• Les objets fossiles impossibles

    Découvertes extraordinaires 

    Les objets fossiles impossibles

    10 découvertes surprenantes qui vous feront tout remettre en question.

    Quelles sont les véritables origines de l’humanité?

    découvertes surprenantes (6)

    Découvertes surprenantes

    Il y a de nombreux objets anciens qui nous laissent encore perplexes aujourd’hui. Comment des civilisations anciennes ont-elles créé des technologies si complexes et si intrigantes? Il y a tellement de mystères concernant le passé de l’humanité dont nous commençons enfin à prendre conscience, et on dirait qu’il y a plusieurs autres implications lorsque l’on regarde l’ensemble …

    Voici une liste de certaines des découvertes les plus surprenantes à ce jour!

    1. Le marteau de Londres

    découvertes surprenantes (2)

    Ce marteau a été découvert entre 1934 et 1936 à Londres, une ville du Texas. On suppose qu’il est si ancien que la partie en bois du manche s’est transformée en charbon. On sait que le charbon prend des millions d’années à se former, donc, comment cela est-ce possible? Quel âge cet étrange marteau pourrait-il avoir en réalité?

    2. Le bol de la Fuente Magna

    découvertes surprenantes (3)

    Les informations sur son existence sont apparues autour de 1958-1960 près de la ville de La Paz, Bolivie. Il est l’un des artefacts les plus controversés d’Amérique du Sud. Ce grand récipient en pierre ressemble à un grand bol, il est similaire à un vase qui servait aux libations, aux baptêmes ou cérémonies de purification. Cet artefact bolivien a été accidentellement trouvé par un villageois près du lac Titicaca. L’écriture gravée qui aligne le bol est en motif zoologique avec des personnages anthropomorphes, on pense que ce bol est d’origine sumérienne!

    3. Des écritures secrètes cachées dans la pierre

    découvertes surprenantes (7)

    Cette pierre est située dans un site tout à fait pittoresque au cœur du village de Zhangbu, Chine. On estime que cette incroyable sculpture est vieille de 270 000 000 d’années!? Il existe différentes versions de l’écriture qui se traduisent essentiellement par « Parti communiste de la Chine ».

    4. La mystérieuse machine d’Anticythère

    découvertes surprenantes (5)

    Cet incroyable calculateur analogique a été construit par les Grecs il y a plus de 2000 ans, et il permet de calculer des positions astronomiques. Ce mécanisme antique est tout à fait spectaculaire et il est beaucoup plus avancé que tout ce qui a été construit au cours de ces derniers dix mille ans ou plus. Sa création remonterait aux alentours de 205 avant Jésus-Christ, et elle aurait été programmée pour démarrer son calendrier à cette date. Le mystère est de savoir comment les concepteurs ont eu les connaissances nécessaires pour créer un modèle aussi complexe?

    5. Découvertes surprenantes: La Pierre Mystérieuse du lac Winnipesaukee, New Hampshire

    découvertes surprenantes (1)

    Cette pierre a été surnommé la Pierre Mystérieuse car personne ne connaît son origine, son âge, ou son procédé de fabrication. Elle a été découverte à la fin des années 1800 par quelques ouvriers qui travaillaient dans un marais en creusant sous un poteau de clôture. Les motifs étranges sur l’un des côtés de la pierre indiquent une image d’un épi de blé et plusieurs des autres motifs sont inconnus. L’autre côté est plus abstrait, avec des représentations de flèches, d’une lune, de quelques points et d’une spirale. Qu’est-ce que cela signifie selon vous ?

    6. Le Manuscrit de Voynich (voir l'article détaillé)

    découvertes surprenantes (1)

    Ce manuscrit est étonnant parce que son origine et son langage sont complètement inconnus, et on dit que c’est le journal manuscrit d’un extraterrestre! Il déborde de vie végétale, d’étranges symboles, de diagrammes et est recouvert d’un mystérieux langage qu’on ne peut ne peut attribuer à aucune autre civilisation connue.
    Je vous recommande de faire plus des recherches sur cet artefact qui offre une occasion particulière de connaître un monde fascinant. Regardez à quoi ces images vous font penser et peut-être que vous serez en mesure de décoder le sens d’un message présent sous cette forme visuelle…

    7. Les œufs gigantesques de dinosaure

    découvertes surprenantes (8)

    Ce sont des œufs fossilisés qui ont été trouvés en Russie avec une origine qui demeure encore inconnue. On pense qu’ils remonteraient à plus de 60 millions d’années! Les scientifiques suggèrent qu’ils ont été posés là par un très grand reptile préhistorique, mais il est difficile de déterminer avec certitude l’espèce qui a pondu ces œufs.

