• Le rapport Cometa

    Mystère des ovnis 

    LE RAPPORT COMETA 

    Le rapport COMETA est un document émanant du COMETA, une association française d'étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés, aujourd'hui en sommeil. Préfacé par l'ancien président du CNES, André Lebeau, il a été porté à la connaissance du grand public par ses auteurs au moyen d'une publication dans le magazine VSD, ce qui a donné lieu à quelques réactions dans la presse. L'association COMETA l'a publié sous forme de livre à compte d'éditeur en 2003. Le rapport COMETA a fait l'objet de mentions dans plusieurs livres traitant des ovnis. 

     L'association COMETA (acronyme du COMité d'ÉTudes Approfondies, communément appelé le COMETA) a pour origine une association de fait qui, à partir de 1996, travaille à l'élaboration de ce qui deviendra le rapport COMETA. Le 24 février 1999, elle est déclarée comme association loi de 1901 à but non lucratif. Composée d'« experts provenant pour la plupart de l'Institut des hautes études de la défense  », elle est présidée par le général de l'armée de l'air Denis Letty. L'association déclare avoir pour but la sensibilisation des pouvoirs publics et de la population au phénomène OVNI ou PAN. À la date de mars 2006, l'association était en sommeil.

    En 1999, après trois ans de travail d'un « comité privé » présidé par le général Denis Letty, un de ses membres, Jean-Jacques Velasco par ailleurs maire de Montgiscard en Haute-Garonne remet « en main propre » à Lionel Jospin, alors Premier ministre et ancien député de Haute-Garonne, un document non officiel intitulé « rapport COMETA » et cela sans qu'il ait été commandité par l'État. L'opération, recevant un écho médiatique, est suivie de la publication d'un ouvrage intitulé Les OVNI et la Défense :

    À quoi devons-nous nous préparer ?

     Le rapport est un document de 90 pages et en trois parties distinctes plus une conclusion, compilant des cas français ou étrangers étudiés depuis une soixantaine d'années, et insistant sur les « aspects qui concernent la Défense nationale. »

     Ont collaboré à ce rapport : Jean-Jacques Velasco (membre du CNES, ex-directeur du GEPAN et du SEPRA),

    le général Domange de l'Armée de l'air, Edmond Campagnac, ancien directeur technique d'Air France,

    le professeur André Lebeau (préambule), ancien président du CNES,

    et le Général de l'Armée de l'Air Norlain (préface), ancien directeur de l'IHEDN.

    Christian Marchal, de l'association COMETA, précise au sujet de ce rapport : « lorsque nous l'avons remis, il n'y a eu aucune réaction officielle ».

     Les auteurs du rapport COMETA concluent à « la réalité physique quasi-certaine d'objets volants totalement inconnus » et qu'au vu des prouesses mesurées des ovnis (particulièrement lorsque des enregistrements radar existent), l'hypothèse extraterrestre leur paraît la plus « probable » ou la plus « crédible ». 

    Source : wikipedia 

      

     Le Rapport COMETA 

      

    Le Rapport COMETA

      Le rapport français sur les Ovnis COMETA

     Le rapport COMETA est un document français remis en 1999 à Jacques Chirac et Lionel Jospin traitant du phénomène OVNI. Il a été rédigé par l'association française COMETA (COMité d'ÉTudes Approfondies) pour sensibiliser les pouvoirs publics français aux ovnis. D'après ce rapport, l'hypothèse d'une origine extraterrestre de certains Ovnis observés ne peut plus être écartée.

      La COMETA est une association composée de spécialistes des sciences physiques, des sciences de la vie, des sciences humaines, ainsi que d'officiers supérieurs de l'armée et d'ingénieurs. En juillet 1999 le COMETA publie un rapport très complet sur le phénomène ovni qui fut transmis au président de la république ainsi qu'au premier ministre. Le rapport de 90 pages sera publié ensuite par le magazine VSD (voir ici) à destination du grand public. Le rapport, qualifié par VSD de "rapport confidentiel remis au Présent de la République et au Premier Ministre", émane essentiellement des sphères militaires. Il est d'ailleurs possible que ce texte ne constitue qu'une partie d'un rapport plus étayé, et que ce serait ce rapport-là qui ait été déposé sur le bureau du Premier Ministre et du Président de la République. Un rapport qui contiendrait assez d'éléments pour les convaincre de la réalité matérielle des ovnis et de la très forte présomption de leur origine extraterrestre. 

