• Un crâne étrange découvert

     Découvertes extraordinaires 

    Découverte d'un crâne étrange au Pérou

    Est-ce un crâne Alien ? 

    Un crâne étrange momifié sème le trouble parmi les anthropologistes...

    Devant ses étrangetés, certains y voient la preuve de l'existence d'êtres non-humains.

       La forme d'un crâne momifié retrouvé au Pérou met en ébullition la sphère scientifique. Cette tête, trouvée dans la ville de Andahuaylillas dans la province du sud Quispicanchi, est très grande, 50 centimètres, soit autant que le reste du corps. "Les cavités oculaires, quant à elles, sont bien plus grandes que celles que l'on observe normalement chez les êtres humains" a confié le chercheur Renato Davila Riquelme au Daily Mail. Encore plus étonnant, la fontanelle (l'espace compris entre les os du crâne d'un nourrisson) est présente sur le crâne retrouvé en même temps que deux grandes molaires qui elles ne se trouvent que chez l'adulte.

    LE CRANE DU PEROU

    Il ne faut pas plus pour que certains chercheurs, comme Renato Davila Riquelme déclarent qu'il pourrait s'agir de la tête d'un extraterrestre ! "Ce n'était pas un être humain", affirme-t-il. "L'évaluation est certes encore superficielle, mais les caractéristiques du crâne ne correspondent à aucun groupe ethnique connu". Des études supplémentaires vont être menées. Les restes d'un globe oculaire droit devrait aider à déterminer son ADN et donc à mettre un point final - ou pas - à la controverse. Pour l'instant, deux autres chercheurs ont confirmé cette théorie... Une tête intrigante en somme, qui possède d'étranges similitudes avec certaines représentations de personnages extraterrestres.   L'autre explication à ce crâne étrange est plus prosaïque. Pour certains, le crâne a été déformé de manière artificielle, comme une marque tribale. En effet, dans beaucoup de tribus tout autour du globe (que ce soit les Mayas, les Indiens et les Aborigènes), la tête de l'enfant était déformée progressivement en la serrant des linges ou entre deux pièces de bois pour représenter son futur statut social. (...)

    (source : news

    La forme d’un crâne momifié retrouvé au Pérou intrigue les chercheurs. La tête mesure près de cinquante centimètres, soit presque autant que le reste du corps du défunt. «Les cavités oculaires, quant à elles, sont bien plus grandes que celles que l’on observe normalement chez les êtres humains», a confié le chercheur Renato Davila Riquelme au Daylli Mail.

    La fontanelle (NDLR: espace compris entre les os du crâne d’un nourrisson) est présente sur le crâne retrouvé. Cependant, il comporte également deux grandes molaires, qui, quant à elles, se retrouvent uniquement chez l’homme adulte.

    Renato Davila Riquelme a déclaré qu’il était parvenu à la conclusion que «ce n’était pas un être humain». Des études supplémentaires vont être menées. «L’évaluation est certes encore superficielle, mais les caractéristiques du crâne ne correspondent à aucun groupe ethnique connu», a ajouté le scientifique. Deux autres chercheurs ont confirmé cette théorie.

    source : lessentiel.lu 

    Carte des crânes allongés dans le monde

    Un crâne étrange découvert

    Rappel d'autres crânes étranges non expliqués

      Un crâne cornu

    LE CRANE DU PEROU

    Nous sommes entre 1920 et 1940 en France, quand on découvrit un bien étrange crâne. Celui-ci semble être celui humain adulte, mais il possède en son sommet deux sortes d'excroissances faisant penser à des cornes. Ce crâne est probablement l'un des artefacts les plus étranges que l'on connaisse. Des analyses aux rayons X ont montrer que nous avions bien affaire à un crâne naturelle qui possède deux sorte de corne. Ce n'est ni un objet façonner ni un assemblage d'un crâne humain et de corne. Le plus surprenant est qu'il existerait d'autre crâne de ce type, certain aurait été exhumé d'un cimetière antique qui aurait été découvert aux Etats-Unis dans les années 1880. Les scientifiques ont estimés que ces corps auraient été enterré aux alentour de 1200. Comme pour le crâne à corne d'autre crâne similaire ont été trouvé, portant des cornes juste au dessus des yeux ainsi que les corps.
        Il semble que ces corps et ces têtes cornues pourraient être lié à certains mythes et légendes comme celle des satyres. Même si des études ont été faites sur ces créatures il semble étrange que même avec les analyses ont en ai peu entendu parler. Peut être une analyse ADN de ce crâne pourra nous en dire plus...

    source : actualitedeletrange

    Un crâne allongé

    LE CRANE DU PEROU

    La Terre a-t-elle abrité dans des temps reculés une race d'extraterrestre qui se distingue par une forme de crâne particulièrement allongée et proéminente ?