    8. La pile électrique de Bagdad (voir l'article détaillé plus bas)

    découvertes surprenantes (3)

    Cette pile est très intéressante car elle est vieille de plus de 2000 années. Découverte à Khujut Rabu, juste à l’extérieur de Bagdad, elle daterait du 3ième siècle. Mais comment un tel procédé pourrait avoir une origine si ancienne?! Cet objet suggère que nos ancêtres étaient beaucoup plus intelligents que nous ne l’imaginons. Ces piles pouvaient créer un faible courant électrique provenant d’une alimentation , mais de quoi exactement?

    9. La carte Piri Reis (voir l'article détaillé)

    découvertes surprenantes (2)

    C’est une carte ancienne du monde peinte en 1513 par Piri Reis qui est tout à fait surprenante. Elle a été créée bien avant l’existence de n’importe quel type de technologie permettant de voir les prises de vue aériennes. Cette carte représente une partie des côtes africaines, américaines et de l’Antarctique. Mais comment cela aurait-t-il été possible? Par montgolfière? Ou visualisation à distance? À vous de juger!

    10. Les sphères mégalithiques du Costa Rica

    découvertes surprenantes (4)

    Il s’agit d’un ensemble de plus au moins 3000 pierres sphériques parfaitement sculptées et rondes. Il n’existe aucune explication ou preuve scientifique solide pour expliquer pourquoi, comment, ou quand ces sphères ont été placées là. Comment ont-elles été sculptées sans l’usage de technologie de pointe? Il y a tellement plus de choses qui se passent autour de nous que ce qu’on nous apprend.

    Pensez-vous que des découvertes comme celles-ci devraient être discutées de façon plus ouverte dans les écoles? Lorsque nous serons en mesure de voir les divers angles d’approche des sciences humaines au cours du siècle passé – alors nous pourrons mettre ensemble de façon collective les pièces du puzzle de notre histoire qui semblent encore difficiles à comprendre. Sandra Véringa

    (source : espritsciencemetaphysiques)

     La pile électrique de Bagdad

    La pile électrique de Bagdad est une poterie datant du IIIe siècle av. J.-C., découverte en 1936 dans un village près de Bagdad dans l'actuelle Irak. Elle est devenue célèbre depuis que quelques archéologues, tels que Wilhelm König, ont émis l'hypothèse qu'elle aurait servi de pile électrique. Cette thèse est actuellement toujours controversée. 

    Dans les années 1930, un archéologue autrichien du nom de Wilhelm König découvre dans les sous-sols du musée de Bagdad une étrange poterie de 15 cm de haut pour un diamètre d'environ 7,5 cm. D’après les datations effectuées séparément par Wilhelm König et le docteur St. John Simpson du département du Proche-Orient Ancien du British Museum, cette poterie remonterait à l’an 224 avant J.-C. Quelques-unes ont été découvertes dans les ruines de Khujut Rabu près de Bagdad et dix autres à Ctésiphon. 

    Ce dispositif est fermé d'un bouchon en bitume. Sous le bouchon, est disposée une tige de fer, entourée d'un cylindre de cuivre. Ces deux éléments sont isolés à la base par un tampon de bitume. Le cylindre est soudé en son fond par un alliage de plomb et d'étain. Les éléments manquants pour que cette « pile » antique fonctionne sont les fils de connexion et de l'acide pour la réaction. Une telle pile peut fonctionner avec du jus de fruit à la place de l'acide (le jus de fruit contient généralement de l'acide). Suivant les tests effectués, les chercheurs ont obtenu des tensions électriques de l'ordre de 0,5 à 1 volt. On ignore néanmoins l'intensité délivrable par une telle pile.

