu'arbre mais en
    tant que Sapin également tu es spécialisé dans des échanges respiratoires, n'estce
    pas?
    R - Oui, et as-tu remarqué comment l'homme a compris cela et a trouvé des
    façons de se servir de mes essences pour améliorer ses problèmes respiratoires.
    Il n'est pas si bête, l'homme. Il sait être intelligent lorsqu'il le veut!
    Je voudrais discourir avec toi plus longtemps mais le canal par lequel je
    m'exprime commence à se fatiguer, et il faut en tenir compte. Je vais donc
    bientôt interrompre notre conversation, mais avant de le faire, je vais pouvoir
    vous apporter à tous encore quelques précisions.
    Vous voulez vous rapprocher de la Nature soit, nous allons aider ceux qui le
    désirent vraiment. Il suffira pour cela que votre coeur soit pur de toute intention
    de pouvoirs, de manipulations, et que vos pensées soient claires. Sachez que je
    lis dans vos coeurs comme dans un livre ouvert, que je peux me plonger dans vos
    pensées, et je vois celui qui est encore réticent et celui qui a confiance. C'est
    avec la confiance que nous irons très loin tous ensemble, main dans la main.
    L'homme devrait enfin prendre les rênes qui lui étaient destinées depuis si
    longtemps. La Nature pousserait alors un soupir de soulagement. Ensemble nous
    pourrions créer des choses merveilleuses. Nous nous plierions, nous nous
    adapterions à vous pourvu que vous veniez le coeur plein d'Amour. Nous, nous
    ne connaissons que l'Amour, nous ne savons diffuser que l'Amour. Devenez
    ainsi, très chers amis, et vous verrez combien la vie vaut la peine d'être vécue."
    Si je devais exprimer le sentiment qui m'avait envahi après ce fabuleux dialogue,
    c'est l'émotion. Oui j'étais ému de découvrir chez nos amis les arbres autant de
    sensibilité, autant de perspicacité, autant de connaissance, même de l'homme.
    J'étais aussi, impressionné par les conséquences que peuvent avoir notre
    comportement inconscient vis-à-vis de la Nature. Nous agissons comme si nous
    étions en terrain conquis, avec le droit de faire ce que bon nous semble, sans
    nous rendre compte que la Nature sait s'équilibrer toute seule, et que nous ne
    sommes qu'une partie d'un ensemble. Nous devons compter avec cet ensemble
    afin de ne pas perturber cet équilibre par des actions inconsidérées. En tant que
    colocataire de ces lieux, il me paraissait important de demander l'avis et même la
    permission d'effectuer des changements. La Nature nous dit qu'elle ne voit pas
    d'inconvénients à ce que nous utilisions ce qu'elle nous propose, mais nous ne
    devons plus agir comme des sauvages, nous devons coopérer plus que prendre,
    et surtout acquérir la possibilité de dialoguer avec cette Nature afin que nos
    actes respectent son équilibre, notre équilibre, pour le bien de tous.
    Je comprenais comment un certain nombre de perturbations, dites "naturelles"
    qui s'abattent parfois sur l'homme, peuvent être la conséquence de perturbations
    issues de l'homme lui-même, par ses pensées et par ses actes. Les énergies
    déséquilibrées ainsi engendrées se recentrent dans un nouvel équilibre.