    C'est ce que laisse penser la découverte par des archéologues de dessins datant de 70 millions d'années sur des pierres d'Amérique du sud. Ces pierres, que l'on appelle Iki, représentent des personnes dont la tête est clairement disproportionnée, une apparence que l'on peut retrouver sur certains squelettes non identifiés du Caucase russe. D'autres recherches archéologiques ont déterré des squelettes similaires en Europe, notamment en France et en Norvège, ainsi qu'en Asie centrale. Compte tenu des énormes distances qui séparent tous les lieux de découvertes, on peut s'interroger sur la provenance exacte de ses crânes démesurés. Plus étrange encore, les crânes allongés présentent également une particularité incroyable : un petit trou au niveau de la couronne crânienne, dont les bords sont extrêmement nets. Le célèbre archéologue Lloyd Pye, affirme avoir étudié de près un des spécimens, trouvé en 1930 au Mexique : « J'ai fait un test ADN sur les os dans 2 laboratoires différents. Et il est clair que certains segments d'ADN sont différents de ceux des humains. ». Lloyd Pye souligne que certaines peuplades ont voulu il y a quelques siècles imiter cette particularités physique en plaçant des cordes très serrées sur le crâne des enfants en bas âge. « Cette 'mode' prouve que des humains ont voulu imiter des 'étrangers' qui possédaient un squelette différent du leur » précise l'archéologue, auteur du pertinent ouvrage « Tout ce qu'on vous a appris est faux ». Légende photo : ces étranges crânes allongés peuvent être aperçu dans plusieurs musées d'Amérique centrale et du sud.

       Source : pravda.ru et dossiermystere  

    Un crâne à la morphologie inclassable

    LE CRANE DU PEROU

     Si des extra-terrestres existent et visitent notre planète, ils ont du le faire dans le passé également, et il doit donc exister des traces. Et en effet, ces traces existent.

    Il y a 60 à 70 ans, une fille de 15 à 18 ans rendait visite à des parents dans un village à 100 miles de Chihuahua, Mexique. On lui a interdit d'entrer dans les nombreuses cavernes des environs mais comme la plupart  des adolescents, elle l'a fait, et a trouvé un squelette humain complet sur le sol d'un tunnel de mine. Emergeant vers le haut hors du sol, se trouvait également une main squelettique mal formée enlacée avec un des bras du squelette humain. La fille a gratté la saleté de ce qui était une tombe peu profonde et le squelette mal formé fut dégagé. La fille a récupéré les deux crânes et les a gardés jusqu'à ses derniers jours où elle a confié à un américain, qui les a gardé cinq ans avant de les passer à un couple américain qui en est le possesseur actuel.   

     La nature humaine du crâne est contestable car plusieurs aspects de sa morphologie défient le classement, excluant tant que le défaut génétique (hérité), que la la déformation congénitale (défaut de naissance), ou la déformation délibérée (attache crânienne):    

    Les différences entre le crâne et un crâne humain normal du même âge sont stupéfiantes. Le secteur du cerveau dans le crâne est plus grand que celui d'un humain entièrement développé, et les orbites des yeux sont d'une forme complètement différente.

    L'os lui-même a seulement 40% de la densité du tissu osseux humain normal, mais semble également être deux fois aussi dur.

    source : dossiermystere

     

     D'autres crânes au Pérou !