    Controverses sur l'usage de l'objet 

    La patine bleue retrouvée sur le cylindre de cuivre est caractéristique de la galvanoplastie à l'argent, comme aussi caractéristique de l'oxydation du cuivre. On peut éventuellement supposer que ces piles auraient été utilisées pour plaquer des objets avec des métaux précieux. Cette hypothèse serait conforme à la découverte de bijoux dorés par catalyse, des vases de cuivres plaqués argent vieux de plus de 2500 ans ; cependant le dépôt d'or par placage ne nécessite pas d'avoir recours à la galvanoplastie, il peut être réalisé mécaniquement avec de fines feuilles de métal.

    Actuellement les archéologues restent divisés sur l'utilisation réelle de l'objet : même si plusieurs expériences ont prouvé que celui-ci pouvait délivrer un courant électrique, le faible rendement de celui-ci, ainsi que certains détails (absence de fils électriques/points de connexion, fermeture hermétique du vase, niveaux de connaissances à cette époque) seraient des arguments défavorables à l'utilisation de l'objet en tant que pile.

    (source : wikipedia)

     Les objets fossiles impossibles

    D'autres objets fossiles impossibles 

    Les objets sortis des entrailles de la terre qui sont exposés dans les musées sont ceux qui s'inscrivent parfaitement dans la lignée orthodoxe de la science officielle. Ceux qui vont suivre sont ces "objets hors contexte", appelés OOPs ou OOPARTs ( Out-Of-Place ARTifacts ) outre Atlantique, qui viennent remettre en cause cette belle architecture simpliste. 

    Malheureusement, beaucoup de ces objets ont disparu ( ou bien on les a laissés disparaître quand ils étaient trop gênants ), et pour la plupart il ne nous reste que leur description lors de leur découverte. 

    Peuvent-elles être considérées comme des canulars ? 

    On remarquera plusieurs éléments :

    Ces gens tout à fait respectables n'ont gagné que le ridicule, en réponse à leur honnêteté et leur courage d'avoir rendu publique leur trouvaille. 

    Ces découvertes fortuites se sont produites la plupart du temps devant témoins. 

    Enfin, on a du mal à imaginer que des plaisantins se soient donnés la peine d'incruster des objets dans la roche, ( il faudrait aussi qu'ils nous disent comment ils auraient procédé ), sans jamais se dévoiler, ( où serait alors le plaisir de la farce ? ), juste pour mettre dans l'embarras les scientifiques du XXe siècle ! 

    Voici donc quelques-unes de ces découvertes impossibles : 

     - Au XVIe siècle, en 1572, un clou en fer fut trouvé dans la roche d'une mine du Pérou, il mesurait 18 centimètres. Il fut offert au Vice-roi espagnol du Pérou comme souvenir. La couche géologique dont il a été extrait est estimée entre 75 000 et 100 000 ans. 

    - Entre 1786 et 1788, près d'Aix-en-Provence, plusieurs trouvailles ont été faites dans une carrière de calcaire, dans laquelle les couches de roche alternent avec des strates de sable et d'argile. A une quinzaine de mètres sous le niveau du sol, dans une couche de sable, des ouvriers trouvèrent tout d'abord des bouts de colonnes et des blocs déjà taillés ; plus bas, des pièces métalliques faisant penser à des pièces de monnaie, des manches d'outils en bois pétrifiés, une grande planche de bois également pétrifiée.  Et tout cela daterait de 300 millions d'années, si l'on admet que les théories classiques de la géologie, quant à la formation des roches d'une part et du délai de pétrification d'autre part, sont exactes. 

    - En 1844, en Ecosse, entre les rivières Tweed et Rutherford, des ouvriers trouvèrent un fil d'or incrusté dans la roche à 2,5 mètres de profondeur. Il fut exposé au siège du journal local, le Kelso Chronicle. 

    - Un autre clou en fer a été retrouvé, au milieu du XIXe siècle, en 1845, dans un bloc de pierre de la carrière écossaise de Kingoodie, sa tête mesurait 2,5 centimètres. Elle était en contact avec une couche de gravier et légèrement corrodée, alors que le reste du clou était prisonnier de la roche. 