    DIALOGUE AVEC UN GROUPE DE SAPINS

    Lorsque je repensais à la teneur des messages que Gaïa et les arbres nous
    faisaient parvenir, j'étais impressionné par un certain leitmotiv : Alerte au
    comportement de l'homme. L'équilibre de la Terre est compromis. L'homme
    n'assume pas ses responsabilités. Ceux qui sont en mesure d'en être conscients
    ont une responsabilité à assumer dans le bien de tous, pour notre avenir et pour
    l'évolution de nos consciences. Toutes les communications tournaient autour des
    mêmes sujets.
    J'étais surpris de la grande sensibilité de la Nature, de sa force et de sa fragilité
    en même temps. J'étais également surpris de la conscience éveillée de ses
    éléments qui connaissent parfaitement les Lois de l'Evolution des espèces, et de
    la facilité avec laquelle l'homme peut communiquer avec cette Nature dans
    laquelle nous baignons. L'homme vit dans le sein de sa Mère nourricière. Il
    l'utilise sans précaution de pérennité de la vie; et de plus il ne cherche pas à
    connaître cette Mère.
    Il est vrai qu'il y a urgence à rétablir un équilibre.
    Tout en réfléchissant aux meilleurs moyens d'y parvenir, je poursuivais mon
    existence en la partageant avec mon épouse, en y incluant le but d'alerter
    justement les hommes qui voulaient nous écouter, et trouver avec eux des
    moyens d'action.
    C'est ainsi qu'un jour je nous nous retrouvâmes, Oriane et moi-même, à Gap,
    dans les hautes Alpes.
    Le hasard de nos promenades nous amena sur une hauteur de la ville où je vécus
    de nouveau un temps fort. Nous nous promenions dans la colline sous un beau et
    pur soleil. L'air était juste frais afin d'être stimulant sans être désagréable, et le
    coin était presque désert en ce jour de semaine. Nous suivions un étroit sentier
    sans penser à rien. Nous nous promenions pour le plaisir de communiquer par
    notre présence et notre conscience avec cet endroit nouveau pour nous.
    A un certain moment la vue était dégagée devant nous, nous nous trouvâmes
    alors dans une prairie au bout de laquelle émergeait de la végétation un groupe
    d'arbres assez impressionnant par leur hauteur, et qui formait un bouquet
    dominant les environs. Je me sentis immédiatement attiré par ces arbres qui, déjà
    de loin dégageaient, une forte énergie. La sensation augmentait au fur et à
    mesure que nous nous en approchions. Nous marchions lentement, en faisant
    l'effort d'entrer en étroite communion avec la Nature afin d'être le plus en
    harmonie avec ces arbres, comme nous l'avions appris. C'est ainsi que nous nous
    retrouvâmes sous une dizaine d'immenses sapins qui avaient poussé presque en
    rond. Leurs troncs étaient parfaitement droits, et en levant la tête, j'avais
    l'impression de me trouver dans une cathédrale Naturelle regardant son clocher
    par le dessous. J'eus une autre sensation, celle de regarder le ciel du fond de la
    terre. En effet les cimes formaient très haut un rond à l'intérieur duquel
    descendait la luminosité de l'atmosphère. Au niveau du sol il faisait sombre et je
    me serais presque cru au fond d'un puits. Je me sentais dans la terre et dans le
    ciel, tout en navigant en même temps entre les deux. La sensation était si forte
    que j'en eus un vertige, et je dus m'asseoir, le dos posé contre le tronc d'un de ces
    étranges sapins. L'énergie du lieu était particulièrement forte. Le calme
    environnant était relevé par le doux murmure d'un petit ruisseau qui serpentait
    non loin de l'endroit. Je m'endormis presque, enveloppé dans une bonne torpeur.
    Au bout d'un moment que je ne saurais définir, (car je me sentais hors du
    temps), j'entendis une voie profonde provenant de mon épouse, comme un
    souffle qui surgissait des entrailles de la terre, et qui n'avait plus rien à voir avec
    la voix habituelle d'Oriane :
    "A toi, homme de la Terre nous sommes heureux de voir avec quel
    empressement tu viens vers nous. Afin de mieux entrer en contact avec nos
