• Mystères de la grande pyramide

    Lieux énigmatiques

    LA GRANDE PYRAMIDE (dite de Chéops)

    (Gizeh – Egypte) 

    "SUIS LA CLE QUE JE LAISSE DERRIERE MOI ; CHERCHE ET LA PORTE DE LA VIE SERA TIENNE. CHERCHE-MOI DANS MA PYRAMIDE, PROFONDEMENT DANS LE PASSAGE QUI SE TERMINE SUR UN MUR, SERS-TOI DE LA CLE DE SEPT…"

    Tables d’Emeraude de Thoth, Table 4

    Présentation, théorie officielle 

    Chef d'œuvre architectural de conception et de précision datant du vingt-sixième siècle avant notre ère, le complexe pyramidal du roi Khéops (alias Chéops ou Khoufou) bénéficie de l'expérience des premiers bâtisseurs de pyramide, comme Djoser et Snéfrou. Le long règne du roi (probablement au moins 23 ans) permet en outre au projet d'être très abouti.

    Mystères de la grande pyramide

    Un tour de force

    Le complexe pyramidal de Khéops est marqué par un savoir-faire et une qualité d'exécution remarquable. 

    En premier lieu, la pyramide est presque exactement alignée sur le nord (3'6" de déviation). Sa base est un carré quasi parfait de 440 coudées soit 230,37 mètres de côté (avec un écart maximal de 4,4 cm). La pointe de la pyramide devait se situer à moins de 30 cm du centre géométrique. Une telle précision suppose de bonnes connaissances astronomiques et une maîtrise d'œuvre très rigoureuse des travaux par les architectes. Avec une hauteur originelle de plus de 146,59 mètres (280 coudées), elle dispose d'une pente de 51°12, ce qui est encore plus audacieux que pour les pyramides de Snéfrou, le père de Khéops (45° pour sa dernière œuvre). Cette hauteur restera comme le record des monuments humains jusqu'à la fin du moyen âge, ou elle fut dépassée de peu par certaines flèches de cathédrales.

    En second lieu, d 'après les calculs de l'égyptologue Iowerth E. S. Edwards, sa construction a nécessité approximativement 2 300 000 pierres, pesant en moyenne 2,5 tonnes. Ce chiffre est toutefois probablement à minorer, car le remplissage intérieur est moins homogène que les pierres extérieures. Quoiqu'il en soit, cela représente un travail considérable. Il a été avancé que son chantier aurait fait travailler des équipes de 30 000 hommes, à rotation quadrimestrielle, pendant une vingtaine d'années. Des vestiges du village de ces ouvriers saisonniers ont été découverts à l'ouest du plateau. 

    Les pierres de la masse étaient extraites du plateau de Guizeh. La pyramide était revêtue d'un placage de calcaire blanc de Toura (carrière de pierres très blanches et d'excellente qualité située au sud du Caire actuel), complètement réutilisé à l'époque romaine et surtout médiévale pour d'autres constructions. Le basalte du pavement du temple haut, et le granit (notamment des colonnes du temple), venaient de plus loin en bateaux. Les blocs étaient glissés sur des sortes de rails faits de rondins de bois et de caillasse argileuse, humectés pour faciliter le mouvement. Ils étaient hissés sur le monument à l'aide de rampes en briques crues, dont on a retrouvé des traces archéologiques à côté de certaines pyramides. La seule interrogation que se posent encore les égyptologues à ce sujet concerne la forme des rampes (perpendiculaires, enveloppantes, ou mixtes). 

    Malgré ces aspects aboutis se fondant sur l'héritage des ses prédécesseurs, le complexe pyramidal de Khéops, est, selon le mot d'Audran Labrousse, le "monument expérimental par excellence". Ainsi, pour les structures à l'intérieur de la pyramide, trois systèmes de couvrement sont testés : linteaux juxtaposés, voûte en tas de charge et voûte en chevrons….

     

     

    Source : thotweb 

    Visite physique de la grande Pyramide de Cheops 

    Après que la Grande Pyramide ait été scellée, son entrée était cachée et recouverte de dalles de calcaire. Comme les joints de ce revêtement étaient parfaits, l'ouverture était invisible. Dans les années 820 de notre ère, Abdullah Al Mamun engagea des hommes pour creuser un tunnel dans la pyramide pour trouver les chambres et le trésor. Compte tenu de la difficulté à casser le roc, des feux furent allumés et du vinaigre froid versé sur la roche chauffée. Des béliers furent utilisés pour éclater la roche fragilisée et ouvrir un tunnel. Un couloir descendant à la chambre inférieure fut trouvé. En remontant ensuite ce couloir, la véritable entrée fut localisée. 

