• NEWS INSOLITE

    Toutes les actualités 

    Les actualités de l' INSOLITE

      2015/3 insolite

  • Une tête de loup de plus de 40 centimètres retrouvée en Sibérie ! 

    Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans, avec un cerveau et les dents intacts, a été découverte en Sibérie, a annoncé l'Académie des sciences locale dans un communiqué. La tête recouverte de fourrure ressemblant à celle d'un mammouth a été découverte durant l'été 2018 dans les glaces éternelles, au bord d'une rivière en Iakoutie (Sibérie orientale) par un habitant, selon le communiqué publié dans la nuit du 13 au 14 juin 2019.

    Remise à l'Académie des sciences de Iakoutie, la découverte a été étudiée par des paléontologues russes et japonais qui ont établi qu'il s'agissait d'une tête de loup du Pléistocène (Canis dirus) âgée de 32.000 ans. Au moment de sa mort, l'animal avait entre 2 et 4 ans. La taille de sa tête, longue de 41,5 centimètres, correspond à la moitié du corps d'un loup contemporain dont la longueur se situe entre 66 et 86 centimètres, précise le communiqué. "Cela a permis de conclure que le loup du Pléistocène était gigantesque", ajoute-t-il. Cette tête contient "un cerveau intact, et toutes ses dents sont préservées", souligne le communiqué, se félicitant d'une découverte "sensationnelle". Les tissus et la fourrure sont également intacts, selon la même source."C'est la première fois qu'on découvre les restes d'un loup du Pléistocène avec des tissus préservés", assure Albert Protopopov de l'Académie des sciences de Iakoutie, cité dans le communiqué. "Nous allons le comparer avec les loups contemporains pour comprendre comment il a évolué et reconstruire son apparence", ajoute-t-il.

    Obtenir de l'ADN de bonne qualité pour séquencer le génome
    L'examen de l'ADN du canidé sera effectué en coopération avec des chercheurs du Muséum d'Histoire naturelle de Suède, selon la même source. Contacté par Sciences et Avenir, le Professeur Love Dalén confirme : "J'étais sur le terrain en Sibérie lorsque nos collègues russes l'ont découvert et nous avons recueilli des échantillons sur le terrain. Ce spécimen fait en réalité partie d'une étude plus vaste". "Nous voulons comprendre la relation évolutive entre la lignée éteinte du loup du Pléistocène et les loups modernes. Car le crâne du loup appartient probablement à la lignée des loups des steppes du Pléistocène, et nous espérons maintenant obtenir de l'ADN de suffisamment bonne qualité pour séquencer son génome", poursuit le chercheur. "Nous souhaitons vraiment savoir quand et pourquoi ces animaux ont disparu et d'où viennent les loups modernes qui les ont remplacé il y a entre 20.000 et 30.000 ans", conclut Dave Stanton, autre chercheur du Muséum suédois d'Histoire naturelle, contacté par Sciences et Avenir.

    AST avec AFP  - Source :  sciencesetavenir


  •  Vingt statuettes précolombiennes découvertes au Pérou

    Vingt statues en bois vieilles de 800 ans ont été découvertes dans la cité antique de Chan Chan, le plus grand site précolombien d’Amérique, ont annoncé lundi 22 octobre des archéologues et la ministre péruvienne de la culture, Patricia Balbuena. « C’est une découverte importante en raison de son ancienneté et de la qualité de la décoration », s’est félicitée cette dernière.

    Ces statuettes de 70 cm, toutes en bon état de conservation sauf une, ont été mises au jour dans l’ancienne capitale de l’empire Chimu, situé près de la ville moderne de Trujillo, à 570 km au nord de Lima. Elles étaient alignées dans des niches creusées dans le mur d’un couloir décoré de bas-reliefs de terre, dans un édifice datant d’un millier d’années. Le couloir où elles ont été repérées n’a, lui, été découvert qu’en juin dans le Grand Chimu, un des dix palais fortifiés de la ville, visitée chaque année par des milliers de touristes du monde entier.

    « Soleil resplendissant »

    Les statues, découvertes en septembre, sont noires avec un masque de couleur beige. Elles « seraient les plus vieilles sculptures connues à ce jour à Chan Chan », a précisé l’archéologue Arturo Paredes, qui dirige les fouilles.