    On explique habituellement les crânes allongés par le bandage de la tête ou déformation artificielle du crâne. Ce paradigme est apparu dans la première moitié du 19ème siècle comme explication aux crânes inhabituels découverts en Europe et en Amérique du sud, dans des lieux comme la Crimée et le Pérou respectivement. L'idée dominante derrière le paradigme du bandage de la tête est que TOUS les crânes allongés sont le résultat d'une modification intentionnelle de la forme du crâne par l'application d'une pression extérieure. En d'autres mots, TOUS les crânes allongés sont simplement des crânes 'normaux' déformés semblables à ceux des humains modernes.
    Quelle preuve pourrait remettre en cause ce paradigme ? Pas de problème – l'existence de fœtus avec des crânes allongés, c'est à dire la preuve que de tels crânes avaient déjà une forme allongée in utero, avant toute possibilité de bandage de tête. Avons-nous une telle preuve ? Oui ! De plus, cette preuve est connue de la communauté académique depuis plus de 163 ans ! 

    Rivero et Tschudi dans Antiquités péruviennes (1851 en espagnol, 1853 en anglais) prétendent que les protagonistes de l'hypothèse de la déformation artificielle du crâne se sont trompés, car ils n'avaient considérés que des crânes d'adultes. En d'autres mots, l'hypothèse ne tient pas compte des crânes de petits enfants et, plus important, de fœtus qui avaient une forme de crâne allongé similaire.

    Cela vaut la peine de citer Rivero et Tschudi :
    "Nous avons observés nous-mêmes le même fait (l'absence de signes de pression artificielle – note de IG, l'auteur de l'article) dans de nombreuses momies d'enfants d'âge tendre, qui, bien qu'étant entourées d'étoffes, ne présentaient aucun vestige ni apparence de pression crânienne. Bien plus : la même forme de tête se présente chez des enfants pas encore nés ; et nous avons eu une preuve convaincante de cette vérité en voyant un fœtus dans le ventre de la momie d'une femme enceinte, découverte dans la grotte de Huichay, à deux lieues de Tarma et qui se trouve actuellement dans notre collection.
    Le très célèbre Pr D'Outrepont, du département d'obstétrique, nous a assuré que le fœtus était âgé de sept mois. Il appartient, selon la forme très clairement définie du crâne, à la tribu des Huancas. Nous présentons au lecteur un dessin de cette preuve concluante et intéressante qui s'oppose à celle des partisans de l'action mécanique comme seule et exclusive cause de la forme phrénologique (c'est à dire crânienne – pas de connotation négative à cette époque -IG) de la race péruvienne.
    Des crânes allongés de bébés étaient accessibles aux chercheurs européens dès 1838. Des crânes d'"Anciens Péruviens" se trouvaient aussi dans la collection de Samuel Morton à Philadelphie.

    Un crâne étrange découvert

    Deux crânes allongés de bébés, que mentionnent Rivero et Tschudi dans Antiquités péruviennes ont été découverts et rapportés en Angleterre par le capitaine Blankley et présentés en 1838 au Musée de la société d'histoire naturelle du Devon et de Cornouailles. Le Dr Bellamy a fourni une description détaillée de ces crânes en 1842, suggérant qu'ils appartenaient à deux petits enfants – garçon et fille, âgés respectivement de quelques mois et d'un an environ. Il indiquait des différences substantielles de structure, ainsi que leur ressemblance avec les crânes de Titicaca du musée du collège de chirurgie londonien.

    Un crâne étrange découvert


    La preuve d'une présence de crânes allongés chez des fœtus et des enfants a conduit Rivero et Tschudi, Bellamy, Graves et d'autres à l'hypothèse que ces crânes appartenaient à une race éteinte de gens qui ont laissé leur héritage aux populations qui leur ont succédé sous la forme d'une coutume de déformation artificielle du crâne.

    Un crâne étrange découvert

    Fœtus de crâne allongé - Musée de Lima

    La question maintenant est comment le paradigme de la déformation crânienne est-il devenu si répandu ? La réponse consiste pour une grande part dans l'autorité de l'opinion d'expert de Samuel Morton et de sa riche collection de crânes, qui se trouve maintenant au musée d'archéologie et d'anthropologie de l'université de Pennsylvanie. Son influence fut suffisamment significative à l'époque pour clore pendant un siècle et demi le débat sur les crânes allongés ; jusqu'à ce que des chercheurs indépendants, et je veux mentionner Robert Connolly (qui a popularisé les crânes allongés au milieu des années 1990) et Brien Foerster, en particulier, commencent à soulever des questions sur la validité de l'hypothèse de la déformation crânienne en situant et présentant des crânes allongés à un public intéressé par la découverte de la réelle histoire des origines de l'homme.
    Dans Crania Americana, Morton offrait une description de crânes allongés particuliers qui différaient de ceux produits par divers moyens artificiels. Il suggéra que le territoire du Pérou et de la Bolivie était habité autrefois par la race des "Anciens Péruviens".

    "J'ai eu la chance de pouvoir examiner, dans ma propre collection et dans d'autres, presque une centaine de crânes péruviens : et le résultat, c'est que le Pérou semble avoir été à différentes époques peuplé par deux nations aux crânes d'une forme différente, dont l'une est peut-être éteinte, ou du moins n'existe que mélangée par des circonstances fortuites, dans des tribus isolées et disséminées de la race indienne actuelle. Ces deux familles, qui précédaient l'apparence des Incas est désignée sous la dénomination d'Anciens Péruviens, dont les restes ont été à ce jour découverts seulement au Pérou et en particulier dans ce territoire appelé aujourd'hui Bolivie".

    Un crâne étrange découvert

    Bien que les Anciens Péruviens possédaient des crânes naturellement allongés, Morton concluait qu'ils avaient tenté plus tard de faire ressortir cette particularité par le bandage de la tête. C'est une observation intéressante en soi, car elle soulève la question suivante : pourquoi une race aux crânes naturellement allongés aspirerait à les allonger encore plus ? Peut-être étaient-ils précédés par une race dont les crânes étaient encore plus allongés ?
    Morton changea par la suite d'opinion et commença à considérer tous les crânes allongés comme le résultat exclusif du bandage de la tête. Cependant, à la lumière des fœtus aux crânes allongés de Rivero et Tschudi, ainsi que les centaines de nourrissons et enfants aux crânes allongés qui sont maintenant entre les mains des chercheurs, il est nécessaire d'ouvrir le débat sur les "Anciens Péruviens" et de leurs contreparties (voir l'interview avec Mark Laplume, article déjà paru) dans d'autres parties du monde.

    Un crâne étrange découvert

    Il est par conséquent nécessaire de réexaminer la rencontre d'origine de Morton avec les crânes allongés. Voici comment il a décrit au départ les caractéristiques crâniennes des Anciens Péruviens :
    "[La tête] est petite, largement allongée, étroite sur toute sa longueur, avec un front très en retrait, et elle possède plus de symétrie que les crânes habituels de la race américaine. La face fait saillie, la mâchoire supérieure est projetée vers l'avant et les dents sont inclinées vers l'extérieur. Les orbites des yeux sont larges et rondes, les os du nez saillants, les arches zygomatiques expansées ; et il y a une remarquable simplicité dans les sutures qui relient les os du crâne."

    Un crâne étrange découvert

     Étant donné qu'il existe au moins deux momies contenant des fœtus aux crânes allongés, en plus des centaines de bébés et enfants aux crânes allongés, la tâche prioritaire de la communauté académique serait d'identifier la situation physique des momies et de procéder à des analyses d'ADN, qui sont pratiquées actuellement par un chercheur indépendant et enthousiaste qui manque de ressources d'infrastructure et financières et fait face à des obstacles importants pour obtenir les permissions nécessaires. Il vaut la peine de noter que nous avons affaire à un ADN très ancien dont l'analyse est une procédure complexe et onéreuse.

    Source : bistrobarblog.

     

     

      VOIR AUSSI :

    Les momies du Pérou

    les crânes de Paracas

    Des artefacts  pré-Maya montrant des ovnis 

    Aliens dans l'histoire

    Découvertes interdites

    Le disque céleste de Nebra 

    Les objets fossiles  impossibles

    Des empreintes mystérieuses

    Squelettes extraordinaires

    Crânes de formes inconnus

    Le mystère de Yonaguni

    La carte impossible 

    Les fameuses pierres d'Ica 

    Glozel, le site archéologique 

    Les Dogons, peuple impressionnant   

    La paléoastronomie et Lascaux

     

     


      

     Découvertes extraordinaires 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"