• Les témoignages interdits

    Mystères humains

    Les témoignages interdits

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    (dessin - Les émanants)

    RENCONTRES EXTRATERRESTRES DANS LA FORÊT D'EL YUNQUE

    Cet article est le cinquième d'une série, au cours de laquelle nous présentons aux lecteurs la situation spectaculaire que vivent au niveau ufologique les habitants de l'île de Puerto Rico, territoire hispanique des États-Unis. Cette île de 959 km², avec ses îlots attenants, située à l'Est de la République Dominicaine, entre la mer Caraïbe et l'Océan Atlantique (18,15N, 66,30W) connaît des événements sans pareils dans le monde au niveau des observations d'ovnis. Cette situation étant à peu de choses près complètement méconnue en France, nous avons souhaité prendre des contacts sur place auprès de groupes d'ufologues qui sont au cœur de la tourmente depuis maintenant plusieurs années. Avec le temps, la, confiance s'est instaurée, et ces chercheurs courageux, ces enquêteurs de terrain sont peu à peu devenus nos amis. Beaucoup de spécialistes penchent pour l'existence de vastes bases aliens sous-marines et souterraines dans et autour de Puerto-Rico. Vous allez encore aujourd'hui découvrir l'ampleur du phénomène et entrer progressivement dans cette zone de turbulence ufologique unique au monde.
    Pour parler de cette situation nous avons choisi de citer la plupart du temps le journaliste et ufologue mondialement connu : Jorge Martin, de Puerto Rico, lequel nous a aimablement autorisé à nous référer à son remarquable et courageux travail accompli sur place depuis plus de trente ans.

    Aujourd'hui, nous allons parler de la grande île de Puerto Rico et plus particulièrement d'une zone où se déroulent des évènements parmi les plus spectaculaires. Ici, enlèvements de personnes, arrivées massives d'ovnis, rencontres avec des humanoïdes, sont autant de phénomènes récurrents, corroborés par une multitude de témoins dignes de foi. Ce "point chaud" du globe où ont lieu tant d'événements extraordinaires se trouve dans la forêt Tropicale Nationale de El Yunque.
    C'est une véritable forêt "enchantée", magique et sauvage qui s'apparente à plus d'un titre au "Xanadu" du célèbre Coleridge comme tient à le souligner l'ufologue hispanique Scott Corrales.

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    LA FORÊT DE EL YUNQUE

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    Mais tout d'abord voici quelques considérations intéressantes pour essayer de cerner la problématique que représente la forêt de El Yunque. Les forêts tropicales représentent 2% de la superficie de la Terre, or nous en avons déjà perdu plus de la moitié. El Yunque contient 90.000 des 250.000 espèces de plantes identifiées dans le monde. Elle contient également 240 espèces d'arbres réparties en 4 forêts distinctes. D'après les experts, il se trouverait là-bas 30.000 espèces végétales non encore identifiées. Comme vous le verrez plus loin dans l'article, ce "détail" a son importance et il pourrait bien expliquer certains faits étranges qui se déroulent là-bas.
    La forêt de El Yunque se trouve à 49 km seulement de la capitale San Juan de Puerto Rico. Comme on l'imagine, cette forêt inextricable est extrêmement humide, 4 à 8 M de pluie à l'année. Elle est pratiquement en permanence baignée de bancs de brumes. Il faut savoir aussi que c'est une des premières Réserve Naturelle officielle mondiale puisque dès 1876 le roi Alphonse XII d'Espagne désigna 12.000 de ces acres comme Réserve protégée. Ce lieu est donc fortement préservé et ce depuis bien longtemps. Le nom "Yunque" vient de la langue des Indiens Taïnos et est traduit par "Sacré" et est apparenté au mot Taïno : "Yukiyu" qui représente le Dieu du Bien. On trouve également au cœur de cette forêt de remarquables et curieux pétroglyphes et quelques très grosses pierres monolithes gravées.

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    DES HUMANOÏDES EN PLEINE FORÊT
    Dans la nuit du 20 octobre 1973, 9 campeurs, des élèves conduits par trois adultes décident de monter sur la montagne de El Yunque pour essayer d'établir un contact avec d'éventuels ovnis et leurs occupants. Ils se préparent à passer la nuit la plus inoubliable de leurs vies... Le chef du petit groupe, Mr Heriberto Ramos, raconte qu'à un moment de l'ascension du mont sur une pente très étroite au milieu de la jungle ils ont rencontré trois personnes qui descendaient. Petit "détail" troublant, les trois hommes portaient exactement les mêmes vêtements, comme des survêtements quelconques, et ils avaient exactement les mêmes traits et la même apparence... pour le reste ils avaient l'air "normaux" !

    TEMOIGNAGES INTERDITS


    Un des campeurs qui était à l'arrière du groupe a pris alors deux photos, une de son groupe devant lui en train de peiner à monter, et l'autre des trois personnes disparaissant à l'arrière. Au développement nos campeurs n'ont trouvé que deux masses brumeuses sur les clichés... Un peu plus tard, quand ils ont stoppé pour s'installer pour la nuit, ils se sont soudain retrouvés cernés par cinq créatures vaguement humanoïdes sortant des épais fourrés. Ces êtres dotés de griffes n'étaient pas du tout rassurants. L'un d'eux leur bloquait le passage vers le seul refuge possible, leurs voitures. Rappelons que la pente étroite était bordée d'un précipice. Une des créatures s'est mise à fixer Ramos intensément. Celui-ci a pu alors voir qu'il avait une tête triangulaire et des "yeux extraordinaires". Il s'est approché. Très doucement, il a avancé en essayant de montrer ses intentions pacifiques. Finalement il a réussi à toucher la peau de la créature. Elle n'était "ni froide ni comme du caoutchouc". Mais à ce moment-là un des campeurs paniqué a allumé une puissante lampe torche dans leur direction. La créature s'est enfuie aussitôt, s'enfonçant carrément dans la végétation. Puis, d'une façon incroyable, elle est réapparue juste à côté de celle qui bloquait le chemin. Pendant des heures les campeurs ont été entourés et bloqués par ces êtres qui bougeaient sans cesse autour d'eux. Le campeur qui avait braqué la torche a été pris d'un irrépressible besoin de se frapper la tête de manière répétitive. Puis il s'est enfui. Un autre, paniqué lui aussi, s'est enfoncé en courant dans la jungle. Le voyant faire, et comprenant le danger d'un tel comportement, un troisième campeur l'a suivi pour le protéger d'une possible chute. Au bout d'une douzaine de pas, les deux hommes ont alors trouvé sur le sol une sorte d'objet ovoïde lumineux, polychromatique. Ils n'ont pas osé le toucher. Finalement ils sont retournés sur leurs pas et ils ont rejoint le groupe toujours bloqué par les créatures.

    TEMOIGNAGES INTERDITS
    Au bout d'un long moment, ils se sont rendus compte de la présence d'un curieux objet flashant dans la main d'une des créatures. Était-ce un dispositif hypnotisant ? Toujours est-il qu'ils sont restés bloqués et entourés jusqu'au petit jour. Alors les créatures ont disparu. Comme on s'en doute, les campeurs se sont tous rués vers les voitures. Ils sont revenus un peu plus tard avec d'autres personnes pour photographier et prendre au plâtre les empreintes de pas des créatures qui étaient plus larges que des empreintes humaines et beaucoup plus profondes. Leur récit a rapidement fait le tour de l'île, et trois mois plus tard, le bureau où se trouvaient les plâtres et les photos a été fracturé par des inconnus. Tout le matériel a été dérobé...

    TEMOIGNAGES INTERDITS


    LES INDIENS TAÏNOS

    Que savons-nous des indiens Taïnos ? On trouve d'importantes traces des tribus Taïnos de 450 à 600 ans après J-C.. Mais les Taïnos en tant que tribus d'indiens Caraïbes remonteraient selon certains spécialistes à au moins 6000 ans avant J-C. et seraient apparentés directement aux Mayas qui se sont d'ailleurs déplacés plusieurs fois sur l'île en leur temps pour visiter les lieux sacrés de El Yunque.
    La culture Taïno est extrêmement riche en particulier leur vision du cosmos et leur histoire dite spirituelle. Leur conception du monde consiste en un centre d'origine appelé Yaya entouré de trois cercles concentriques Yayael, Demin, et Guahayana.
    Le premier cercle représente la dualité sous toutes ses formes (positif, négatif, haut, bas etc...). Le second cercle représente les aspects astronomiques, les saisons, la météo, le temps des récoltes etc... Le troisième cercle représente l'union des opposés : féminin, masculin, feu et eau etc... Dans leur cosmogénèse à la fois complexe et très précise, on trouve la caverne mythique de leur origine opposée à la "calebasse d'où sort la mer et qui est reliée à la funeste étoile polaire". On trouve également "Les Pléiades reliées à l'eau et opposées à Orion qui est relié au feu". Enfin on trouve aussi "La rébellion des êtres venus de Vénus". La culture Taïno est donc fortement imprégnée des étoiles. Elle est aussi marquée par une préoccupation majeure directement liée à ces dernières, comme si les Taïnos étaient en proie à une angoisse permanente et voulaient se protéger d'anciens combats cosmiques. Vous comprendrez combien cette obsession est évidente en observant attentivement leurs pétroglyphes et inscriptions.
    La mythologie des Taïnos comporte de nombreux "Dieux". Il en est un notamment, "Opiel Guabiron", qui est à moitié chien et à moitié humain. Il est le gardien des portes du monde souterrain. Cette sorte d'Anubis (toujours les chiens psychopompes, gardiens et guides du monde souterrain) garde la porte Guacava qui s'ouvre sur la grotte du merveilleux monde de Coabey. On reconnaît que l'on est presque arrivés à cette porte lorsqu'on voit "Mucaro", l'aigle nocturne (sorte d'Horus), qui est le messager d'Opiel Guabiron.
    Il ne vous laisse pas entrer si vous n'êtes pas digne et que "votre esprit n'est pas bon"...

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    UNE POPULATION ENCORE TRÈS ACTIVE

    Il reste aujourd'hui quelques rares indiens Taïnos à Puerto Rico dont quelques chamans toujours actifs. Cependant en dépit de cette modeste présence apparente, une étude faites par les Américains sur l'ADN Portoricain a prouvé qu'en réalité, il y avait encore beaucoup de gènes Taïnos "éparpillés" dans la population insulaire très métissée... Cette étude génétique est-elle le signe que cette origine est sous haute surveillance et intéresse de près les autorités américaines ? Curieux quand même... Il faut vous raconter en passant une incroyable anecdote véridique. C'est l'homme-médecine des Taïnos actuels : Don Carmello qui aurait réussi à repousser, avec certes, le soutien de la population et d'activistes nationalistes, les velléités d'installation d'une base militaire américaine sur une portion du territoire Taïno le plus sacré. Don Carmello avait une botte secrète. Il sait parler aux abeilles. Nuit et jour il envoya des escadrons d'abeilles qui attaquèrent sans répit les responsables du projet, et même le DDT ne put rien y faire. En dépit de toutes les mesures prises, il y avait toujours de nouvelles abeilles pour attaquer... Finalement le projet fut stoppé en quelques semaines.

    OVNI : L'extraordinaire découverte

    Ovnis en Pologne - Terre de mystère

      TEMOIGNAGES INTERDITS TEMOIGNAGES INTERDITS

    DES PHÉNOMÈNES ÉTRANGES

    L'actualité ufologique, celle des observations d'ovnis, des disparitions et des contacts avec d'éventuels E.T. se concentre à Puerto Rico, principalement à El Yunque, et dans deux autres zones, la petite île de Vieques et la zone de Lajas avec les supposées bases sous-marines dont nous avons déjà parlé dans les articles précédents.
    Pour vous donner une petite idée de l'ampleur de la situation, ce petit pays est le théâtre de si fréquents événements inhabituels qu'on y a instauré une Journée Nationale Ovnis, édifié une route départementale "ET", et que des "campements Ovnis" sont souvent organisés la nuit en pleine nature par des associations dans l'espoir de faire des observations et même d'obtenir des contacts. Sans parler des multiples conférences sur ce thème qui ont lieu toute l'année, dont celles du fameux Professeur Reinaldo Rios qui défrayent la chronique."
    En dépit de ce que pourrait laisser croire cet engouement, certains événements ont une teneur fortement dramatique comme le nombre inquiétant de personnes qui disparaissent chaque année dans la jungle de El Yunque sans laisser aucune traces et sans qu'aucune explication ne soit jamais trouvée. On ne peut évidemment pas s'empêcher de relier ces disparitions aux très nombreuses apparitions d'ovnis. Il y a eu en effet deux vagues intenses d'observations qui ont d'ailleurs provoqué la panique dans la population. Ces deux vagues d'ovnis ont fait l'objet de nombreux documentaires TV. La première vague a eu lieu en 1974, comprenant également des mutilations de bétail et même des apparitions mariales, la seconde s'est déroulé en 2005.

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    RENCONTRES ÉTRANGES

    Dans le courant de l'année 1974, le professeur Federico Alvarez invité dans la série d'émissions de notre ami Jorge Martin : "Apparitions à El Yunque" de la radio WSKN, a fait part d'une expérience inouïe. Désireux de savoir la vérité sur ces "apparitions" dans cette jungle, Federico Alvarez était parti sceptique, en pleine nuit, le 25 mai 1974, avec un groupe d'étudiants. Alors que toute l'équipe suivait un sentier en voitures, tous feux éteints, soudain ils ont vu un être très grand traverser devant eux. Aussitôt les étudiants sont descendus de voiture et ils se sont lancés à sa poursuite, en pleine forêt. Ils ne l'ont jamais rattrapé.
    La seule chose qu'Alvarez a pu remarquer, c'est que le sentier qu'ils venaient de parcourir était fraîchement défriché et qu'il ne devait pas exister une heure auparavant... Ce chemin menait à un dégagement sur un promontoire au-dessus d'un précipice d'où l'on pouvait voir au loin les lumières de la capitale, Mais aucune trace du fuyard." Ils ont décidé alors de s'installer en haut d'une petite tour d'observation "Yokah". Par prudence, ils ont installé un dispositif de bidons d'aluminium en bas de l'escalier d'accès pour être prévenus en cas d'intrusion. Entre 1h30 et 1h45 du matin, les bidons ont commencé à tinter. Ils sont descendus et ils ont alors vu les bidons qui bougeaient comme poussés par une force invisible. Vers 2h du matin, alors qu'ils étaient encore en train de discuter pour savoir s'il fallait quitter les lieux, ils ont vu arriver entre deux pics voisins un énorme ovni ovale d'environ 100 mètres de diamètre. l'ovni est resté suspendu pendant au moins cinq minutes à la vue de tous puis il est reparti derrière un des monts.
    Il se trouve qu'on a pu observer assez souvent des coupures de courant aux alentours de 2h du matin. Les habitants des petites localités proches d'El Yunque se sont souvent plaints de ces coupures inexpliquées. Beaucoup racontent avoir vu au même moment de nombreux ovnis comme "entrant" par le sommet des montagnes couvertes de jungle. À chaque fois des vibrations au sol sont rapportées par les témoins.
    Un autre témoignage très intéressant est celui de l'officier E. Chamblin, militaire de profession vivant à Luquillo, et retiré à cause d'une lésion. Celui-ci est un passionné de la forêt tropicale et il passe son temps libre à l'explorer avec ses amis. Un jour qu'il parcourait le secteur Nord-Est de la jungle, le secteur : Pitahaya. Il s'est trouvé soudain face à une créature. Celle-ci semblait étudier une plante avec "beaucoup d'attention et de délicatesse". Ce détail a son importance, car cela recoupe de nombreux témoignages. Ces êtres semblent très intéressés par certaines plantes. Comme nous le soulignons au début de cet article, la forêt tropicale d'El Yunque est un des réservoirs naturel de cette planète où l'on trouve des espèces végétales très rares qui n'existent nulle part ailleurs.
    Beaucoup d'experts à Puerto-Rico avancent l'hypothèse que la venue de ces êtres serait liée à la nécessité pour eux d'obtenir certaines plantes rares et cela peut-être même pour des raisons de survie. Cette thèse est également avancée au Brésil. Et cela paraît assez judicieux.
    L'officier E. Chamblin a décrit ces êtres comme petits avec des yeux "verticaux", des grosses têtes, des bras très maigres et une peau couleur crème et grisâtre couverte de taches brunes. La créature observait la plante de ses doigts fins en les approchant d'une feuille puis en s'arrêtant comme pour la sentir à distance. Elle s'est arrêtée brusquement en voyant l'officier qu'elle a fixé du regard. E. Chamblin a tourné un instant la tête pour voir si ses amis le suivaient et voyaient la même chose que lui. Mais quand il a retourné la tête, la créature n'était plus là...

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    CONCLUSION

    Il existe une multitude de témoignages plus extraordinaires les uns que les autres et nous y reviendrons. Terminons avec celui des époux Julio César et Zaïda Rivera. Ce couple prenait des cours d'aviation en 1982. M. Rivera pilotait en cette fin d'année un petit avion en compagnie de sa femme. Leur route croisait le flanc Nord-Ouest des montagnes d'El Yunque, déviant petit à petit vers le Sud-Est. L'avion gardait une altitude de 400 mètres lorsque Zaïda a vu quelque chose d'étrange dans le paysage. C'était un objet lumineux volant qui laissait comme une étoile de lumière derrière lui. Elle a juste eu le temps de le photographier avant qu'il ne disparaisse.
    Une fois la pellicule développée, la photo montrait juste une traînée lumineuse indiquant le mouvement et la vitesse de l'objet. Julio César a expliqué qu'au moment de la prise, il n'avait reçu aucune instruction de la part des contrôleurs aériens lui signalant un quelconque transit dans cette zone. Selon lui, cet objet ne venait pas non plus de la base militaire de Roosvelt roads parce que si cela avait été le cas leur petit avion n'aurait pas reçu la permission de voler aussi près. D'autre part la vitesse incroyable de l'objet n'était comparable à aucun autre avion. Julio César a ajouté que l'engin n'avait même pas d'ailes. L'ovni a été pris juste à côté du pic de l'Est sur lequel se trouve d'ailleurs un système sophistiqué de radars de la Navy. "C'est sûr qu'ils l'ont capté" affirme le mari de Zaïda. Et il poursuit : "Il se passe quelque chose de très important à El Yunque. Je connais beaucoup de personnes vivant dans cette zone et qui ont vécu des expériences marquantes. Je connais des cas d'atterrissages d'ovnis dans la zone de Yuquiyu et une personne qui non seulement déclare avoir rencontré des sphères de lumière dans la forêt mais raconte aussi y avoir rencontré des êtres bizarres. Ce témoin était en haut du mont dans sa voiture avec des amis. Juste avant de voir passer ces êtres, les portes de leur véhicule s'ouvraient toutes seules chaque fois qu'ils les refermaient en les verrouillant. Les portes se déverrouillaient puis s'ouvraient de nouveau"...
    La connexion "El Yunque et site Sacré très ancien" est aussi très intéressante. Il serait intéressant de se demander pourquoi les sites dits préhistoriques, mégalithiques et sacrés sont généralement des sites très visités par les ovnis et sur lesquels circulent toutes sortes de légendes ou récits de visites régulières de créatures qui viendraient depuis très longtemps... Nous reviendrons dans le prochain article sur la forêt d'El Yunque et nous évoquerons entre autres le mystère des crânes de pierre que l'on y trouve.
    DES HUMANOÏDES EN PLEINE RUE
    En août 1992, Madame Soraya Collazo, ses trois fils, Didier, Gabriel et Saudi, sa fille et ses voisins, habitant dans le quartier résidentiel "Collines d'El Yunque" au bord de la forêt, ont vu marcher à cinq heures de l'après-midi au milieu de la rue, près de la jonction vers l'autoroute N°191, deux êtres dont la description correspond complètement à des "grands gris". Un détail a notamment frappé les témoins : les deux créatures marchaient tranquillement pieds nus sur le goudron brûlant de la chaussée ce qu'aucun humain n'aurait supporté par 45° à l'ombre. Ils étaient vêtus de combinaisons blanches avec des bandes rouges. Des enfants se sont mis à les poursuivre à bicyclette à une distance raisonnable et Madame Soraya Collazo les a vus sauter brusquement dans les fourrés puis disparaître. Tous les nombreux témoins de cette scène ont été interrogés séparément, et ils ont tous raconté et dessiné la même chose. Il y a d'ailleurs plusieurs témoignages similaires dans différentes zones autour d'El Yunque. Le 26 février 1991 vers 3h du matin deux policiers et leurs femmes ont fait une rencontre qu'ils n'oublieront jamais. Près du parking du service forestier et du kiosque à souvenirs, les policiers dont l'Officier Luis Torres et sa femme Margarita qui vivent à San Isidro dans la zone municipale de Canovanas ont vu deux êtres étranges, non loin d'eux descendant la route. Ils avaient cette fois toutes les caractéristiques de petits gris. Les policiers en ont d'ailleurs fait un dessin fidèle, ci-contre. Ces êtres portaient également une combinaison qui leur couvrait tout le corps exceptés la face et les mains.

    Traduction et adaptation de Vincent Guerene : roch@topsecret.fr
    RÉFÉRENCES :
    - "Extraterrestres Visitan Colinas dei Yunque", Jorge Martin, Enigma n060, p.49
    - "Appariciones en el Yunque", Ovnis Confidential, 2002, Jorge Martin, WSKN prog. Radio.
    - "Evidencia Ovni Especial", N° spécial sur El Yunque, 1996, par Jorge Martin.
    - "Puerto Rico An area of extraterrestrial Experimentation ?" FSR, Printemps 1994. Rapport d'Amo-Freixedo.
    - "El Yunque Misteriosos craneos de piedra", Evidence Arquéologique d'une présence Alien depuis des siècles dans cette zone ?, Jorge Martin, Enigmas dei millenio n° 7.2005.
    - "Nuclear Battlefields" Cambridge, Ballinger PUbl, p.230
    - "El Yunque ; Nights on heU Mountain", Scott Corrales, 2004.
    - "Saga Ufo Report", Lettre à l'éditeur, Août 1977.

    Cet article est le quatrième d'une série, au cour de laquelle nous allons tenter de décrire la situation spectaculaire que vivent au niveau ufologique les habitants de Puerto Rico, territoire hispanique des USA. Cette île de 959 km², avec ses îlots attenants, connait des évènements sans pareil dans le monde au niveau des observations d'ovnis. Cette situation étant très méconnue en France, nous avons pris contact avec des groupes d'ufologues au cœur de la tourmante depuis plusieurs années. Avec le temps, la confiance s'est instaurée, et ces chercheurs courageux, ces enquêteurs de terrain sont peu à peu devenus nos amis. Beaucoup de spécialistes penchent pour l'existance de vastes bases aliens sous-marines et souterraines dans et autour de Puerto Rico.

    Pour parler de cette situation unique au monde, nous avons choisi de citer la plupart du temps le journaliste et ufologue mondialement connu, Jorge Martin, de Puerto Rico, lequel nous a aimablement autorisé à nous référer à son travail accompli sur place depuis plus de 30 ans. Dans le dernier article, j'ai décrit les phénomènes inquiétants qui se déroulent autour des installations radars ROTHR de la petite île de Vieques. J'ai ainsi fait le rapprochement entre l'installation des Radars, la répartition des antennes selon un plan bien spécifique, et l'observations d'ovnis et de nombreuses anomalies. Aujourd'hui nous allons poursuivre l'étude de ce dossiers à travers des témoignages édifiants.

    Comme nous vous l'avons déjà expliqué, l'île de Vieques était encore il y a peu, aux deux tiers, une base militaire inaccessible au public. De fait, les 9.000 habitants cantonnés dans le centre de l'île souffraient de cette situation pour toutes sortes de raisons. L'une d'elle, et pas des moindres, tenait au fait que les parties de l'île réservées à l'armée étaient très proches des zones habitées. Or, en dépit d'une dangereuse promiscuité, ces terrains militaires servaient de zone d'essai de bombardements. Cela entraînait naturellement des nuisances susceptibles de mettre en danger la santé même de la population. Le décor une fois dressé, nous allons à présent vous faire part du témoignage (un parmi tant d'autres recueillis par notre ami Jorge Martin) de Monsieur Ismael Camacho. Durant 28 ans, cet homme a été garde de sécurité et superviseur au Poste d'Observation n°1 de la Navy au Cerro Matias. En plus de ses fonctions de surveillance et de sécurité, il était également en charge des communications téléphoniques pendant les exercices de bombardements. Voici ce qu'il raconte.

    1er témoignage de Mr Camacho - Camacho (d) et Jorge Martin (g)

    "Cette nuit d'été 1982, aux alentours de 22h30, des essais de bombardements avaient lieu sur la zone. J'étais à mon poste, en compagnie d'autres gardes et de plusieurs officiers de la Navy. Il y avait toujours deux officiers de la Navy US présents lors de tels exercices, un capitaine et un lieutenant. Il y avait aussi du personnel de La Compagnie Raytheon pour coordonner les services du radar, ainsi que quelques hommes en civil. Bref, plusieurs jets de la Navy procédaient à des bombardements sur le champ de tir cette nuit-là. Et puis soudain, une lumière vive est apparue haut dans le ciel juste au-dessus du lagoon Anones. Elle était circulaire et large avec plusieurs lumières de différentes couleurs tout autour. C'était complètement silencieux.

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    Puis, nous avons vu un rayon de lumière bleue sortir du dessous en colonne lumineuse. Ce rayon est descendu jusqu'au lagon. Inutile de vous dire que la présence de cet objet totalement inattendu nous a tous surpris. L'engin avait plusieurs fenêtres dans sa partie médiane avec une série de lumières de différentes couleurs, jaunes, bleues. Des tons rougeâtres étaient visibles en rotation à l'intérieur. Certaines lumières d'un vert très brillant étalent plus constantes que d'autres. L'objet ressemblait à une soucoupe avec un dôme vert argenté très lumineux. Comme il continuait de descendre, les officiers de la Navy ont stoppé toutes les opérations en cours. Les jets sont restés dans la zone en faisant de grands cercles, surveillant apparemment la situation. L'objet s'est alors immobilisé juste au-dessus de la surface du Lagoon Anones. On a pu l'observer durant une bonne demi-heure. Enfin, à 23 heures, ses lumières les plus grosses se sont brusquement éteintes, laissant juste les petites lumières colorées allumées en rotation à l'intérieur.
    À ce moment-là les officiers de la Navy nous ont ordonné d'arrêter notre travail, de signer nos cartes et de quitter les lieux. Plus tard, lorsqu'ils nous ont laissé rentrer chez nous, ils nous ont dit de ne parler à personne de ce que nous avions vu cette nuit-là. C'était Top Secret et classifié. Ils ont ordonné aussi aux jets de retourner sur leurs porte-avions. C'est vraiment étonnant. Les officiers de la Navy auraient dû demander du soutien au porte-avion ou à la base de Roosvelt Roads pour essayer au moins de déterminer la nature et les motivations de cet intrus exceptionnel. Camacho pointe le lieu de l'observation avec son stylo.
    En général, lorsqu'on repère un intrus dans la zone, une alerte est donnée et les avions de chasse interviennent pour l'intercepter. C'est une procédure classique de sécurité que j'ai pu observer plusieurs fois. Or, cette nuit-là les officiers de la Navy sont restés étrangement calmes. Ce comportement m'incite à penser qu'ils savaient ce à quoi ils étaient confrontés. Ils semblaient savoir à quoi correspondait cet engin et j'ai même l'impression qu'ils avaient peut-être établi une communication avec ceux qui le pilotaient. L'objet a finalement atterri sur la rive droite du Lagoon Anones qui est au centre du site de bombardement. Comme il faisait nuit et que nous étions à environ deux miles du Cerro Matias, nous n'avons pas pu voir si quelqu'un est entré ou sorti de l'engin. Nous n'avions pas de jumelles et nous n'avions pas le droit de monter dans les tourelles d'observation. En fait les seuls à posséder des jumelles, des jumelles à infrarouge, c'était les officiers de la Navy. S'il y a eu du mouvement là-bas, autour de l'engin, ils ont dû le voir. Tout ce que je sais, c'est qu'on ne nous a jamais expliqué pourquoi nous n'avions pas le droit d'utiliser ces jumelles à infrarouge. Tout cela, et notamment leur comportement face à une telle situation, semble indiquer que ces hommes savaient que ce genre de "choses" arrivait ou pouvait arriver dans cette zone. Une chose est sûre, l'engin était énorme. Nous étions à une distance de 3 km et même à cette distance il semblait faire 10 à 15 mètres de diamètre. Il était donc très grand. Je dois dire que sa taille m'a beaucoup impressionné.
    Nous ne savons pas si les officiers sont descendus jusqu'à l'objet. Évidemment, quand nous sommes revenus au travail le lendemain matin, l'ovni n'était plus là. Nous avons voulu faire un tour sur le lieu de l'atterrissage mais des hauts gradés de la Navy présents nous l'ont interdit. Nous nous sommes donc abstenus par peur des représailles car nous risquions vraiment de perdre notre travail. Du coup, nous n'avons même pas osé poser des questions sur l'incident. Il est notoire que la Navy n'aime pas les gens bavards et qui posent des questions. Au moment d'être engagés, nous avions signé des clauses de confidentialité vis-à-vis de tout ce que nous pourrions voir pendant nos heures de travail. Si vous posiez des questions, ils vous harcelaient et pouvaient vous renvoyer. Aussi nous n'avons pas dit un mot et nous avons tout gardé pour nous. Nous ne discutions de cet évènement qu'entre nous et nous attendions pour cela que les officiers soient absents."

    2ème témoignage de Mr Camacho

    Lors d'une autre rencontre, Mr Camacho confie à Jorge Martin qu'il a été témoin d'un autre événement extraordinaire se déroulant au Cerro Matias. Ce matin-là, il était avec son collègue, le père du maire de Vieques, l'Honorable Damasco Serrano, Les deux hommes ont vu un curieux objet se déplaçant très vite à la surface de la mer. Intrigués, ils ont pris un véhicule et se sont rendus à El Yayi aussi vite qu'ils ont pu. Cette hauteur représentait un poste d'observation idéal.

    TEMOIGNAGES INTERDITS

    "C'était quelque chose de très rapide sur la surface de l'eau, raconte Mr Camacho. Nous n'avons pas pu l'identifier. Ce n'était ni un bateau, ni un sous-marin, rien de ce que l'on connait. Cela semblait transparent, comme si c'était composé d'une matière cristalline ou translucide. Cela ne faisait aucun bruit. Nous n'avons pu voir aucun équipage à l'intérieur et l'engin ne laissait aucune trace derrière lui. Finalement il a disparu vers l'Est. Je ne peux écarter la possibilité d'une sorte de prototype marin de la Navy ou d'une sorte de nouvelle arme en test. C'était peut-être même un vaisseau furtif. Mais pour moi cela n'avait rien à voir avec tout ça. C'était quelque chose que je ne peux toujours pas expliquer". Quelques jours plus tard, un matin vers 9 heures, Mr Camacho conduisait le camion citerne vide d'eau depuis le Cerro Matias. Il devait le remplir en contrebas au Camp Garcia puis revenir. À un endroit nommé Cerro Tamarindo, il a vu quelque chose qui a traversé la route à grande vitesse.
    "Cela avait une forme humanoïde, semi-lumineuse d'environ 1m 80. Il avait une tête, des bras, des jambes. Il a traversé la route très vite de droite à gauche et il est entré dans des buissons. Mais ce qui est étrange, c'est que vous pouviez le voir bouger très vite par séquences fragmentées, un peu comme lorsque vous voyez des mouvements affectés par une lumière stroboscopique, cette sorte d'effet... Quand j'ai vu cela, je suis vite parti ne sachant pas trop ce que je risquais. Une fois au Camp Garda, j'ai rempli la citerne d'eau et puis je suis retourné au Cerro Matias. 
    Sur le chemin du retour, je me suis arrêté la ou j'avais vu la créature et j'ai regardé partout. Je suis finalement tombé sur une zone de buissons écrasés de façon circulaire, comme si quelque chose de lourd s'était posé là. Il n'y avait pas de traces menant au cercle ou en sortant. Ce qui avait écrasé les buissons ne pouvait venir que du ciel. Avais-je surpris quelque chose en passant la première fois avec mon camion ? Plus tard, je suis revenu sur place avec un de mes collègues, Pablo Delerme. Ensemble nous avons examiné le cercle de buissons écrasés. Mais nous n'avons rien trouvé d'autre."
    Il faut savoir que Mr Camacho est un vétéran de la Guerre du Golfe. Lors d'un autre entretien avec notre ami journaliste et chercheur Jorge Martin, il a prétendu avoir vu à plusieurs reprises, depuis ce Poste d'observation n°1, de nombreux globes de lumière blanche, venant du ciel et atterrissant au lagoon de Puerto Diablo. D'autres personnes ont pu corroborer son témoignage car à chaque fois, il se trouvait en compagnie de plusieurs collègues. Ces globes de lumière restent visibles d'une demi-heure à une heure entière, grossissant puis rapetissant jusqu'à disparaître. À chaque fois, les consignes sont très claires. Ordre est donné au personnel de la Navy de ne pas regarder ces choses que l'on présente comme des expériences laser. Mais personne n'y croit, pas même les ingénieurs... Mr Camacho est très loin d'être le seul à rapporter de tels témoignages. Jorge Martin en a d'ailleurs recueillis des centaines uniquement pour cette zone, que ce soit au sujet d'observations d'ovnis ou pour rapporter la rencontre avec d'étranges créatures circulant dans la jungle.
    Certains cas sont réputés très sérieux. Il y a notamment le cas de Mr Reynaldo Calzada qui a été superviseur des gardes de sécurité des bases de la Navy à Vieques pendant 30 ans. Il y a aussi ceux de Mr Regalado Pérez, de Gerardo Santiago et de bien d'autres. Nous aurons l'occasion d'y revenir. Sachez que cela n'arrive pas seulement dans la petite île de Vieques mais bien un peu partout dans la plus grande île de Puerto Rico. Ainsi, par exemple, existe-t-il des témoignages similaires ayant pour décor le grand observatoire astronomique d'Arecibo, observatoire qui appartient à l'université de Corneli.

    Ovni au-dessus d'Arécibo

    Ainsi, il y a le témoignage de l'officier Pedro Pérez en 2005. Cet homme affirme avoir vu pendant qu'il conduisait sa voiture sur la route 635 "...un artefact volant très bizarre" qui sortait de la zone du Radio Observatoire d'Arecibo et se dirigeait vers le village de Lares. Pedro Pérez était en compagnie de son fils. Tous deux ont vu un grand objet silencieux suspendu dans le ciel dans la partie Sud de l'Observatoire. Ce qui est extraordinaire, c'est que l'objet était parfaitement lisse, une énorme boule métallique argentée, sans aucune structure visible, fixe et sans mouvements dans le ciel. Au bout d'un moment, l'anomalie a repris sa route...
    Un autre officier, José Vélez, déclare qu'il est fréquent de voir des sphères lumineuses légèrement bleuâtres s'approcher de l'Observatoire. Elles restent stationnaires au-dessus de la zone, diminuant et augmentant leurs tailles. José Vélez pense que ces modifications apparentes sont dues à des effets d'optique et qu'en fait les objets s'approchent ou s'éloignent. Selon lui il s'agit forcément d'ovnis. En fait, il a définitivement renoncé à leur trouver une explication. Tout ce qu'il pense savoir reconnaît-il, c'est que ces lumières agissent et se comportent sous le contrôle d'une intelligence.
    Enfin, il est important que vous sachiez la chose suivante. En dépit du fait que les scientifiques de l'Observatoire continuent de nier l'existence du phénomène Ovnis, un mémo interne officiel, en date d'Octobre 1991, émanant de l'Agence de Défense Civile de l'État de Puerto Rico, aujourd'hui appelée Agence pour la Supervision des Urgences (Agenda para el Manejo de Emergenclas) et qui avait alors pour Directeur le Colonel José A. M. Noua, signalait clairement que "du personnel du Radio Observatoire était en train de participer à une étude secrète menée par différentes agences militaires et de sécurité ainsi que par différentes agences de l'état, en relation avec le taux élevé d'évènements de type Ovnis ayant affecté l'île." Ce mémo souligne même emphatiquement que ce qui se passait à Puerto Rîco est "...quelque chose de véritable..." "era algo verdadero." Apparemment ce "quelque chose" continue !



    Traduction et adaptation de Vincent Guerene : roch@topsecret.fr
    RÉFÉRENCES :
    - "Manifesto Ovni de Puerto Rico" Eng. Sebastian Robiou, 1977, Punto y coma.
    - "Guardias de seguridad del Radio Observatorio de Arecibo revelan la presencia de Ovnis" Jorge Martin, Enigmas del Millenio N°7.
    - "Vieques Caribbean Ufo cover-up of the third kind", Jorge Martin, Cedicop, 2001, Puerto Rico.
    - "Evidencia Ovni magazine" (1 à 23), Puerto Rico.
    - "La batalia de Vieques" Prof. Arturo Mélendez, Editorial Edil, 1989, PR. Source : dossiers.secrets

     

    VOIR AUSSI 

    Nos vidéos traduites sur les ovnis

    Le vaisseau de l'aéroport de Chicago

    Luiz Elizondo et la divulgation

    Le Gouverneur Fyfe Symington

    PAUL HELLYER Ancien Ministre de la Défense et les ovnis

    BEn Rich et les voyages interstellaires

     Des signaux dans le ciel 

     Ovnis des observations étonnantes

    les-spheres-de-lumiere

    Le vaisseau de l'aéroport de Chicago

    Rencontres entre avions et ovnis

    Des nuages intelligents

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"