    L’empire Chimu a connu son apogée entre 900 et 1450 sur la côte nord du Pérou. A l’époque, Chan Chan, qui signifie « soleil resplendissant », comptait 30 000 habitants. La cité comptait alors dix citadelles, ou palais fortifiés, dans son centre de 6 km2. Au total, la ville s’étendait sur 20 km2. La cité de Chan Chan a été inscrite au Patrimoine de l’humanité en 1986 par l’Unesco. Plus de 500 personnes, dont 50 archéologues, travaillent sur le site dans divers projets de recherches.

    Source : /archeologie/

    Au cœur de l’énorme citadelle d’une ancienne culture péruvienne, des archéologues ont découvert un couloir contenant 19 mystérieuses statues en bois noir. Certaines de ces statues portent des masques d’argile, et sont nichées dans des alcôves spéciales qui tapissent les murs. Ces dernières ont été découvertes dans les ruines de la grande capitale culturelle de Chimú (Chan Chan), qui dévoile encore ses secrets.
    Selon les archéologues qui les ont découvertes, ces statues ont environ 800 ans et pourraient avoir été un symbole de « gardien ». « Dans le passage récemment découvert dans la citadelle de Chan Chan, 19 idoles en bois recouvertes de masques en argile ont été retrouvées », a annoncé Patricia Balbuena, ministre de la Culture, au Pérou, lors d’une conférence de presse. 

    Chacune des statues mesure environ 70 centimètres de haut et représente un personnage anthropomorphique différent. Les masques des statues sont en argile beige et portent chacun un sceptre avec un objet circulaire sur le dos, pouvant représenter un bouclier.

    Le passage de 33 mètres, bordé par ces étranges statuettes, conduisait probablement à une cour de cérémonie dans le complexe Utzh An. « Nous supposons qu’il s’agit de gardiens », a déclaré l’archéologue Henry Gayoso Rullier, au journal péruvien El Comercio. « Elles pourraient dater de 1100 à 1300 (apr. J.-C.), et nous parlerions alors des sculptures les plus anciennes connues sur ce site », a-t-il ajouté.
    En plus des statues, les murs extérieurs du passage ont été décorés d’une fresque spectaculaire, réalisée en relief de boue. Le mur est dominé par des motifs de vagues, des paysages représentant des filets de pêche et des rouleaux. De plus, l’impressionnante murale contient également des représentations d’un « animal lunaire » félin, symbole important des cultures précolombiennes côtières.

    Chan Chan, qui a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986, était la plus grande ville d’Amérique précolombienne et la plus grande ville en adobe du monde, avec plus de 10’000 bâtiments. Cette dernière a prospéré de 900 à 1470 (EC) environ, lorsqu’elle a été défaite et incorporée à l’empire Inca. À partir de ce moment-là, la ville a commencé à tomber dans le déclin, jusqu’à ce qu’elle soit totalement en ruine.

    Les travaux d’excavation et de restauration de la ville ont commencé en juin 2017 et devraient durer jusqu’en mai 2020.

    Source : trustmyscience

     


  • Des pistes étranges dans le Désert de GOBI !

     

    A quoi sert ce "rond au milieu" ?  Et les structures en forme de "8" ?

    Et ces formes sur la piste ?

    Et des cercles de pierres autour d'avions ?

    Des pistes d'aviation ?

    Et aussi celles-ci ! (Voir la page ICI)


    Des tracés non-identifiés  dans le désert de Gobi

    Dans une région proche de celle où la Chine a recours à des activités nucléaires et militaires, l’image, publiée par Google Earth, suscite quelques questionnements.
    Des triangles, des rectangles, des cercles, et d’autres formes géométriques, dessinés par de grands traits blancs ou noirs, parfois longs de plus d’un kilomètre, tracés au sol. C’est ce que montrent deux images, prises dans le désert de Gobi au nord de la Chine par Google Earth. Des formes qui rappellent celles des géoglyphes de Nazca au Pérou, qui alimentent toutes les rumeurs les plus folles, jusqu'à la piste extraterrestre. Et qui posent quelques questions.