    La Grande Galerie : En suivant le couloir ascendant, on arrive dans la Grande Galerie, passage à voûte en encorbellement.

    A l'extrémité sud de la Grande Galerie, se trouve un couloir menant à l'antichambre et à la chambre principale, la soi-disant Chambre funéraire du Roi.

    Mystères de la grande pyramide

      

    Mystères de la grande pyramide

     (source du dessin : passion égyptienne)

    Une échelle mène à une série de chambres connues sous le nom de "Chambres de décharge". Ces chambres ne semblent  pas avoir été faites pour y pénétrer et on suppose qu'elles n'ont été construites que pour soulager la pression énorme des blocs de pierre au dessus de la Chambre funéraire. Ces chambres ont été découvertes de manière brutale à coup de dynamite pour ouvrir un passage d'accès. Elles sont très basses de plafond et les murs sont couverts d'inscriptions rouges par lesquelles les maçons marquaient les pierres pour les inventorier et les repérer,  juste après qu'elles aient été taillées. Toutes les marques visibles étaient ensuite effacées une fois mises en place et la pyramide terminée. La présence de ces marques laisse à penser que personne n'était supposé  les voir, car on en a retrouvé nulle part dans la pyramide. 

    Le couloir menant à l'antichambre et à la chambre principale se trouve droit devant au bout de la rampe juste en dessous de l'échelle. 

    La Chambre « de la Reine » : Cette chambre mesure 5,75 m sur 5,25 m, avec une hauteur de 4,60 m Bien que qu'elle ait été appelée la chambre de la Reine, il est peu probable qu'une reine ait été enterrée ici. Cette pièce a été probablement utilisée pour y placer une statue grandeur nature du roi, la version intérieure d'un serdab. Un Serdab est une salle pour la statue du "ka" des rois. A Saqqara le serdab du Roi Djoser, le constructeur de la pyramide à étages de Saqqara, est à l'extérieur de la pyramide dans une petite salle séparée. Ici, il a pu être construit dans la pyramide elle-même. 

    En entrant dans la chambre et en se tournant vers la droite, on voit le mur ouest. Cette pièce a un plafond en pointe et ses murs sont nus et sans aucun inscription. Tous les murs et le plafond sont faits de calcaire. Le sol est curieusement irrégulier, presque comme s'il n'était pas fini. Il n'y a aucune trace d'un sarcophage et la salle est complètement vide. Quand cette salle fut visitée en l'an 820 de notre ère, elle avait plus ou moins le même aspect, avec, naturellement,  l'éclairage électrique en moins. 

    A droite sur le mur du nord, on peut voir un petit conduit d'aération qui ne conduit pasà l'extérieur de la pyramide, mais finit brusquement après 73 m. Il y a un autre conduit d'aération semblable, sur le mur du sud. Ce conduit était celui qui a été exploré par le petit robot appelé Upuaut II par Rudolph Gantenbrink. (voir article plus bas). Après une ascension de 76 m dans ce conduit, le robot a finalement été arrêté dans son exploration par un bloc de calcaire taillé et orné de deux petites poignées de cuivre.

    En se retournant et en regardant le mur, on peut voir une niche dans le mur. Celle-ci est vide mais elle est susceptible d'avoir contenu une statue grandeur nature du roi, comme c'est le cas dans d'autres constructions de la même période. Il y a un passage muré en bas de la niche. Il était à l'origine plus petit et a été élargi par des pilleurs. A gauche dans le coin nord-est, on peut voir l'entrée par laquelle on pénètre la chambre. 

    La chambre souterraine : Pour se rendre dans la chambre souterraine, il y a un couloir descendant de 105 m de long, qui débouche dans un autre couloir de plein pied de 9m. En entrant dans la salle, on peut voir une rambarde moderne autour d'un puits de 3 m 50 de profondeur, du côté du mur est. Sur le mur sud, il y a une grille fermant une autre petit couloir sans issue. La chambre entière a été creusée dans la roche sur laquelle repose la pyramide.

    Source : samsara

    La chambre du Roi :  

    La chambre située en haut et au bout de la Grande Galerie est considérée depuis toujours comme la Chambre du Roi. Elle semble avoir été trouvée vide ou presque, en 820 ap. J.C, par les équipes du Calife Al Mamoun qui forèrent une entrée dans la face Nord de la Pyramide. 

    Cette pièce est incluse dans un ensemble très important comportant un système de chambres de décharges destinées à éviter l’écrasement de la Chambre du Roi. Le tout a été construit avec près de 2600 tonnes de granit rouge d’Assouan, pierre du Sud par excellence. Placée de cette manière, en haut de la Galerie, avec une chambre des herses très modeste, sa situation est une véritable invite pour les pillards. Plusieurs archéologues avaient relevé cette anomalie et notamment G.Dormion et J.P. Goidin, deux architectes qui effectuèrent des travaux dans la pyramide en 1987. 