    énergies, nous te demandons d'agir comme tu l'as déjà appris en ralentissant ton
    rythme biologique et en augmentant ta vibration. Fait silence en toi, chasse tes
    pensées. Si tu viens en nous avec des pensées discordantes comme un piano
    désaccordé, tu ne pourras pas profiter de ce que nous pouvons t'offrir. Ce lieu est
    un lieu de régénération pour celui qui sait entrer en contact avec la vibration du
    lieu.
    Ne tends pas ton mental vers nous, mais au contraire laisse-toi bercer par ces
    énergies, fonds-toi en nous pour que nous puissions te régénérer.
    Celui qui reconnaît ce lieu comme étant un lieu de régénération pourra mieux
    capter et recevoir ces énergies, celui qui vient juste pour se reposer pourra lui
    aussi emporter dans ses cellules, une partie de nos énergies, mais il ne saura pas
    tout ce qu'aujourd'hui tu apprends de nous.
    Nous allons te recharger. Toi qui es fatigué, tu vas te trouver mieux et si tu
    penses avoir un lourd fardeau sur tes épaules, tu vas sentir couler ce fardeau de
    tes épaules, comme l'eau qui coule auprès de nous. Laisse tout partir ainsi,
    apprends à te régénérer, mais apprends aussi à garder en toi cette Paix. Tu ne
    sais pas encore vivre constamment dans cette Paix qui t'entoure.
    Sache mieux nous capter maintenant.
    Homme de la Terre, ressemble-nous. Nous avons déjà tant de choses en
    commun, mais réalise que tu n'as pas encore en toi une chose que nous avons en
    nous depuis toujours, cette chose c'est la Paix.
    Puisque tu nous ressembles tant, viens et prends cette énergie de Paix et
    transforme-toi. Regarde-moi, je ne suis que Lumière et rien ne m'émeut, et toi tu
    te laisses aller dans des situations qui ne te correspondent pas.
    Moi, je reste là et je diffuse ma Lumière alentour, fais comme moi, nous
    sommes de la même Lumière, nous avons le même Créateur, il ne tient qu'à toi
    de te servir de ta Lumière pour que tes énergies puissent te transporter partout
    sans qu'aucune note discordante vienne t'atteindre.
    Ne nous oublie pas. Toi, tu dois venir maintenant vers nous pour apprendre à te
    reconnaître, pour comprendre que la Nature est avec toi, est en toi, et te porte en
    même temps. Tu n'es pas dissocié de celle-ci, tu es une partie de cette Nature, et
    plus tu viendras vers nous et plus ces énergies discordantes que tu traînes avec
    toi disparaîtront.
    Pour nous atteindre il faudra laisser derrière toi, tout ce qui t'encombres et petit à
    petit plus rien ne pourra résister à ta Lumière. Va dans la Paix, transporte la Paix
    de la Nature avec toi, et lorsque des petits soucis viendront ou se présenteront à
    ta porte, ne les laisse pas pénétrer en toi.
    Ce champ de force qui nous anime en ce lieu nous permet de protéger cette
    région, nous en sommes les protecteurs silencieux et nous sommes heureux de
    l'être. Merci d'être venu jusqu'à nous pour partager quelques instants de ton
    incarnation.
    Tu as bien senti que nous sommes une conscience-groupe. Nos consciences se
    sont assemblées en ce lieu et incarnées en ces corps pour oeuvrer en groupe.
    C'est pour nous une expérience enrichissante et cela multiplie notre potentiel
    d'intervention dans la région, car il est vrai que notre action s'étend sur une
    grande surface. C'est pourquoi tu as capté notre présence de si loin tout à l'heure.
    Va ami, à chacun son travail, et encore merci d'être venu jusqu'à nous. Nous
    savons apprécier les humains qui nous tendent la main, nous sommes prêts à
    vous aider. Mais, pour cela il faut que vous fassiez des efforts pour vous
    améliorer, car sinon vous ne pouvez pas entrer en communion avec nos énergies.
    Apprenez à le faire, et nous serons toujours heureux de partager avec vous des
    moments de Bonheur et de Paix."

    Serge-Reiver Nazare
    LES CHEMINS DE LA CONNAISSANCE
    Textes expédiés par e-mail

    Tome II
    CONTACTS AVEC LA NATURE
    Edition Juin 2012  

     

     

    Nature insolite

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"