    Ces représentations semblent clairement ne pas être le résultat d’un phénomène naturel. Notamment un rectangle fermé, contenant des traits s’entrecroisant, ou un grand cercle constitué de plusieurs cercles plus petits en son intérieur.


    Alors qu’elles se trouvent à plus de 100 kilomètres de la route la plus proche, et qu’il n’y a sur les photos aucun signe d’une activité environnante…
    La base de Ding Xin, où la Chine poursuit son programme aérien secret, se trouve à 650 kilomètres de ces étranges formes. Mais il y a plus proche encore, à quelque 160 kilomètres, la base de Jiuquan où la Chine développe son programme spatial.
     
    Néanmoins pour les experts, il pourrait simplement s’agir de cibles pour s’entraîner au tir de missiles. Une hypothèse notamment crédible pour les traits formant un cercle. Un expert américain compare d’ailleurs les formes géométriques à "Area 51" , une zone secrète du Nevada où l’armée américaine effectue divers tests. Et qui abriterait des restes extra-terrestres, notamment ceux de Roswell,  selon quelques théories conspirationnistes…

    Source : atlantico

     

     

     


  • La Grande Pyramide de Giseh concentre de l'énergie électromagnétique

    dans ses chambres...

    Une nouvelle analyse montre que la pyramide concentre l'énergie électromagnétique dans les chambres


    • Cela comprend deux chambres à l'intérieur et une troisième inachevée sous la base
    • Les scientifiques affirment qu'une percée pourrait conduire à des conceptions de nanoparticules plus efficaces


    Les propriétés électromagnétiques remarquables de la grande pyramide de Gizeh pourraient bientôt inspirer la conception de nanoparticules pour des capteurs et des cellules solaires très efficaces.

    Les scientifiques ont découvert que la célèbre pyramide concentre l’énergie électrique et magnétique dans ses chambres internes et au-dessous de sa base, créant ainsi des poches d’énergie supérieure.

    Si cet effet de concentration peut être recréé à une échelle nanométrique, cela pourrait mener à une vague de nouveaux capteurs et cellules solaires plus efficaces, affirment les chercheurs.

    Alors que la pyramide de 481 pieds construite il y a des milliers d’années pour le pharaon Khufu a longtemps attiré les intrigues pour ses prétendues qualités mythiques, l’étude fait partie d’un corpus croissant de recherches qui tentent enfin de faire la lumière sur ses propriétés physiques.


    «Les pyramides égyptiennes ont toujours attiré une grande attention», explique le Dr Andrey Evlyukhin, superviseur scientifique et coordinateur de la recherche.

    "En tant que scientifiques, nous nous sommes intéressés à eux aussi, alors nous avons décidé de regarder la Grande Pyramide comme une particule qui dissipe les ondes radio de manière résonante."

    L'équipe de recherche internationale s'est penchée sur la relation entre la forme de la grande pyramide de Gizeh et sa capacité à concentrer l'énergie électromagnétique.

    Pour ce faire, l'équipe dirigée par l'Université ITMO de Saint-Pétersbourg, en Russie, a créé un modèle de la pyramide, l'une des sept merveilles du monde antique, pour mesurer avec précision sa réponse électromagnétique.

    Source : dailymail.co.uk


  • Le 20 juillet 2018 , l'obscurité apparut dans le ciel de Sibérie pendant 3 heures !

    (peu de médias en ont parlé...que s'est-il passé exactement ?)


    Pour la république russe de Yakoutie (également appelée Sakha) - une partie de la Sibérie qui abrite les villes les plus froides du monde - le mois de juillet est un répit bienvenu après les sept mois d’hiver d’octobre à avril. C'est un moment rare de l'année où les habitants peuvent sortir sans risquer que leurs lunettes ne se figent au visage, à un moment où le soleil miséricordieux peut rester dans le ciel plus de 20 heures par jour au lieu de moins de 2 heures.