     Un rapport confidentiel sur les OVNI a été remis au Président de la République et au Premier Ministre.

    Le Rapport COMETA

     Par ce rapport un premier pas en France concernant la vérité sur les OVNI vient d'être franchi.

    Dans sa conclusion, le COMETA affirme que la réalité physique des OVNIS, sous le contrôle d'êtres intelligents, est "quasi-certaine." Seule une hypothèse tient compte des données disponibles: l'hypothèse des visiteurs extraterrestres. Cette hypothèse est naturellement improuvée, mais a des conséquences de grande envergure. Les buts de ces visiteurs allégués demeurent inconnus mais doivent être le sujet de nos préoccupations.

     La préface du rapport est signée par le Général Bernard Norlain de l'Armée de l'Air, ancien directeur de l'IHEDN, et il commence par un préambule par André Lebeau, ancien président du centre national pour les études de l'espace , le CNES, l'équivalent français de la NASA. Le groupe lui-même, auteur collectif du rapport, est une association d'experts, dont beaucoup sont ou ont été des auditeurs de l'IHEDN, et ils sont de plus présidés par le Général Denis Letty de l'Armée de l'Air, l'ancien auditeur à l'IHEDN. Le sigle "COMETA" se veut signifier "COMité pour des ETudes Approfondies."

      Une liste non-exhaustive de ses membres est donnée au début, elle inclut: Le Général Bruno Lemoine, de l'Armée de l'Air (FA de l'IHEDN), L'Amiral Marc Merlo, (FA de l'IHEDN), Michel Algrin, Docteur en Sciences Politiques, Avocat à la Cour (FA de l'IHEDN), Le Général Pierre Bescond, ingénieur en armements (FA de l'IHEDN), Denis Blancher, Chef de la Police Nationale au Ministère de l'Intérieur, Christian Marchal, ingénieur en Chef au Corps des Mines et Directeur de Recherche à l'Office National de la Recherche Aéronautique (ONERA), le Général Alain Orszag, Ph.D. en physique, ingénieur en armements.

     Le comité exprime également sa gratitude aux contribuants extérieurs comprenant Jean-Jacques Vélasco, dirigeant le SEPRA du CNES, François Louange, président de Fleximage, spécialiste en analyse de photo, et Général Joseph Domange, de l'Armée de l'Air, délégué général de l'association des auditeurs à IHEDN.

    Conclusions du rapport

    Considérant tout ce que nous avons appris sur les ovnis depuis 1947, le rapport conclut à « la réalité physique quasi-certaine d'objets volants totalement inconnus ». Il conclut, par ailleurs, qu'au vu des prouesses que manifestent les ovnis, l'hypothèse extraterrestre est la plus probable pour expliquer le phénomène OVNI : « Une seule hypothèse rend suffisamment compte des faits et ne fait appel, pour l'essentiel, qu'à la science d'aujourd'hui ; c'est celle de visiteurs extraterrestres »....« Les buts de ces éventuels visiteurs restent inconnus, mais doivent faire l'objet d'indispensables spéculations et de mises au point de scénarios prospectifs. »....« L'hypothèse extraterrestre est de loin la meilleure hypothèse scientifique ; elle n'est certes pas prouvée de façon catégorique, mais il existe en sa faveur de fortes présomptions, et si elle est exacte, elle est lourde de conséquences. » Enfin, le rapport prend position en faveur d'une meilleure étude scientifique du phénomène.
      Source : forum-ovni-ufologie

    Le rapport COMETA est téléchargeable via le Site du FEA : fearplane  

    Le Rapport COMETA

    Costa-Rica 1971    

      

    Le Rapport COMETA

     

    Les 8 et 9 juillet 2014, réunion à Paris entre scientifiques et ufologues

    Les 8 et 9 juillet, le CNES a réuni à Paris des scientifiques et des ufologues  pour un atelier sur les méthodes et outils susceptibles d’améliorer la Collecte et l’Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés (CAIPAN). Cette rencontre internationale a permis pour la première fois d’associer l’expérience des associations d’ufologie aux recherches en psychologie et astronomie, ainsi qu’à l’expertise de la Gendarmerie nationale et de l’Armée de l’air. 