    - En 1851, à Dorchester ( Massachusetts ), au cours d'une opération de minage, les deux parties d'un vase ont été arrachées de la roche dynamitée. Ce vase fait 11,3 centimètres de hauteur, il est en alliage de zinc, à très forte teneur d'argent semble-t-il, et finement décoré ; âge estimé, 100 000 ans . Il a, à l'époque, voyagé de musée en musée, puis a disparu... 

    - La même année, dans le même Etat, à Springfield, monsieur De Witt brisa accidentellement un morceau de quartz aurifère qu'il avait ramené de Californie. A l'intérieur, se trouvait un clou en fer forgé de 5 centimètres, légèrement corrodé, absolument droit avec une tête parfaitement formée. La pierre est âgée d'un million d'années. 

    - Toujours en 1851, dans le Comté de Whiteside ( Illinois ), deux objets en cuivre ont été remontés d'une profondeur de 36 mètres lors d'un forage. Ils ressemblaient à un hameçon et à une bague, âgés d'environ 150 000 ans. 

    - En 1865, un morceau de feldspath, retiré d'une mine de Treasure City ( Nevada ), contenait les restes oxydés d'une vis effilée. La pierre est âgée de 21 millions d'années. 

      

    - En août 1870, à Lawn Ridge près de Peoria ( Illinois ), avec deux autres compagnons, J.W. Moffit trouva une pièce dans les gravats du puits artésien qu'ils étaient en train de forer. Le Professeur A. Winchell étudia l'objet composé d'un alliage de cuivre non identifié à l'époque. Malgré la morsure du temps, la pièce ronde présentait des arêtes bien découpées et une épaisseur remarquablement uniforme. Le dessin, représentant un visage féminin surmonté d'une couronne, semblait avoir été gravé à l'acide. Sur l'autre face, un animal aux longues oreilles pointues avec une longue queue effilochée, était accompagné d'un autre ressemblant à un cheval. Sur le pourtour des deux faces, les caractères d'une écriture inconnue se laissaient deviner. Trouvée à plus de 30 mètres de profondeur, elle pourrait être âgée de 100 000 à 150 000 ans. 

    Les objets fossiles impossibles

    - En automne 1885, un objet cubique a été trouvé dans un bloc de charbon du tertiaire ( datant de 60 millions d'années ) dans une mine en Allemagne. Le parallélépipède a été étudié par le Dr A. Gurlt. D'après les publications faites en 1886 sur cet objet, il est interprété tout d'abord comme une météorite fossile, et semble avoir été "retravaillé, usiné" !... L'objet fait 7 centimètres sur 7 sur 4,5 , et a une densité de 7,75. Quatre de ses faces sont parfaitement planes, les deux autres, opposées, sont légèrement convexes. Une rainure profonde en fait le tour à mi-hauteur. Endommagé par les différents prélèvements effectués, on en fera un moulage en plâtre au début du siècle. En 1910, il disparaît de l'inventaire du musée de Salzbourg où il était conservé. On le retrouve exposé de 1950 à 1958, au musée national d'Oberosterreichisehes de Linz ( Autriche ), où est également conservé le moulage.

     Il est maintenant la propriété de M. O.R. Bernhardt du musée Heimathaus de Vöcklabrück, en Autriche. Des études complémentaires effectuées par divers instituts scientifiques de Vienne, en 1966-67, 1973 et 1986, concluent définitivement que l'objet en fonte, n'est pas une météorite et a été coulé dans un moule. Cet objet a-t-il été réellement trouvé dans du charbon ou bien est-il issu d'une fonderie de l'époque ?

    - En 1891, à Morrisonville en Illinois, en cassant un gros bloc de charbon, madame S.W. Culp trouva une petite chaîne en or, d'environ 25 centimètres de longueur, dont les extrémités étaient encore prisonnières dans deux morceaux séparés.

    Voici d'autres découvertes impossibles : 

    - En 1912, à Thomas ( Oklahoma ), un ouvrier, alimentant le four d'une centrale avec du charbon, en brisa un gros morceau qui contenait un pot en fer. 

    - En 1937, en Pennsylvanie, en nettoyant les cendres du poêle où elle avait fait brûler du charbon, une femme trouva une grosse cuillère en céramique.

    L'artefact de Coso :

    - En 1961, trois copropriétaires d'un magasin de minéraux, à Olancha en Californie, en prospection dans les monts Coso, ramenèrent une géode surprenante. La gangue extérieure de cette géode est composée d'argile durcie, de cailloux, de fragments de coquillages fossiles et de deux objets, ressemblant à un clou et à une rondelle. A l'intérieur, un cylindre en céramique est pris dans un manchon hexagonal en bois pétrifié, avec des fragments de cuivre entre les deux. Au milieu du cylindre est insérée une tige métallique de 2 millimètres de diamètre. 

    Cet objet , qui serait âgé entre 250 000 et 500 000 ans, est resté trois mois exposé à Independance, au musée de l'Eastern California. En 1969 il fut vendu pour 25 000 dollars. 

    Des photos aux rayons X ont été prises :

    o  o

    - En Afrique du Sud, au Transvaal Occidental, près d'Ottosdal, les mineurs ont remonté depuis 30 ans, près de 200 objets métalliques sphéroïdaux. Les professeurs de géologie, J.R. Mac Iver ( de l'université de Witwaterstand à Johannesburg ) et A. Bisshoff ( de l'université de Potsshefstroom ) ont étudié ces globes aplatis d'un diamètre moyen de 2,5 à 10 centimètres. Ces sphéroïdes sont de couleur bleu acier avec des reflets rouges et tachetés de petits filaments blancs. Ils sont en acier au nickel, que l'on ne trouve pas à l'état naturel, ce ne sont donc pas des météorites ! Certains, accidentellement cassés, sont remplis d'un matériau spongieux qui se transforme en poussière au contact de l'air. Ces globes sont extraits d'une couche rocheuse datée géologiquement de 2,8 à 3 milliards d'années ( confirmé à l'aide de techniques de datation isotopiques ) ! 

    Ils sont exposés au musée sud-africain de Klerksdorp, où le conservateur R. Marx a remarqué que mystérieusement, alors qu'ils sont enfermés dans leur vitrine, ils tournent lentement sur leur axe. 

    Faudra-t-il encore s'en remettre au Dieu Hasard, qui aurait placé tous ces objets pour éprouver la foi des scientifiques du XXe siècle en sa toute puissance ?

    Pour la plupart des scientifiques, le simple fait d'étudier un de ces artefacts vaut caution pour des théories hérétiques. 

    Ils préfèrent donc la politique de l'autruche et se disent qu'il leur suffira simplement de discréditer la chose pour qu'elle disparaisse, en la balayant d'un simple sourire sarcastique. Il est très regrettable que les scientifiques restent figés sur leur position actuelle.

    En effet, certaines personnes connaissant ces artefacts commencent à se détourner de la science officielle et prônent un retour au créationnisme biblique, dont l'enseignement a été ré-autorisé dans certains états américains.

    De la même manière, beaucoup de gens croyant aux OVNIs se tournent vers les sectes. 

    Plutôt qu'un retour en arrière de plus d'un siècle, ne serait-il pas préférable, quitte à réécrire l'Histoire, de le faire un peu plus intelligemment, avec un point de vue moins égocentrique ? 

    Est-ce si dérangeant de penser que nous ne sommes peut-être pas les premiers ?

    (source : Les mystères du monde)

     

      VOIR AUSSI :

    La théorie des Anciens

    Aliens dans l'histoire

    un crâne étrange découvert au Pérou

    Découvertes interdites

    Le disque céleste de Nebra 

    Des empreintes mystérieuses

    Squelettes extraordinaires

    Crânes de formes inconnus

    Le mystère de Yonaguni

    La carte impossible 

    Les fameuses pierres d'Ica 

    Glozel, le site archéologique 

    Les Dogons, peuple impressionnant   

    La paléoastronomie et Lascaux 

      

     Découvertes extraordinaires  

    La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retireront immédiatement"