    Imaginez la confusion et la déception, alors, lorsque les habitants d’au moins deux districts de Yakoutie sont sortis vendredi après-midi (20 juillet 2018) ont vu le soleil complètement effacé pendant 3 heures.
    Selon le site d'information régional de Yakoutie, les quartiers Eveno-Bytantaysky et Zhigansky de la Yakoutie sont inexplicablement plongés dans 3 heures de mystérieuse obscurité entre 11 heures et 14 heures. heure locale le vendredi. Les photos fournies par les habitants désorientés montrent un peu plus que les ombres noires des arbres et des bâtiments, projetées contre une brume de ciel rougeâtre. Ajoutant à l'atmosphère inquiétante, l'air semblait être épais avec une brume sale de poussière noire.
     
    "Il était impossible d'être dans la rue", ont déclaré des témoins de cet événement bizarre au site d'informations Sakha Daily. D’autres habitants ont rapporté qu’il faisait soudainement noir chez eux, que le mystérieux smog transformait des tonneaux d’eau en barils de boue et que les lacs voisins émergeaient de l’éclipse recouverte d’une couche de pollution noire et sale.

     
    Alors, qu'est-ce qui était derrière cette mystérieuse éclipse sale ? Alors qu'un local a imputé l'incident au "diable,  il y a un coupable plus probable: les multiples incendies de forêt qui brûlent autour de la Yakoutie et ailleurs en Sibérie, a rapporté The Siberian Times.

    Source : livescience

     

     
     Les villes russes ont été plongées dans l'obscurité totale pendant plusieurs heures la semaine dernière, provoquant des rumeurs d'un test d'armes secret au Kremlin, d'ovnis ou même du travail du diable.

    Le mystère entoure l’apparition soudaine du nuage noir massif qui a transformé le jour et la nuit en une zone plus grande que les îles britanniques. Et il y a des allégations que le phénomène terrifiant pourrait avoir été causé par la poussière d'une frappe de météorite ou le test d'une arme apocalyptique.

    D'autres explications pour les habitants mystifiés sont un OVNI, une éclipse non déclarée, le "travail du diable" ou la fumée des incendies non identifiés.

    Les responsables de la défense et de la météorologie de Moscou n’ont pas commenté le nuage qui a touché trois vastes districts principalement arctiques de la région de Yakoutie.

    Il n’y a pas eu de rapports de météorites, d’éclipses ou d’essais d’armes - et encore moins d’observations de vaisseaux spatiaux extraterrestres.
    Un habitant de Eveno-Bytantaisky a déclaré: "Des messages circulent à propos d'un flash léger enregistré par les satellites américains, suivi d'une augmentation du niveau radioactif et d'une activité inhabituelle de l'armée.

    "On ne nous dira jamais que c'était vrai ou faux."

    Certains ont prétendu que cela pourrait être un "nouveau type d'arme" testé par l'armée russe.

    Une autre source a déclaré: "Cela ne peut être expliqué que par un OVNI."

    Les résidents ont indiqué que l'obscurité commençait vers 11h30 et durait presque trois heures vendredi.

    Le nuage est descendu sur Eveno-Bytantaisky, Zhigansky et Verkhoyansky, mais aucun de ces districts n'a été touché par des feux de forêt qui font rage dans d'autres localités sibériennes.

    Les régions sont si loin au nord qu’à cette époque de l’année, elles ont pratiquement 24 heures de lumière - mais comme l’a dit un habitant, "la journée s’est soudainement transformée en nuit noire".

    Un autre a déclaré: "Je ne pouvais pas voir une chose sans allumer les lumières."

    "Nous avons pris des torches pour marcher dehors, mais en réalité personne ne voulait être dans la rue car le sentiment était comme si quelque chose de lourd dans les airs pressait sur votre poitrine."

    Des rapports ont parlé d’une épaisse couche de poussière après l’obscurité, mais certains fonctionnaires ont nié cette situation, en exprimant des doutes quant à la cause de la pollution par les incendies.

    Source : thesun.co.uk

     


  • Une cité souterraine à Tiahuanaco

    Le Ministère de la Culture de Bolivie a présenté une enquête qui a permis de connaître la surface totale de la zone civico-cérémoniale. Ainsi, un carré et deux plates-formes de ce qui est considéré comme une pyramide ont été détectés.


    Les anthropologues ont découvert ce qui semble être une citadelle souterraine à l'extérieur du centre cérémoniel pré-inca de Tiahuanaco, un site du patrimoine mondial, avec une superficie si grande que ses fouilles prendront au moins 50 ans, a rapporté samedi le ministère bolivien de la Culture.