    Source : aera.asso.fr/ 

    La chambre funéraire a 5,80 m de haut et forme un rectangle de 10,45 x 5,20 m Elle est entièrement revêtue de granit. La partie inférieure du sarcophage du roi Kheops est encore en place, c'est une cuve de granit haute d'un mètre; longue de 2,30 m et large de 0,89 m La cuve était vide quand on a pénétré dans la pyramide.

    Source : baudelet.net/

    (note : le soi-disant « couvercle » du sarcophage n’a pas été retrouvé et la taille du sarcophage ne permettait pas de le mettre en place « après » la construction, car l’entrée de la salle est trop petite…)

      

    Une ‘’structure’’ sous la chambre de la Reine ? 

    Gilles Dormion relève un second indice : le dallage de la chambre de la Reine semble avoir été « remanié ». En l’étudiant de manière approfondie, l’architecte est ainsi arrivé à la conclusion que les dalles ont été démontées afin d’accéder au niveau inférieur : il y aurait donc quelque chose sous la chambre de la Reine… 

    Pour vérifier son hypothèse, Gilles Dormion a été autorisé, en septembre 2000, à sonder le sol de la pièce à l’aide d’un géoradar. Les résultats ne se sont pas fait attendre : il existe vraisemblablement à 3,50 m sous la chambre de la Reine une structure inconnue de 2 coudées de large (environ 1 m). La chambre de Khéops se situe-t-elle au bout ? 

    « À ce stade, nous pouvons dire qu’il existe une très forte probabilité qu’il y ait un couloir sous la chambre de la Reine, soutient Gilles Dormion. Mais tant que nous n’aurons pas vérifié visuellement, nous ne pourrons pas être sûr à 100% ». 

    Source : cite-sciences

    Exploration du conduit de la Chambre de la Reine avec le robot  Upuaut II : Une porte dans le noir

    La Grande Pyramide est la dernière merveille subsistant du monde ancien. Ce grand monument construit il y a environ 4500 années pour le Roi Chéops, est plus énigmatique que jamais. Plus les mécanismes de sa construction sont révélés, plus sa destination devient mystérieuse. En 1993, le monde stupéfait apprit la possible existence d'une chambre cachée à la fin d'un conduit incliné qui mène à l'intérieur des deux grandes chambres de la Grande Pyramide. 

    Après une montée constante de 76 mètres du cœur de la pyramide, le petit conduit de 20 cm - qu'on pensait à l'origine être fait pour la ventilation, et qui est maintenant généralement considéré comme un "couloir" permettant à l'âme du pharaon mort de monter aux cieux - s'arrête brutalement devant un bloc du calcaire. Ce bloc est orné de 2 poignées de cuivre dont la position indique un mouvement montant et glissant comme une herse. C'était une découverte stupéfiante ! 

    Les quatre conduits de la Grande Pyramide sont connus depuis 1872, mais ils ne retrouvent dans aucune autre pyramide. Deux d'entre eux, partant de la Chambre du Roi débouchent à l'air libre, mais les deux autres partant de la Chambre de la Reine ne conduisent apparemment nulle part, et ont suscité une vive curiosité quant à savoir où ils mènent. 

    Déjà des rumeurs au sujet d'une chambre cachée dans la Grande Pyramide couraient depuis le Moyen-Age (ce qu'Edgar Cayce a confirmé dans une de ses lectures), mais rien n'avait jamais été trouvé. Immanquablement, les hypothèses sur ce qui pouvait se trouver derrière le bloc ont tourné aux spéculations les plus débridées, allant d'un trésor genre Toutankhamon (très improbable) à une simple statue du ka qui représente l' esprit du roi (possible). Mais le plus surprenant a été la conclusion du chef de l'Institut Archéologique Allemand au Caire, sous l'égide duquel la découverte a été faite. Derrière la "porte", a affirmé Rainer Stadelmann  fermement, il n'y a rien du tout. Juste un bloc de calcaire ; simplement une décharge au-dessus d'un conduit abandonné.

    Rudolf Gantenbrink, l'ingénieur qui a construit le robot OUPOUAT-2 et qui a fait la découverte, a affirmé qu'avec des réglages minimes, le robot pourrait manœuvrer une caméra à fibre-optique à travers le trou triangulaire qui se trouve à la base de la "porte-bloc". Quoiqu'il y ait derrière - découverte sensationnelle du siècle ou pétard mouillé - l'impact de la révélation aurait été énorme. Rien de plus simple, pensez-vous ! Mais rien ne s'est passé. La "porte" a été découverte 22 mars 1993. Une semaine plus tard, dit Gantenbrink, on lui a dit de remballer son robot et de partir. 

    Un porte-parole de l'Institut Archéologique Allemand a nié qu'il y ait un mystère à ce sujet. " Le projet était fini. Les conduits avaient été explorés et il n'y avait plus rien d'autre à faire. La pierre du blocage trouvée à la fin du conduit est très normale. Tous ces conduits étaient bloqués à l'origine. C'est la construction normale. Il n'est pas possible d'ouvrir le blocage ; les Égyptiens ne l'autoriseraient jamais ". 

    Mais cela ne correspond pas avec les faits connus. Le parallèle avec d'autres conduits ne peut être faits, puisqu'il n'y a pas de précédent. La fin du deuxième conduit de la Chambre de la Reine n'a pas été atteint - le robot n'ayant pu continué son exploration à cause de deux angles aigus... 

    Extrait du "Sunday Telegraph," de Janvier 1995

    Traduction Brigitte Pistol

    Source : samsara

    Reprise de l'exploration à partir de 2002 : le projet Pyramid Rover  

    C'est ce Conseil, sous la direction de Zahi Hawass, qui reprit à son compte l'expérience, en partenariat avec la National Geographic Society qui finança l'entreprise et la création d'un nouveau robot nommé Pyramid Rover. Une exploration en 2002 permit de refaire l'exploration du conduit sud, confirmant les découvertes faites dix ans plus tôt par la mission Upuaut et d'explorer la conduit nord sur toute sa longueur. 

    Zahi Hawass fit part en 2005 de son intention d'explorer le conduit nord, et éventuellement, de percer la supposée « seconde porte » découverte dans ce même conduit.

      Résultats des deux campagnes

    Ces deux campagnes d'exploration ont donc établi que les deux conduits nord et sud de la chambre de la reine sont en très forte pente (environ 50°), de section carrée très étroite de vingt centimètres de côté environ sur toute leur longueur, et qu'ils s’élèvent tous deux jusqu’à hauteur de la dernière chambre de décharge de la chambre du roi, se terminant là en cul-de-sac sur deux dalles tout à fait semblables, pourvues de poignées de cuivre.

    Source : wikipedia.org/wiki/ 

    Une des dernières reconstitutions virtuelles des hiéroglyphes cachés dans un conduit.

     

     Pourquoi a-t-on construit  un mur autour du plateau de Guizeh en 2002 ?

    Depuis juillet 2002 un mur est construit autour du plateau des pyramides de Gizeh. Des gardes armés surveillent la zone et dirigent les touristes vers des sites rigoureusement sélectionnés par les autorités. Les ouvriers y travaillant 24/24 dans la plus grande discrétion. 

    Le mur dispose de fondations enterrées et consolidées par des barres en acier de 10 cm d’épaisseur. Il s’élève sur une hauteur de 4 à 7 mètres sur environ 8 kilomètres carrés et à plus d’un kilomètre des pyramides. Le plus étonnant est que ce mur englobe également des habitations qui ont étés déplacées et le cimetière arabe. Le chercheur Jim Hurtak a même déclaré que des couloirs, des tombes et des tunnels non explorés se situaient dans cette zone. 

    S’agit-il vraiment de protéger les places archéologiques des terroristes ou de mettre à l’abri du regard les futurs découvertes dans ces tunnels non encore explorés ? 

    Source : planetedino

    VOIR les photos du mur sur  : conspiration.ca/archeo 

    Mystères de la grande pyramide

    Qui a créé les pyramides?? Les égytologues pensent qu'elles on été créés il y a 5000 ans,

    mais comment les égyptiens ont il pu créer de tels monuments sans grue, à ce jour ça reste un grand mystère mais aussi comment expliquer qu'on retrouve des pyramides partout dans le monde comment expliquer qu'on en retrouve même sous l'eau comme dans les île japonaises, de plus les pyramides sons construites sous le même calcul celui de pi.

    Selon Graham Hancock, ce n'est pas les égyptiens qui ont construit les pyramides il a fait d'importantes recherches et avec un matériel sophistiqué il a prouvé que les pyramides ont été construites il y a plus de 10500 ans et que la civilisation qui a construit les pyramides était très forte en astrologie. Si l’on regarde  la constellation d'Orion, et le plateau de Gizeh, on trouve une étrange ressemblance, la plus petite étoile est décalée par rapport au deux autres, comme la plus petite pyramide et tout le plateau de Gizeh forme toute la constellation d'Orion, dans la mythologie égyptienne Orion représente OSIRIS.

    Mystères de la grande pyramide

    (source de l'image : le monde de kat-nightwind)

    Les pyramides ne peuvent être que le fruit d'une civilisation avancée et non pas le début d'une civilisation. Comment expliquer qu'on ne retrouve aucun hiéroglyphe dans les pyramides, si les égyptiens l'avaient construite,  ils en auraient mis un peu partout. 

    Le sphinx selon les égyptologues a été construit a l'époque de Khephren il a 4500 ans en 2500 avant JC,mais voila les géologues ne sont pas du tout d'accord. Cette science a prouvé que les traces d'érosion on été faites par de l'eau, or le sphinx serait plus vieux que les pyramides, et que les traces d'érosion n'auraient pu être faites que10000 an av JC, quandd' importantes pluies sont tombées sur l'Egypte. Des spécialistes : John West un écrivain qui chercha a démontrer que le sphinx était très vieux engagea un géologue Robert Schoch de l'université de Boston. il démontra que le shinx a bien été abîmé par une érosion importante faite par de l'eau mais qu'une partie du sphinx notamment la tête n'avait pas de telles traces et qu'il a sûrement été retravaillé. 

    Pour consolider son argumentation, West chercha à savoir à quelle époque la roche aux alentours du Sphinx avait été taillée pour la première fois... «détail qui lui permettrait de déterminer la période de construction du monument. Il fit ainsi venir un sismologue de Houston, Thomas Dobecki. En étudiant l'état des sédiments autour du Sphinx, Dobecki pensait en effet pouvoir dater sa construction de manière fiable, partant du principe que plus l'érosion de la roche par l'eau serait profonde, plus sa durée d'exposition à la pluie aurait été longue. 

    Selon les analyses de Dobecki, le corps du Sphinx aurait effectivement été taillé par étapes et l'avant du monument, plus fortement érodé, serait plus ancien que l'arrière, d'environ 3000 ans. Au cours de ses expériences le professeur Dobecki décela l'existence de tunnels inconnus et d'une vaste salle rectangulaire située cinq mètres en dessous des pattes avant du Sphinx. Selon Dobecki, cette chambre aurait été réalisée par l'homme...

    En terre égyptienne, dans un lieu où l'on pénètre à partir de la patte droite du Sphinx, se trouve la salle des archives de l'humanité. Ces archives vont depuis le commencement des temps où l'esprit prit forme et commença à descendre sur cette Terre. Elles comportent l'histoire de toutes les nations de la Terre, l'histoire de la destruction finale de l'Atlantide, et l'histoire de la construction de la Pyramide de l'Initiation, avec les noms des individus, des lieux, avec les dates et les temps où ces archives seront à nouveau ouvertes…

    Car, avant le changement d'époque, ("avant le changement d'époque" = avant le passage à l'Ère du Verseau) la vérité sera révélée. On retrouvera ces documents. Mais on ne pourra pénétrer dans les salles souterraines, en partant de la patte droite du Sphinx, que lorsque les temps seront révolus et que les changements auront été accomplis dans cette phase de l'existence humaine. » Edgar Cayce - 1933 

    Selon les rumeurs, en 2001, une chambre secrète aurait été découverte à proximité des pattes du Sphinx, mais elle aurait été classée (et serait encore) top secrète sous la pression de la CIA. Or, une autre médium, Monique Mathieu, déclara en 2000 qu’un nouveau crâne de cristal était sur le point d’être découvert en Egypte, et qu’il révèlerait au monde l’immense connaissance acquise par les civilisations oubliées (l'histoire de ces mystérieux crânes fera l'objet d'un futur post).  

    Une étude réalisée par John West arriva à la conclusion que le corps du Sphinx était à l’origine celui d’un lion taillé 10.500 ans avant notre ère. 

    Il est orienté vers le point d’équinoxe où se lève le soleil le 21 mars. Or il y a 10.500 ans, le soleil se levait dans la constellation du lion à l’équinoxe vernal. Pour lui, ce n’est que beaucoup plus tard que Pharaon fit retailler sa tête à son effigie (ce qui serait à l’origine de la disproportion actuelle du monument). D'après les traces d’érosions encore visibles, le Sphinx aurait également subit le déluge 10.500 ans avant notre ère (Par contre pour certains géologues, l'érosion importante du corps viendrait du fait qu'il est taillé dans une couche de calcaire plus friable que celle constituant la tête. Cet argument n'explique pas, par contre, la disproportion  évidente entre la tête et le corps!) 

    Le même déluge qui engloutit l’Atlantide (date que Platon évoqua également pour la disparition de ce continent). En 1933, Edgar Cayce ("Les mystères de l’Atlantide revisitée") avait donné une vision médiumnique du site de Gizeh. Selon lui, à proximité du Sphinx, une salle d’archive secrète renfermait l’histoire de toute l’humanité. Il ajouta qu’une colonie rescapée de l’Atlantide édifia en Egypte les bases d’une nouvelle civilisation avec l'aide d'une civilisation issue d’Orion. 

    En tout état de cause, les scientifiques tendent aujourd'hui à penser que le Sphinx est beaucoup plus ancien qu'on ne la précédemment admis, et les égyptologues n'ont pas encore trouvé de riposte convaincante aux conclusions de Schoch. Mais la principale question soulevé demeure : qui a construit le Sphinx et comment? De plus en plus de chercheurs considèrent désormais que ce subit «vieillissement» du Sphinx apporte des éléments confortant la thèse d'une civilisation avancée, disparue depuis lors, et qui pourrait être l'Atlantide. 

    En 1993, lorsque John West soutint cette hypothèse de manière explicite, il attira sur lui les foudres de Zahi Hawass, directeur général des Pyramides de Gizeh. Ce dernier décida en conséquence d'interdire à West et à son équipe de poursuivre leurs recherches sur le site. Bizarrement on a depuis lors constaté un changement d'attitude radical de la part des autorités égyptiennes. En avril 1996, une nouvelle autorisation permettant la poursuite de l'exploration du Sphinx fut accordée à un certain Joseph Schor, millionnaire américain possédant des liens étroits avec l'ARE, riche et influente organisation internationale promouvant: les enseignements d'Edgar Cayce….

    Source : planetedino 

    Théorie d’après les visions d’ Edgar Cayce : 

    Dans une « lecture » médiumnique le clairvoyant américain Edgar Cayce, décédé en janvier 1945, avait précisé que la Grande Pyramide a été construite de 10.490 à 10.390 avant J.-C. :  

    « Sa construction dura cent ans. Elle fut commencée, et terminée, sous le règne d’Araaraart, avec Hermès et Ra (c’est-à-dire Ra-Ta qui se fit appeler ainsi à la fin de sa vie). »  

    Elle fut construite, disait-il, par « l’usage de ces forces de la Nature qui permettent au fer de flotter ». On déplaçait ainsi les pierres à travers l’espace aérien. Les Atlantes apportèrent leur aide à la construction de la pyramide, et l’Atlante Hept-Supht fut l’un des responsables de cette construction. 

    Edgar Cayce affirmait que la Grande Pyramide n’est pas le tombeau de quelque illustre personnage (en l’occurrence Kheops). Il s’agit d’un monument destiné à conserver certaines connaissances pour l’instruction des gens. La Grande Pyramide était le bâtiment où avaient lieu les initiations. La signification du sarcophage vide était celle-ci : il n’y aura plus de mort.  

    Des événements futurs (par rapport à la construction de la pyramide) seraient inscrits dans les stratifications de la maçonnerie, la couleur des pierres, la direction dans laquelle tourne le couloir…  

    Le couronnement de la pointe de la pyramide était métallique. Il s’agissait d’un alliage de cuivre, de laiton, d’or et d’autres métaux…  

    C’est sous le règne d’Araaraart (qui aurait régné sur l’Egypte pendant 98 ans) que furent jetées les fondations du Sphinx. Interrompue par la guerre civile sa construction fut reprise par Ra-Ta après son retour d’exil. Avec le retour du Grand Prêtre la construction fut reprise par Isis, la reine, et par l’une des filles de Ra, « avec l’idée de représenter, pour l’instruction du peuple, les relations de l’Homme et du monde des forces animales » … Le Sphinx aurait été antérieur à la Grande Pyramide. C’est "Arsrha" qui fut le constructeur du Sphinx. Il était sculpteur, enseignait la géométrie et était « un peu astrologue et devin ». 

    « Dans les voûtes qui sont à la base du Sphinx on trouvera les documents concernant ces constructions. On voit que ce Sphinx a été bâti de la façon suivante : le sol fut creusé dans les plaines au-dessus de l’endroit où s’élevait le Temple d’Isis pendant le Déluge (…).  

    La base du Sphinx repose sur des canaux de drainage ; et, dans l’angle qui fait face à Gizeh, on peut trouver les textes qui expliqueront comment fut faite cette construction, avec l’histoire du premier roi envahisseur. »  

    Le Sphinx serait le portrait d’"Asriario", conseiller du roi. Cela - et d’autres choses - pourra être découvert « à la base de la patte avant gauche ». 

    "Ax-Ten-Tna" fut le premier conservateur des archives atlantes. Il les mit dans des salles qui sont à mi-chemin entre le Sphinx et la Pyramide des Archives (non exhumée). Les trois endroits où ces archives ont été préservées sont : sur le sol atlante (qui devrait émerger à nouveau), en Egypte, au Yucatan (dans un Temple). En Egypte la salle murée des archives contient l’histoire de l’Atlantide et des nations de la Terre, l’histoire de la destruction finale de l’Atlantide, la construction de la Pyramide de l’initiation - avec les dates, les noms des individus et des lieux -, ainsi que les prophéties concernant la date de la découverte de ces archives. 

    Dans une « lecture » datée du 12 novembre 1933 Edgar Cayce avait déclaré que l’on exhumerait des archives atlantes dans trois endroits, dont l’Egypte. Il existe en effet, sur la planète, divers endroits où sont dissimulés des vestiges (archives, etc.) de la civilisation atlante. Le plus connu est, bien sûr, le plateau de Gizeh en Egypte. Edgar Cayce avait aussi annoncé que Poséidia (l’île principale) serait, de toute l’Atlantide, la première à réapparaître…  

    Notons, au passage, que la plupart des sources donnent approximativement la date indiquée par Edgar Cayce pour la construction de la Grande Pyramide et du Sphinx. Il existe cependant d’autres sources mentionnant une ancienneté encore plus grande. Ainsi, par exemple, Benjamin Creme dit que la Grande Pyramide a environ 15.000 ans. Elle fut construite par des rescapés de la civilisation atlante « qui, après la destruction de l’Atlantide, se sont installés sur Poséidonis, une île où se trouvent aujourd’hui les Açores ». De là « ils s’installèrent en Egypte, construisirent la Grande Pyramide et le Sphinx, et apportèrent la religion atlante (spiritualisme) qui a dominé la longue histoire de l’Egypte avant de se répandre à travers le monde ».  

    On notera que Manéthon, scribe égyptien ayant vécu quelques siècles avant notre ère, divisait l’histoire égyptienne en trois périodes : celle des dieux, des demi-dieux (ou héros 11.000 ans avant notre ère) et des hommes. Les historiens arabes Abou Bakr (neuvième siècle de notre ère) et Massoudi (dixième siècle de notre ère) croyaient que les pyramides de Gizeh avaient été construites avant le Déluge pour préserver les connaissances de l’époque. D’après Massoudi c’est Sourid, pharaon d’avant le Déluge, qui construisit la Grande Pyramide. Ces historiens arabes associaient aussi Hermès à sa construction, comme l’a fait Edgar Cayce. On fera en outre le parallèle avec l’information reçue, lors d’une sortie hors du corps, par Anne Givaudan et Daniel Meurois, avec la référence à « Zurid »… Jamblique (troisième siècle de notre ère) disait que le Sphinx marque l’entrée de couloirs souterrains « dans lesquels se trouvent des inscriptions qui sont à la source de tout le savoir humain ». Et Ammien Marcellin déclara (vers 390) que les Anciens affirmaient qu’il existe des inscriptions sur les murs de galeries souterraines, autour des pyramides, et que celles-ci devaient conserver les connaissances d’avant le Déluge. 

    Source : mondenouveau

     

      

    Théorie de la cité souterraine :  

    Benjamin Creme mentionne l’existence d’une cité coloniale atlante sous l’étendue qui entoure la Grande Pyramide et le Sphinx, cité qui sera un jour déterrée et mise à jour. Le Sphinx et la Pyramide furent, précise Benjamin Creme, liés aux Mystères de l’Initiation, l’Initiation et les Ecoles de Mystères remontant à l’époque atlante. 

    Drunvalo Melchizédekaffirme avoir eu des contacts avec Thot. Selon ce dernier la tête du Sphinx tombera un jour, révélant une sphère d’or logée dans le cou, sorte de « capsule dans le temps ». En outre Drunvalo dit avoir été informé par Thot, dès 1985, de l’existence d’une ville (pouvant héberger jusqu’à 10.000 personnes) sous le plateau de Gizeh. (On fera aussi le parallèle avec la déclaration de James Hurtak, mentionnée dans la première partie.) Les habitants de cette ville étaient constitués de « maîtres ascensionnés » composant la fraternité Tat.  

    « Cette ville souterraine est l’endroit où la fraternité Tat a vécu isolée, alors que le restant de l’humanité continuait d’évoluer à son propre rythme. » (Drunvalo)  

    La ville a été progressivement vidée de ses habitants, de sorte que fin 1995 il n’y avait plus, paraît-il, qu’un petit groupe de sept maîtres.  

    Des rumeurs ont circulé à propos de cette cité souterraine. En 1996 on aurait découvert une stèle en pierre, sortie du sol entre les pattes du Sphinx, avec des inscriptions faisant référence à une salle remplie d’archives et à une chambre secrète située sous le Sphinx. Le gouvernement égyptien aurait entrepris un discret travail d’excavation et aurait trouvé la chambre sous le Sphinx. On aurait pénétré dans une salle ronde d’où partiraient trois tunnels, et dans celui se dirigeant tout droit vers la Grande Pyramide on aurait trouvé un « mur de lumière » qui bloquait le passage. En sondant les lieux depuis la surface, en avant de l’obstacle lumineux, on aurait décelé, enfoui profondément dans le sol, un bâtiment d’au moins douze étages… Une équipe de cinéastes de chez "Paramount Studios" aurait dû filmer en janvier 1997 l’ouverture du tunnel secret, mais le projet fut abandonné, les Egyptiens ayant demandé une forte somme supplémentaire. Drunvalo déclare connaître trois amis australiens ayant vu une vidéo montrant la progression dans le tunnel secret et la visite dans le bâtiment souterrain du chef d’un petit groupe de trois personnes ayant pu pénétrer sur les lieux (avec désamorçage du mur de lumière). L’archéologue Larry Hunter a dit à Drunvalo que la ville souterraine a plus de dix kilomètres carrés de superficie, qu’elle a douze niveaux différents et que son périmètre à la surface du sol est jonché de temples. Qu’y a-t-il de vrai dans cette histoire ? Cela relève-t-il de l’information ou de la désinformation ? Et où sont les preuves ? Selon Drunvalo tout ceci est vrai, « même si les Egyptiens persistent à entretenir l’idée d’une pure fantaisie ».  Est-ce aux découvertes présumées relatives à cette ville souterraine que s’est référée implicitement la source extraterrestre d’Anne Givaudan (lors d’une sortie hors du corps) en évoquant des vestiges (de l’Atlantide) qui « ont déjà été découverts et tenus secrets » ?  

    Source : mondenouveau 

      

    Datation d’après sources para-normales :  12 000 ans ou  40 000 ans ?  

    On notera que la date de 40.000 ans, si elle est conforme avec l’idée d’une bien plus grande ancienneté du Sphinx que celle admise par les milieux « officiels », n’en est pas moins non conforme à celle qu’a donnée le clairvoyant américain Edgar Cayce. En ce qui concerne la Grande Pyramide celui-ci avait donné, ainsi que le rappelle Joël Baran, la date suivante de construction : 10.490 à 10.390 avant notre ère.  

    Si la plupart des sources « paranormales » s’accordent à donner, pour la construction du Sphinx et de la Grande Pyramide, la date d’environ 10.000 ans avant notre ère, certaines datent ces constructions d’une époque antérieure. Ainsi que je l'ai signalé en début de texte Benjamin Creme dit que la Grande Pyramide a environ 15.000 ans. Elle fut construite par des rescapés de la civilisation atlante « qui, après la destruction de l’Atlantide, se sont installés sur Poséidonis, une île où se trouvent aujourd’hui les Açores ». De là « ils s’installèrent en Egypte, construisirent la Grande Pyramide et le Sphinx, et apportèrent la religion atlante (spiritualisme) qui a dominé la longue histoire de l’Egypte avant de se répandre à travers le monde ». 

    Si Benjamin Creme parle de 15.000 ans d’autres sources évoquent une date bien antérieure. Ainsi, au dix-neuvième siècle, Helena Petrovna Blavatsky, qui écrivit que les trois pyramides du plateau de Gizeh furent l’œuvre d’adeptes atlantes, a fait état d’une période remontant à au moins 80.000 ans, ce qui constitue une évaluation manifestement exagérée….

     Concernant le nez du Sphinx Joel Baran rappelle qu’une légende tenace attribue la destruction du nez de la statue aux canons des soldats de Bonaparte ou aux mousquets des Mamelouks. Pour l’archéologue américain Mark Lehner c’est plutôt la ferveur religieuse qui fut probablement la cause de cette mutilation, qu’il situe entre le dixième et le quinzième siècles. Les traces que porte la statue, dit-il, montrent que deux barres à mine furent insérées à coups de masse à la racine du nez et sous sa narine droite, puis servirent de levier pour le décoller du visage. Ce n’est évidemment pas, comme nous l’avons vu plus haut, ce qu’a dit BELMO à Rose, celui-ci ayant attribué la destruction du nez à l’ancre d’un énorme navire, à une époque où le Sphinx était sous l’eau…

    Source : mondenouveau

      

    Lieux énigmatiques

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"