    Les objectifs de cet atelier CAIPAN
    Dédié à l’étude des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés (PAN), créé par le CNES (Centre national d’études spatiales) en son sein, le GEIPAN (Groupe d’Etude et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés) a analysé des centaines de témoignages et de rapports d'OBSERVATION de PAN.  Il est apparu que  leur grande majorité  représentait un matériau scientifiquement fragile : témoignages uniques ou en faible nombre, délai important entre l’observation et le témoignage, peu de photographies ou de faible qualité … Afin de progresser dans l’étude des origines probables de ces phénomènes, le GEIPAN a organisé cet atelier pour chercher d’abord comment consolider les informations disponibles  autour des observations de ces PAN.

    Les spécialistes présents 

    Pionnier en matière de PAN, le CNES a pu réunir pour la première fois des scientifiques de haut niveau (Jérémie Vaubaillon, Observatoire de Paris, Jacques Py, Professeur en psychologie, Thomas Rabeyron, maître de conférence en psychologie…),  des représentants de la Gendarmerie nationale et de l’Armée de l’air, des spécialistes reconnus dans le domaine de l’ufologie (Richard Haines, Jacques Vallée, Bertrand Méheust, Ron Westrum…) et une centaine d’acteurs du monde ufologique mondial, en démontrant ainsi l’apport majeur de la multidisciplinarité pour analyser ce problème complexe.
    Pour ce travail de reflexion, le GEIPAN a invité les acteurs des associations ufologiques avec qui il entretient des relations suivies.
    Les participants se sont promis de consolider ces réflexions lors de rencontres ultérieures.

    Compte rendu de l’atelier CAIPAN 

    Plusieurs axes d’amélioration ont été explorés au cours de l’atelier pour améliorer la qualité des données exploitables scientifiquement :
    ##Les techniques d’audition de témoin peuvent s’inspirer de celles utilisées par la gendarmerie et la police ou de celle qui est appliquée pour les témoins de foudre, un autre phénomène rare et perturbant les témoins. L’analyse  de photos par des outils spécialisés permet d’en vérifier l’authenticité et de caractériser les objets observés.
    ##La mise en commun des bases de données de cas d’observation de PAN, issues de diverses sources, pourrait permettre des études généralistes ou spécialisées sur ces phénomènes, par les chercheurs en sciences exactes, en sciences sociales ou par les ufologues.
    ##Les observations de PAN peuvent être corrélées avec les données fournies par les systèmes de surveillance automatique : caméras de détection de bolides (chute de météorites) du réseau FRIPON ou caméras d’observation d’aurores boréales, système radar militaire de surveillance de l’air et de l’espace.
    ##Les recherches récentes en psychologie appliquée permettent dorénavant de tirer le meilleur du témoignage humain, d’une part en aidant le témoin a mieux exprimer ce qu’il a en mémoire, d’autre part en discernant dans le récit les informations les plus fiables.
    Le GEIPAN publiera progressivement  sur ce site l’intégralité des documents présentés.
    Voir déjà ci-dessous le programme de l’atelier.

    Programme 

    Les méthodologies des enquêtes de terrain 

    Session orale

    -       Useful research methods for aircrew and air traffic controller UAP sighting, Richard F. Haines, NARCAP

    -       L’investigation ufologique, chronique d’une mutation, Gilles Munsch, ingénieur, enquêteur GEIPAN

    -       Expertise qualitative et caractérisation quantitative de rapports officiels d’observation de phénomènes aériens tenus pour non identifiés en France (1951-1979), Jean-Pierre Rospars, Expert GEIPAN

    -       Technique d’audition des témoins lors des cas d’observations de foudre en boule, Philippe Ollier, Laboratoire de la Foudre

    -       Le témoignage de la Gendarmerie, F. Thomas, Gendarmerie Nationale

    -       Optimiser le recueil des témoignages de phénomènes aérospatiaux non-identifiés grâce à un entretien cognitif modifié pour une utilisation sur Internet, Jacques Py, Professeur de psychologie, Université Toulouse 2

    -       Prise en compte des composantes sonores dans l’analyse des témoignages de PAN, Gaelle Fedoce, INRIA

    -       Authentification des photos /vidéos de PAN, Antoine Cousyn et François Louange

    Session poster

    -       Formation à distance des enquêteurs, Jean-Luc Lemaire, MUFON France

    -       Internet au service des enquêtes, Jean-Marc Wattecamps, COBEPS

     

    Elaboration de standard de description de cas d’observations 

    Session orale

    -       Keeping omni-comprehensive UFO databases: a cost-benefit analysis, Edoardo Russo, CISU

    -       Fondements de la future plateforme de gestion des connaissances et stratégie de travail collaboratif du GEIPAN, Michael Vaillant, expert GEIPAN

    -       Base de données opérationnelle pour les phénomènes PAN, Xavier Pasco, AAAF

    -       Unidentified aerial phenomena: a strategy for research, Jacques Vallée

    Session poster

    -       La revue « Lumières dans la nuit » de Joël Mesnard à nos jours : analyse et résultats d’une base de données, Thomas Margout, Université de Brest

    -       Enlèvements allégués en OVNI : un essai d’évaluation, Claude Maugé

    -       Format conteneur et meta-données ufologiques, Jean-Marc Wattecamps 

    Observation systématique du ciel 

    Session orale

    -       Surveillance opérationnelle de l’espace et des airs par l’Armée de l’air, Capitaine Colliard, Armée de l’Air

    -       FRIPON : 100 cameras dans l’Hexagone pour surveiller le ciel, Jérémie Vaubaillon, F. Colas, IMCCE

    -       Aspects, manifestations et classification de la foudre en boule et des phénomènes orageux lumineux transitoires, Raymond Piccoli, Laboratoire de la Foudre

    -       Instruments, methods and networks of optical auroral observations in arctic, Sergey Chernouss, Polar Geophysical Institute

    -       The Hessdalen Phenomena : 30 years of research. Instrumentation, results, witness stories, challenges, and difficulties, Erling Strand, Ostfold University

    -       Instrumented monitoring of aerial anomalies, Massimo Teodorani, SESENA University

    -       Implications de la recherche instrumentale du non identifié, Nico Conti, CIPH Hessdalen Committee

    Session poster

    -       Unidentified aerospace phenomena and experimental strategy: methods, equipment and lessons from instrumented field studies, Philippe Ailleris

    -       Opération suricate, Stéphane Dier, Suricate 

    Aspects psychologiques des temoignages 

    Session orale

    -       De l’importance du contexte psychologique et émotionnel lors de l’analyse de témoignages de phénomènes aérospatiaux non identifiés, Thomas Rabeyron, Maître de Conférences, Université de Nantes

    -       A propos des prétendus aspects psychologiques et sociologiques des témoignages d’observation d’ovnis, Pierre Lagrange, ESAA Avignon

    -       L’influence de la culture sur les observations d’OVNI, Jean Michel Abrassart, IACCHOS

    -       Impact des croyances sur les témoignages de PAN, Romain Bouvet, Docteur en psychologie, Université de  Toulouse 2

     

    Table ronde avec  J. Vallée, B. Meheust, J. Arnould, R. Westrum
     

    Source : cnes-geipan 

     

    Mystère des ovnis

     Voir aussi :

    Paul Hellyer et les Ufos  

    Reportages et réflexions sur les visiteurs 

    Les révélations de Clifford Stone  

    Anomalies dans l'espace  

    Disclosure project  

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"