    "Avec les nouvelles données obtenues avec l'aide de la technologie, composée de caméras de précision qui ont pris des photos de l'air et des rayons infrarouges, il a été trouvé une citadelle préhispanique en dehors du périmètre archéologique, où il a été détecté une plate-forme souterraine de ce qui est considéré comme une pyramide ", a déclaré un communiqué cité par l'agence AFP.

    Les résultats finaux, qui ont permis de connaître la surface totale de la zone civique-cérémoniale, ont indiqué que le site archéologique couvre quelque 758 hectares.

    Plus qu'un centre cérémoniel

    La découverte a eu lieu dans le cadre des travaux de conservation et de conservation de Tiahuanaco menés dans la zone avec la coopération du Japon et de l'Unesco.

    « Les sondages d'excavation seront dans la région sud-ouest et au nord, dans le but de confirmer ou infirmerles données », a déclaré Julio Condori, directeur général du Centre d'archéologie, d'anthropologie et de l'administration de Recherche, à Tiwanaku (CITT) cité par le ministère .


    Si elle est confirmée, la découverte archéologique obligera à repenser la conception selon laquelle Tiahuanaco n'était qu'un centre cérémoniel pour considérer que c'était aussi une ville préhispanique.

    Tiahuanaco Culture

    La culture Tiwanaku, avec sa capitale du même nom, est apparue sur les rives du lac Titicaca péruvien-bolivien en l'an 1,580 av. et a disparu vers 1200 AD On soupçonne que les effets climatiques et les pestes ont décimé la civilisation.

    On suppose qu'elle abritait l'une des plus anciennes cultures d'Amérique du Sud, ancêtre même des Aymaras et des Quechua. (Informations de EFE et AFP)

    Source : /peru/actualidad


  • Un natif vit seul dans la forêt amazonienne !

    Un autochtone isolé sur le territoire de Tanaru, dans la forêt amazonienne dans l’ouest du Brésil, a été filmé par une association de préservation et de défense de l’environnement. La vidéo été diffusée par l’association le 18 juillet dernier.

    Cet individu âgé d’une cinquantaine d’année déjà identifié mais filmé à une seule reprise jusque-là. Il vit seul dans la forêt depuis au moins vingt-deux ans. Sa tribu fut massacrée par des fermiers lors d’un épisode de déforestation.

    Dans cette région beaucoup de fermiers avaient pour habitude de payer des hommes armés pour tuer les indiens isolés. Depuis il s’organise seul dans la jungle, et assure sa protection contre de potentielles menaces extérieures. Actuellement 113 tribus isolées vivraient dans la forêt amazonienne brésilienne, leur volonté de ne pas communiquer avec le monde extérieur et les autres tribus est le fruit de nombreuses expériences meurtrières et de la dégradation constante de leur environnement naturel.

     


  • Un sarcophage mystérieux découvert en Egypte !

    Le ministère des Antiquités égyptien à révélé une fabuleuse découverte le 1er juillet. Un immense sarcophage en pierre noire a été découvert à Alexandrie. Les archéologues l’ont retrouvé au fond d’une tombe ptolémaïque de cinq mètres de profondeur, et ses proportions sont impressionnantes.Le sarcophage de granit noir est haut de 185 cm, pour 265 cm de long et 165 cm de large. Il s’agirait du plus grand artefact de la sorte jamais découvert à Alexandrie, et il serait vieux de 2 000 ans. D’après l’analyse du Dr. Ayman Ashmawy, directeur des recherches, il n’a pas été ouvert depuis qu’il a été scellé, et l’identité de son ou ses occupants demeure un total mystère…

    Le seul indice le concernant est ce visage d’albâtre, que les scientifiques égyptiens ont retrouvé enterré aux côtés de l’immense sarcophage. À priori, c’était quelqu’un d’important

    Source : ulyces


  •  Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires 


     
    Au Pérou, Chan Chan, gigantesque cité d'adobe datant de l'ère précolombienne, n'a pas fini de révéler ses secrets: de grandes peintures murales, vieilles d'un millénaire, viennent d'y être mises au jour.
    Capitale de la civilisation Chimu, qui a connu son apogée entre l'an 900 et 1450, Chan Chan ("soleil resplendissant" dans la langue de son peuple) comptait dix palais en terre cuite sur une surface de 20 kilomètres carrés et 30.000 habitants.

    Aujourd'hui il n'en reste que 14 kilomètres carrés et ses constructions sont menacées par les intempéries, l'installation d'agriculteurs sur son site ou encore les pillages récurrents.

    Et pourtant, "Chan Chan est incroyable, sous chaque monticule de terre il y a une nouvelle découverte qui nous surprend", a souligné récemment la ministre péruvienne de la Culture, Patricia Balbuena, en se rendant sur place pour observer de près la dernière trouvaille: un couloir recouvert de hauts reliefs jusque-là enterré.

    Ce couloir se trouvait à Utzh An, aussi appelé Grand Chimu, l'un des dix palais de la cité de Chan Chan, située à près de 600 kilomètres au nord de Lima.

    "La récente découverte nous prouve l'ampleur de notre patrimoine culturel et à quel point il nous reste encore beaucoup à trouver dans cette citadelle de terre", a salué la ministre.

    Les peintures montrent notamment des damiers et des vagues en relief.

    "Animal lunaire"

    L'accès au couloir est lui orné de représentations de l'"animal lunaire", symbole mythique de plusieurs cultures précolombiennes du Pérou, explique l'archéologue Henry Gayoso, responsable de la restauration des murs du palais Utzh An.

    "Le couloir a été découvert il y a deux semaines. Il a une largeur d'environ six mètres et s'étend sur 50 mètres. Nous avons déterré la moitié, 25 mètres, et on doit encore descendre d'1,50 mètre pour arriver au plancher", précise-t-il.

    "Une fois (ce travail) terminé, nous saurons sa signification, même si nous croyons que c'était le couloir de passage d'un personnage principal" de la civilisation Chimu.

    Sur le site travaillent actuellement 500 personnes, dont 50 archéologues, réparties en cinq projets de fouilles, indique le chef de l'Unité de recherche et préservation de Chan Chan, Arturo Paredes.

    Jusqu'à présent, les équipes ont trouvé des peintures murales, des escaliers, des passages, des statues en bois de guerriers de 40 centimètres de hauteur, portant sur le visage un masque d'argile blanche.

    Les chercheurs ont également déterré des vases, des métiers à tisser et une grande quantité de "spondylus", ensembles de frises avec des figures de langoustes, algues, bateaux de pêcheurs et hommes en train de nager.

    Sacrifices d'enfants

    Moins connue que les Incas qui la renverseront ensuite, la civilisation Chimu se dévoile peu à peu au fur et à mesure des fouilles des archéologues.

    En avril, National Geographic a ainsi révélé la découverte, près d'une falaise donnant sur l'océan Pacifique où vivait les Chimus, des restes de plus de 140 enfants, soit les "preuves du plus grand sacrifice collectif d'enfants d'Amérique, et probablement de l'histoire mondiale".

    Les sacrifices humains étaient destinés à plaire à leurs dieux et souvent réalisés dans des huacas ("sanctuaires", en langue quechua), dont une, la huaca Toledo, peut désormais se visiter à Chan Chan.

    "On pense que c'était un lieu de cérémonie pour les habitants", indique l'archéologue Jorge Meneses Bartra, responsable de la huaca Toledo, datant des années 1350 et en forme de pyramide tronquée (sans pointe), sur plus de 20 mètres de hauteur.

    Chan Chan a été classée au Patrimoine de l'humanité par l'Unesco en 1986, mais aussi dans la liste du Patrimoine de l'humanité en danger: attaquée par les pluies, érodée par l'eau de la mer toute proche, la cité souffre aussi d'invasions par des agriculteurs et éleveurs.

    Il y a 20 ans, le gouvernement a commencé à déloger les habitants installés sur le site, mais certains continuent d'y vivre, se prévalant même de titres de propriété.

    La police péruvienne effectue désormais des rondes, de jour comme de nuit, pour protéger Chan Chan, et les autorités préparent un plan pour expulser de l'antique cité les derniers occupants.

    Source : lepoint.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique